Pierre Simard est plus actif depuis qu’il a adopté Charly, qui adore les promenades.

Une vie embellie grâce à Charly

CHRONIQUE / Pierre Simard se sentait bien seul depuis quelque temps. L’homme à mobilité réduite souffrait en silence de solitude, mais aussi de douleur due à l’amputation d’une jambe. Il rêvait d’avoir un chien…

Il y a un mois, ses amis, Pierre-André Gagnon et Johanne Simard, qui vivent dans le même immeuble à logements que Pierre Simard, passaient à l’action afin de lui trouver ce chien qu’il attendait depuis plus de cinq ans. 

23 septembre 2017

Message : « Bonjour Mélissa ! Je cherche un petit chien pour tenir compagnie à mon ami Pierre Simard, qui est handicapé. Je cherche un chien gentil, bien élevé et doux. À donner, si possible, car mon ami n’a pas beaucoup de sous… Peux-tu me trouver ça avant sa fête en décembre ? » — Pierre-André Gagnon

Réponse : « Bonjour M. Gagnon ! Vous me demandez de faire un miracle ! Je n’ai pas de refuge… Encore moins de chiens à donner. Il est vrai que parfois je vois passer des chiens à donner, plus souvent à vendre, mais c’est plutôt rare que ce soient des chiens parfaits. L’abandon est très souvent relié à des problèmes de comportements. » — Mélissa 

Les chances étaient minces qu’on déniche un chien pour ce triste homme. 

Le 28 septembre, une annonce passe sous les yeux de l’équipe de Picotte. « Je cherche une nouvelle famille pour le petit yorkshire de mes parents qui sont maintenant en appartement et ne peuvent plus garder leur chien », peut-on lire sur Facebook. Julie avait tenté de le prendre chez elle, mais comme elle était trop souvent absente, le chien de huit ans pleurait continuellement. L’équipe de Picotte s’empresse de transmettre l’annonce à Pierre-André Gagnon et Johanne Simard. Le duo montre aussitôt la superbe photo du chien à donner à monsieur Simard, qui se met à pleurer de joie. La journée même, Mme Johanne et M. Pierre-André apprennent que le chien est déjà donné, mais ils n’ont pas le courage de l’annoncer à leur ami Pierre Simard. « Si ce chien est fait pour lui, il va se passer quelque chose », espère Mme Johanne.

Pendant plusieurs jours, M. Simard attend impatiemment celui qu’il appelle déjà « son chien ». Entre-temps, l’équipe de Picotte écrit à Julie pour lui demander de l’aviser si les nouveaux propriétaires se désistent. Le 1er octobre, Julie nous écrit pour dire que ça n’a pas fait. « La famille avait un autre chien et Charly est trop réactif envers les animaux… Peut-être parce qu’il voit moins bien le soir dû à un début de cataracte. Ça lui prendrait une famille sans animaux », souligne Julie. 

Pierre Simard est alors mis au courant et c’est Julie qui va reconduire son chien auprès de l’homme. « Elle m’a tout donné. Les jouets, les vêtements, les couvertures, le carnet de santé et même un peu de nourriture. En plus, c’est un chien parfait pour moi et propre, qui demande toujours la porte », remarque l’adoptant avec beaucoup de reconnaissance. Le coup de foudre est instantané entre Charly et M. Simard. 

Vie changée

« Depuis que j’ai Charly, j’ai moins de douleur. Pendant que je joue à la balle avec lui, je ne pense même plus à mon mal », confie l’homme dans la soixantaine. Ses amis l’ont même vu gagner en bonheur. « Il est tellement plus heureux ! Il bouge beaucoup plus. C’est exactement le chien qu’il lui fallait », constatent Johanne Simard et Pierre-André Gagnon. Le 21 décembre prochain, M. Pierre fêtera sa fête avec son précieux cadeau offert en avance. « C’est un petit chien attachant. On dirait qu’il comprend tout », ajoute Mme Johanne en regardant son ami parler avec Charly. « Il dort avec moi dans mon lit. Je l’amène avec moi partout, sauf chez le médecin. Dans ce temps-là, je demande à ma voisine Diane de le garder. Ça lui fait tellement plaisir. Charly aime tout le monde », explique l’homme de Jonquière. Même s’il a continuellement de la douleur, et que les visites chez le médecin sont fréquentes, M. Pierre est resté très débrouillard et autonome. Il entretient son appartement, il fait son épicerie et il a même réussi à garder son permis de conduire. Maintenant, il a aussi un petit chien à qui donner tout son amour.   

Abandon

Quand notre vie ne correspond plus aux besoins et au tempérament d’un animal, certains se sentiront coupables de lui choisir une autre famille, prétextant un abandon. Pourtant, il est possible, comme en témoigne l’histoire de Charly, de faire le bonheur d’une autre personne. Les défauts d’un chien peuvent être acceptés, voire même invisibles, dans différents contextes.