Des parents surpris au lit

CHRONIQUE / Courrier d'une lectrice: Bonjour Myriam, Mon conjoint et moi nous questionnons au sujet de notre fille de 12 ans qui dit nous avoir entendus faire l’amour. J’ai essayé de lui expliquer que c’était bien mieux que de nous entendre nous chicaner et que deux personnes qui s’aiment et qui se le démontrent en faisant l’amour, c’est beau et tout à fait normal.... Mais, j’aimerais savoir si vous pensez la même chose ? Est-ce si grave que ça qu’elle nous ait entendus ? Ou, au contraire, devrions-nous faire plus attention et est-il juste de sa part d’être si offusquée ? Merci pour votre réponse !

Pris en flagrant délit de tendresse, c’est le cas de le dire ! C’est certainement la crainte de plus d’un. Pourtant, il n’y a pas que vous. Surprendre ou se faire surprendre en pleins ébats sexuels peut être déroutant, gênant et embarrassant. La vie de parent, quand la maison est pleine d’enfants, c’est aussi de vivre la plupart du temps sa sexualité en catimini, qu’on se le dise. Mais il n’y a rien d’infaillible, malheureusement…

Malaise généralisé

Il n’y a rien de pire que de faire comme si de rien n’était. Je salue la discussion qui peut découler du fait que vous ayez été pris sur le fait.

Bien sûr que vous avez raison en expliquant à votre enfant que rien n’est plus beau, plus estimable, plus merveilleux que des parents unis célébrant leur amour sous la couette. Et de plus normal.

Vos yeux d’adultes comprennent que ces manifestations sexuelles témoignent simplement de votre bonne santé conjugale. Il en va tout autrement pour l’enfant ou l’adolescent, qui voudrait, parfois, des parents asexués.

Cet acte sexuel, il ne voudrait pas l’entendre, et encore moins le voir. Cela témoigne du malaise ressenti. Vous, qui êtes forcément l’enfant de quelqu’un, comprendrez possiblement ce sentiment ô combien généralisé. Mais échanger sur ce sujet est une piste qui vaut la peine d’être exploitée.

Nommer les choses

Bien que tannant, se faire prendre les culottes baissées n’est pas une catastrophe ! Dans un contexte accidentel, les enfants ne seront pas traumatisés pour autant.

Vous avez le droit d’avoir une vie sexuelle active. À condition de mettre tout en votre pouvoir pour assurer un maximum de discrétion. Et si – je dis bien si – la main se voit prise dans le sac, vous n’avez qu’à ajuster le tir et à avoir une bonne discussion adaptée à l’âge et au développement de votre enfant.

Un peu de voyeurisme

Les enfants de tous les âges peuvent avoir un intérêt de la sexualité d’autrui, au sens large, et ce, même s’ils laissent présager apathie et dégoût. La carte de la surprise peut aussi avoir le dos large.

Je me souviens de cette fillette d’une dizaine d’années qui usait de toutes les stratégies possibles et imaginables pour s’insérer dans la salle de bains précisément au moment où son père faisait pipi, histoire d’apercevoir son pénis.

J’ai aussi entendu parler de ce préado qui se rivait dans les escaliers dès que ses parents se cloîtraient dans la chambre principale, afin de les espionner.

Avez-vous déjà regardé par la petite craque sous la porte de chambre pour voir cette grande soeur, supposément si laide, se changer ?

Ces exemples peuvent aussi faire partie de la « normalité ».

Votre réaction me semble tout à fait adéquate. Je félicite votre aptitude à communiquer et, par le fait même, à éduquer sexuellement parlant votre fille.

Au-delà de ses réactions, sachez que mine de rien, elle vous entend. Bravo !