Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Myriam Bouchard
Le Quotidien
Myriam Bouchard

Une ex-copine dans le décor

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / « Mon ex est encore une personne précieuse pour moi. Je l’adore ! » Voilà ce que m’a confié une dame qui ne comprenait pas l’appréhension de son chéri à l’égard de la relation qu’elle maintient avec son ancien partenaire de vie. On lui suggère de le mettre de côté, de l’oublier, voire de le détester. Mais pourquoi ? Est-ce un drame en soi que de poursuivre une relation amicale avec un ancien amour ? Voyons-y !

Exit l’ambiguïté !

Quand on parle d’une relation d’amitié avec un ou une ex, plusieurs y voient un sentiment inachevé. En effet, un petit restant d’amour, impossible à partager au quotidien, peut prendre des allures d’amitié... faute de mieux. C’est du déjà-vu.

Encore une fois, le temps semble le meilleur des alliés. Ce dernier pansant aussi les blessures, il permet d’éloigner et d’oublier certains ressentiments. Voilà une condition essentielle pour passer à un autre chapitre et rassurer votre prochain partenaire.

Il est préférable d’exclure toute ambiguïté pour le bien des deux partenaires, et ce, dès le début de la relation.

Pourquoi ?

Si l’amitié demeure, tous chercheront à en connaître les raisons. Quelles intentions cache cette volonté de rester ami avec son ex ?

Dans une position comme dans l’autre, puisqu’une séparation rime la plupart du temps avec un processus de deuil ou une finalité, il semble primordial de mettre en doute les justifications d’un éventuel maintien du lien d’amitié.

Difficulté à lâcher-prise sur l’autre, culpabilité, incapacité à couper définitivement les ponts, réduction des remords, maintien d’une forme de contrôle ; voilà des raisons plutôt malsaines justifiant ici et là cette voie.

Régulièrement, une sensation de malaise quant à l’idée que l’amour se soit transformé en amitié s’installera chez le nouveau partenaire. Parce qu’il y a forcément eu un lien d’intimité, un partage profond, une communion sensuelle, une sexualité unique à la relation conjugale, il y a ainsi lieu pour certains de voir une continuation entre deux ex-conjoints du mauvais oeil.

Et si cette chimie était toujours présente ? Si l’idée d’une deuxième chance émergeait ? Et si un retour en arrière s’avérait finalement plausible ? Et si ladite dissolution ne représentait qu’une erreur ? De quoi alimenter le hamster cérébral du partenaire actuel... anxieux ou pas !

Doute ou jalousie ?

La ligne est très mince entre ce qui est acceptable et ce qui se traduit par les premiers symptômes d’une relation malsaine. Il est normal de ressentir des appréhensions, d’avoir besoin d’une validation, de nommer ses inquiétudes et de nécessiter un brin de certitudes par rapport au lien d’amitié qu’entretient son partenaire avec son ex.

À l’inverse, une prise de contrôle de la situation est inacceptable, malgré les doutes et la jalousie. Ce n’est pas à vous d’abominer cette relation, de la décrier, discriminer, censurer ou interdire. Que vous soyez d’accord ou non, étant donné qu’aucun être humain n’est une possession, il demeure libre à chacun d’être ami avec qui lui chante. Avec ou sans permission.

La confiance en soi et la confiance en l’autre sont à la base de la relation amoureuse. À vous de voir s’il n’y a pas lieu de s’entendre avec cet ami qui, semble-t-il, est là pour rester.