Notre perception de la sexualité des jeunes est teintée de préjugés.

Une jeunesse pas si pire que ça

CHRONIQUE / « Toujours en train de coucher à droite et à gauche. »

« Aux hommes, aux femmes ; aujourd’hui, ils sont à tout ce qui bouge. »

« Aimer, ce n’est pas important pour eux. »

« Les filles ne savent plus se faire respecter. »

« Les petits gars veulent juste du sexe. »

La jeunesse n’a-t-elle pas mauvaise presse ? Lorsque vient le temps de décrire ses comportements sexuels, affectifs ou relationnels, c’est souvent un portrait péjoratif qu’on me trace. Une réalité qui me pue au nez !

Résultante de fausses généralités, la réputation biaisée imposée à cette génération gravite qu’autour de faits minoritaires, sachez-le. Effectivement, peut-être vous étonnerez-vous en apprenant que l’âge de la première relation sexuelle reste approximativement le même aujourd’hui qu’à mon époque. Que plusieurs jeunes adultes comptent le nombre de leurs partenaires sexuels sur les doigts d’une seule main. Que le répertoire de leurs pratiques sexuelles est similaire à monsieur et madame Tout-le-monde.

La jeunesse est belle ; je le constate tous les jours. Voici ce que des jeunes de 10 à 16 ans m’ont dit de particulièrement beau.

Qu’est-ce que la sexualité ?
« C’est quand on aime et qu’on fait ce que j’épellerai le S-E-X-E parce que ça me gêne de dire ce mot-là. Des fois, c’est vraiment pour le plaisir, pour se faire du bien, se rendre des services ou aussi avoir des enfants. Mais pour cette dernière raison, c’est plus rare parce que ma grand-mère dit que plus personne ne fait beaucoup d’enfants. »

Es-tu au courant de ton orientation sexuelle ?

« J’aime les hommes, je suis aux femmes et je préfère la compagnie des chiens. »

J’aurai tout entendu ! La plupart des jeunes affirment déjà être au courant de leur orientation sexuelle, avec conviction par-dessus le marché ! Quasi tous ont nommé d’emblée leurs préférences, sauf un ou deux, préférant se montrer discrets, me laissant peut-être supposer qu’ils ne sont pas prêts à se dévoiler en tant que minorité sexuelle.

Qu’est-ce qu’une relation saine et égalitaire ?
« C’est quand c’est égal pour les deux afin que ça reste toujours juste. Personne ne se parle bête, ne crie après l’autre, ne fait des menaces, ne boude ou ne joue au petit boss. Il y a du respect. »

Tellement bien dit ! Pas de chicane dans la cabane, du moins, pas de trop grosses.

Comment fait-on pour savoir qu’on est en amour ?
« C’est quand on a des papillons dans le ventre. Quand le coeur bat fort juste à la vue de l’autre. Quand on trouve que la personne sent bon même quand elle pue ! Quand on est toujours de bonne humeur et qu’on rit pour rien. Quand on a toujours envie d’être ensemble et qu’on s’ennuie même après quelques minutes de séparation. »

Comme quoi être en amour se résume par le fait de ressortir ce qu’il y a de plus beau en soi en présence de l’autre. Chose que plusieurs adultes devraient réviser.

L’adage voulant que la vérité sorte de la bouche des enfants se voit encore confirmé en 2018 par ces jeunes gens pas si pires que ça. Bravo jeunesse !