Le doigt à la bouche

Madame, votre ou vos hommes ne sont pas le ou les seuls à apprécier cette introduction du possible index dans l’âtre du bec d’autrui. Explorons donc cette tendance du doigt dans la bouche.

Érotisme de la bouche

Ce n’est pas étonnant que plusieurs individus recherchent le plaisir au-delà des fameuses zones normalement associées au monde sexuel. L’excitation peut certainement venir d’ailleurs, à commencer par la bouche qui, soit dit en passant, ne sert pas uniquement à se nourrir, à chanter ou à siffler!

La bouche a de grandes capacités érogènes. Munie de terminaisons nerveuses en quantité plus qu’industrielle, elle trouvera son compte, par ses lèvres, sa langue, mais aussi ses papilles gustatives. Elle saura stimuler par les mordillements, les lèchements ou les mâchonnements, du doigt ou d’autre chose.

Suggestion pornographique

Avec ou sans imagination à tout casser, le doigt peut faire penser à une forme plus longue que large pas si loin de l’apparence pénienne. Une prémisse à la fellation que cette similitude aux allures phalliques? Un bonheur pour les yeux? Une anticipation vers un futur rapproché? Peut-être!

Peu importe, un peu comme le laissent présager ces films pornographiques qui montrent plus que régulièrement des actrices frôlées la mort par orgasme à force d’acharnement phalangien, il n’est pas étonnant que quelques-uns aient pu croire qu’il s’agissait de la pratique du siècle. Pourtant…

Soumission/domination

Dans le principe soumission/domination, je vois aussi une explication. La pratique d’insérer un objet dans la bouche de l’autre, y compris un doigt, par sujétion et autorité, est monnaie courante dans la sphère du sadomasochisme, que ce soit pour contraindre, faire taire ou restreindre la communication. Voilà toutes des explications à la pénétration buccale. Un jeu qui vous plaît? 

Tous unis vers cette préférence?

Doigt dans la bouche, doigt dans la bouche… Crions-nous ici à une généralité? Absolument pas. En fait, croire qu’il s’agit d’une habitude rejoignant l’ensemble de la gent masculine serait une erreur. Comme dans tout, il y en a pour tous les goûts. Je pousserai même l’explication en vous confirmant qu’il y a aussi des femmes qui aiment et d’autres qui détestent cette technique. C’est selon! 

Préparation minimale

Grande est la surprise, et pourquoi pas le malaise, quand, pour la première fois, l’emboîtement du doigt se fait sentir. Imaginez-en plus lorsqu’il y a eu caresses génitales. De quoi en laisser plus d’un penaud et attirer les morsures dans tous les sens du terme, non? 

Rien n’est aussi efficace que la communication. La préparation de cette pratique digitale commence elle aussi par là. Demander, en voici une bonne idée éloignant sursaut, brusquerie, malentendu, inconfort, et surtout, bouleversement de la relation sexuelle. 

La bouche est également un orifice nécessitant à la fois respect et invitation. 

À vous de traiter la vôtre et celle de votre chéri comme elles se doivent. 

Bonne continuité, Madame!