Le Casse-croûte chez Michelle est un monument de la restauration baieriveraine. Selon la famille, le commerce serait en activité depuis 80 ans. La propriétaire Hélène Bouchard y travaille depuis 45 ans. Depuis quelques années, sa fille, Marie-Michelle Bouchard-Harvey, y travaille également.

Trois générations derrière le comptoir du Casse-croûte chez Michelle

Il y a de ces souvenirs ou de ces habitudes qui nous marquent à jamais. Les visites estivales d’actuels et d’anciens Baieriverains au Casse-croûte Chez Michelle de La Baie en font partie, et ce, depuis plus de huit décennies. Encore cette année, la nouvelle saison était attendue de pied ferme par les habitués de la place, impatients de retrouver les deuxième et troisième générations de la famille Bouchard derrière le comptoir.

Le commerce saisonnier de Grande-Baie n’a plus besoin de présentation alors qu’il est en opération, selon les estimations de la famille, depuis 80 ans.

Depuis 45 ans, Hélène Bouchard retrouve avec le plus grand des plaisirs les clients, dont quelques-uns qu’elle surnomme affectueusement les piliers du restaurant. Les vacances estivales sont souvent l’occasion pour bon nombre de revenir au bercail tout en y effectuant un arrêt, un genre de pèlerinage de la patate frite. Lors du passage du Progrès, une cliente qui réside maintenant à Montréal venait tout juste de confirmer l’habitude.

Il y a quelque chose de nostalgique et de réconfortant à mettre les pieds dans ce petit local de Grande-Baie, parce que la fusion de La Baie ne s’applique pas à des lieux mythiques comme celui-ci. Au fil des années, le restaurant, qui offrait à ses débuts un service extérieur à travers une fenêtre, a été agrandi à deux reprises. Les quelques places entourent les appareils qui permettent la préparation des repas, pas très santé, mais indissociables au plaisir de l’été. Une occasion d’échanger quelques mots avec les employés qui préparent les commandes dans la plus grande bonne humeur.

Marie-Michelle Bouchard-Harvey, qui occupe le poste de gérante, représente la troisième génération de la famille Bouchard à travailler dans le commerce.

Au fil des années, l’actuelle propriétaire Hélène Bouchard a servi des milliers de clients. D’ailleurs, elle accueille maintenant les petits-enfants de certains. Alors que trois générations se retrouvent derrière les plaques de cuisson, c’est autant de générations qui prennent place au comptoir.

Pas besoin de bonne raison pour se rendre au casse-croûte. Toutefois, les journées chaudes d’été contribuent à hausser l’achalandage. Les employés constatent qu’une partie de la clientèle se rend en bordure de l’eau pour y déguster leur lunch. Par ailleurs, les activités et spectacles présentés à la Pyramide des Ha ! Ha ! apportent également un lot considérable de clients.

Une histoire de famille
Les fameux hot-dogs et les savoureuses frites y sont servis décennie après décennie par la famille Bouchard. Depuis quelques années, une troisième génération s’ajoute à l’histoire du restaurant en la personne de Marie-Michelle Bouchard-Harvey, qui occupe la fonction de gérante. Ce poste permet à sa mère d’être libérée de quelques tâches qui s’étaient alourdies avec le temps.

« J’approche de la retraite. Il me reste quelques années à faire. Je vais voir si ma fille songe à prendre la relève », raconte celle qui ne cache pas que les premières années de travail avec sa fille n’ont pas toujours été roses.

Le Casse-croûte chez Michelle vend environ 250 de ses fameux hot-dogs chaque jour.

De son côté, la jeune Marie-Michelle Bouchard-Harvey n’a jamais réellement pensé à occuper un autre type de travail.

« J’ai toujours aimé ça. J’aime le contact avec le public. C’est le fun de voir qu’on peut garder une entreprise aussi longtemps, surtout avec tout ce qu’il y a de nouveau aujourd’hui. Aussi, des fois, rester une petite entreprise, c’est la meilleure affaire », raconte celle qui a pris une courte pause pour parler de cette grande aventure familiale.

« On passe plus de 30 heures par semaine à travailler ensemble. Lorsque nous sommes en congé, nous cherchons à être ensemble », expliquent-elles en complétant les réponses de l’autre.

L’offre du menu n’a guère changé au fil des décennies. Les hot-dogs sont extrêmement populaires alors qu’il s’en vend, en moyenne, 250 par jour. Les frites sont également un incontournable alors que c’est plus de 750 livres de pommes de terre qui sont apprêtées chaque jour par les employés. Les hamburgers vapeur, une spécialité plutôt rare dans le domaine, et les Big Burgers restent très populaires. Des poutines plus gourmandes sont maintenant offertes. Un choix de plus en plus prisé auprès des nombreux clients. L’arrivée de Marie-Michelle au sein de l’entreprise aura été l’occasion de bonifier l’offre alimentaire et d’assurer une plus grande présence sur les réseaux sociaux.

Les poutines gourmandes sont de plus en plus populaires au Casse-croûte Chez Michelle.

La jeune gérante remarque que la provenance des clients évolue. Le bouche-à-oreille est très fort et dépasse largement les limites de la région. La nouvelle visibilité apporte en retour de nouveaux visages.

Ouvert toute l’année
Une seule et unique critique persiste à l’endroit du commerce qui est en activité sans arrêt d’avril à septembre. Pourquoi n’est-il pas ouvert 12 mois par année ? Questionnée à ce sujet, Hélène Bouchard rappelle que l’expérience tentée à la fin des années 80 n’a pas été concluante. Selon le duo mère-fille, les items proposés au menu ne seraient pas très populaires en hiver.


+

QUI EST MICHELLE?

Les plus anciens de La Baie connaissent, sans doute, l’histoire et l’identité de la Michelle à l’origine du nom du casse-croûte. Malgré cela, sa soeur et actuelle propriétaire, Hélène Bouchard, affirme que pas une journée ne passe sans qu’on lui demande «Qui est Michelle?» 

À l’origine, Marie-Paule Claveau et son mari Jean-Paul Bouchard tenaient le commerce sans nom du boulevard de la Grande-Baie Sud. Hélène Bouchard, qui a commencé à travailler dans l’entreprise familiale à l’âge de 12 ans, assure que c’est sa mère qui s’en chargeait en grande partie. 

Vers la fin des années 70 ou le début des années 80, la date exacte reste incertaine, le petit commerce qui est annexé à la résidence familiale centenaire est devenu le Casse-croûte Chez Michelle, nom de la soeur d’Hélène Bouchard.

Le duo de soeurs a passé et travaillé de nombreuses heures dans ce petit local. Malheureusement, la vie les a séparées alors que Michelle est décédée d’un cancer en 1990. 

Depuis, les souvenirs de Michelle restent nombreux. Au quotidien, la clientèle questionne les employés quant à l’origine du nom du commerce. Par ailleurs, Hélène Bouchard a trouvé une façon bien personnelle de souligner le souvenir de sa mère et de sa soeur en prénommant sa fille Marie-Michelle. 

Force est d’admettre que le Casse-Croûte Chez Michelle est une histoire de femmes. Alexandre, le fils d’Hélène, aura tenté l’aventure le temps d’une saison. Toutefois, la passion des femmes Bouchard pour ce type d’emploi ne trouvait pas écho chez lui. 

Même si la retraite approche pour Hélène Bouchard, il lui reste encore quelques belles années à travailler avec sa fille. « Jamais je ne pensais me rendre à trois générations. Jamais je n’aurais imaginé travailler avec ma fille », conclut avec fierté et émotion Hélène Bouchard.