Des lettres et des sexes

CHRONIQUE / Certains me récitent l’alphabet au grand complet. D’autres la confondent avec toutes sortes d’acronymes. Quelques-uns s’essaient en vain. Tous témoignent par contre cette même curiosité. Celle bien entendu d’en connaître un peu plus sur la signification des fameuses lettres LGBTQ + ou pour les niveaux supérieurs LGBTTIQQ2SAA. Puisque rien n’a d’égal à l’éducation à la sexualité, avant d’aimer, dénoncer, juger, détester cette communauté, lisez ceci!

Cours 101

Préalablement, chacun se doit de comprendre, ne serait-ce que pour lui-même, les fondements de l’entité humaine à commencer par l’identité de genre.

Celle-ci consiste en la conviction profonde, dans sa tête et dans son cœur, d’être de sexe féminin, masculin ou quelque part entre les deux, et ce, au-delà du contenu de ses petites culottes ou du sexe assigné à la naissance, voire à l’échographie fœtale.

L’expression de genre, de son côté, se voit comme étant la façon dont un individu s’exprime via son image, son apparence, sa façon d’être, de se coller ou non aux stéréotypes sexuels attribués au féminin ou au masculin. Notion qui, soit dit en passant, n’est pas invariablement révélatrice de l’orientation sexuelle, comme moult en déduisent.

Finalement, cette orientation sexuelle, quelle est-elle? Tout simplement cette attirance sexuelle et/ou émotionnelle à l’égard d’un tiers, soit homme ou femme ou pourquoi pas les deux. C’est selon! Les lettres «L», comme lesbienne, «G», comme gai et «B», comme bisexuel, sont relatives à cette dernière. Une chose de réglée!

«T» comme transsexuel. Réalité plutôt médiatisée par les temps qui courent. La transsexualité se retrouve chez ces gens pour qui ce fameux sexe ou genre attribué dès leur mise au monde ne correspond pas avec ce qu’ils sont réellement.

Est-ce pour autant ce type d’individus souhaitant entièrement se transformer pour autant? Pas nécessairement. Puisqu’il y a autant de personne dite « trans » que d’étoiles dans le ciel, chacune vivra sa transition à sa guise. Une expression de genre opposée suffira pour l’un alors que l’autre aura recours à la réassignation sexuelle. Encore du cas par cas, en lien avec l’identité et non l’orientation sexuelle.

«Q» comme «queer», mais aussi comme questionnement. Monsieur-Madame se disant «queer», altersexuel ou allosexuel correspond à celle pour qui aucune de ces lettres ne colle à la peau. Il se démarque par le refus d’une vision binaire, soit femme ou homme, ou encore hétérosexuelle ou homosexuelle. Les étiquettes, il s’en lave les mains. Être soi-même sans normes sociales, obligations, conventions, le voilà son mandat.

Cet être dit en questionnement se questionne justement à savoir où il en est en termes d’identité sexuelle ou encore d’orientation sexuelle. « Le saura-t-il un jour ?», me demande-t-on parfois. Ce à quoi je réponds toujours par cette même question : « Faut-il réellement le savoir? »

«2S», des mots anglais « two-spirited » traduits en bispiritualité. Reliée à la culture et à la spiritualité autochtone d’il y a longtemps, cette appellation réfère à ces particuliers possédant à la fois l’esprit masculin et féminin dans un même corps.