Le cybersexe peut se pratiquer, par exemple, en envoyant des emojis coquins par message texte.

S’émoustiller en ligne

CHRONIQUE / Le sexe virtuel, ça vous parle ? Bien que l’univers 2.0 offre maintenant la possibilité de faire à peu près n’importe quoi avec à peu près n’importe qui sur Terre, inutile de vous châtier si vous répondez par la négative à cette question. C’est selon ! Correct également de continuer à fantasmer sur la passion secrète de Rose-Anna et Joseph-Arthur du Temps d’une paix. Les framboises sont d’ailleurs sur le point d’être mûres.

Ceci dit, pour ceux dont le répertoire sexuel n’est jamais assez large, les balbutiements du cybersexe peuvent s’avérer une nouveauté intéressante, si elle demeure à ce jour méconnue.

Bien que défini par Linternaute.com comme étant l’étendue de toutes les activités sexuelles ayant lieu sur Internet, c’est aujourd’hui de l’avenue de « relations interpersonnelles » à teneur coquine, ou plus, plus, plus, dont je vous parle. Connaissez-vous ?

Pour qui

Tout le monde ayant accès à un moteur de recherche ! Facile de trouver correspondance pour échanger avec ce tiers afin d’obtenir l’entretien dont vous avez besoin. Pour communiquer, clavier, appareil photo, webcam, tous les moyens sont bons, si utilisés à bon escient et avec consentement.

Plateforme payante ou non, il suffit d’avoir atteint l’âge adulte, histoire d’être conforme à la loi, pour activer à la fois vos doigts, mais aussi les fantasmatiques dignes du monde le plus farfelu de votre imaginaire. De la simple conversation grivoise, au « spectacle » des plus que complets, tout est envisageable.

Avec qui 

Pourquoi pas avec chéri (e) d’amour ? Pas juste un truc de célibataire, d’ouverture ou d’adultère que le sexe sur le net. Ô combien cette routine maudite a le dos large en termes de justifications à la sexualité redondante ou à la libido en panique ! Une belle façon de leur faire un pied de nez, et du même coup, redonner un second souffle au fameux samedi-soir-missionnaire. Les couples, lâchez-vous !

Pour les autres, autant les esseulés que les curieux, timides ou aventureux, l’avenue d’avoir une forme de sexualité que l’on pourrait qualifier d’active, plutôt que de platonique, peut être une planche de salut à une solitude parfois trop lourde. Un contact avec autrui, même virtuellement, est plus que le bled. Croyez-moi.

Des raccourcis

Et le sexe via texto, ça vous dit ? Parce que la vie va vite pour ça aussi, il y a des raccourcis. C’est d’ailleurs cette vedette du sexe, Cindy Cinnamon, qui m’a éduquée sur cette réalité via cet article partagé.

Si vous recevez ce message texte agrémenté d’un épi de maïs, d’une aubergine ou d’une banane, messieurs, ne rêvez pas d’une discussion traitant de compost. C’est plutôt du pénis, et possiblement du vôtre, auxquels ces emojis feront référence !

Le coquillage, la tulipe ou encore le chat imageront pour leur part l’appareil génital féminin. Pour les seins, la paire de cerises sera de mise. Le train dans le tunnel, quant à lui, symbolisera une demande de pénétration. Le logo du recyclage, le trip à trois et finalement, les flèches inversées, la position 69.

De quoi égayer plus d’un ou une partenaire que ces petits symboles, à première vue, si anodins !

Attention

Oui ! Puisque le sexe technologique comporte lui aussi son niveau de risque et de dangerosité. Une fois partagés, votre contenu, vos emojis, vos photos et vos films maison se verront hors de votre plein contrôle.

Les paroles s’envolent, les écrits restent, voici aussi ce qui s’applique dans le monde du Web. À vous d’être prudents en gardant aussi en tête, encore et toujours, que cette personne derrière l’autre écran restera toujours un étranger, jusqu’aux connaissances officielles et la relation de confiance qui doit s’en découler.

Le sexe virtuel, pourquoi pas ! Puisque c’est aussi fait pour le monde majeur, à vous de l’explorer tout en restant avisés. À vos pitons.