Une question de libido

COURRIER DU LECTEUR / Bonjour Myriam, J’ai 18 ans. Ça fait quatre mois que je suis en couple avec mon chum. Au début, on faisait l’amour trois à quatre fois par jour, mais là, depuis un bout de temps, ça ne me tente plus vraiment. On dirait que je perds ma libido…

CHRONIQUE / Bonjour à toi, belle jeunesse ! Tu me permets de t’appeler ainsi pour situer nos lecteurs qui eux, n’ont pas eu la chance de voir cette éclatante jeune fille que tu es via les réseaux sociaux ? Avant même de se soucier de perte de libido, réalité ô combien exagérée dans bien des cas, voyons un peu la nature de tes rapports sexuels, mais aussi de ta relation amoureuse.

Découverte

Dix-huit ans ! L’âge de la majorité, du passage vers le stade adulte, du droit de vote, mais aussi, et encore, une période de grandes découvertes sur le plan sexuel. L’agir ne cumulant pas nécessairement des référents à ne plus finir, bien sûr que l’excitation et l’envie de passer à l’acte sont importantes.

Essayer, explorer, visiter un paquet de pratiques sexuelles, voilà de quoi tenir ton agenda bien occupé, histoire de définir tes goûts et préférences sexuellement parlant. Et que de plaisir, probablement, il y a. Je l’espère ! Par contre, une fois cette curiosité et cette meilleure connaissance de soi et de l’autre assouvies, il est envisageable de vouloir ralentir les ardeurs et faire un tant soit peu autre chose.

Tout nouveau, tout beau

Comme quoi tout est relatif, quitte à me faire lancer des tomates par ces quinquagénaires, je sais par expérience que pour toi, comme pour plusieurs autres de ton âge, il est envisageable que ta relation de quatre mois ne rime plus avec nouveauté ! Une question de ratio, quoi !

Les débuts de couple, c’est tout le temps bon… ou presque ! À l’image de la lune de miel, rien n’équivaut au temps passé avec l’autre au lit comme dans la vie ! Tout semble idéal, mieux, et nul n’a d’égal que cette bonne compagnie.

Du sexe à tous les jours, amenez-en ! Une, deux, trois ou quatre fois, le besoin de proximité physique avec l’autre est grand.

Ceci dit, aussi simple qu’évident, puisque ce mode de vie n’est pas tenable ad vitam aeternam, bien sûr que le besoin de distance s’impose après un certain temps.

Tu ne peux pas passer tes grandes journées couchées !

Se retrouver, c’est important. Cette quête d’une fréquence sexuelle moins élevée représente peut-être davantage une question d’équilibre que de baisse de libido, tu comprends ?

Pour les bonnes raisons

Bien qu’il existe mille et une raisons de faire l’amour, ne perds jamais de vue la principale, soit d’en avoir réellement envie, là, maintenant et avec cette personne. Accompagnée de ton chum, de ta fréquentation, de ton « ami moderne », du voisin, ou voire même de l’étranger, de sexe masculin ou encore féminin, avec ou sans libido, rien ne t’oblige à participer à toutes activités sexuelles. Le boss, c’est toi. Ne l’oublie jamais.

La fréquence des relations sexuelles, ou encore le nombre de fois que l’on fait l’amour par jour, par semaine, par mois et pourquoi pas par année, est individuelle et variable. Il y a de ces fois dans la vie où la libido est endormie et d’autres où elle est infatigable. À toi, maintenant, de l’écouter et par le fait même, de te respecter. Au plaisir.