Spiritualité

Redonner une place centrale à la Parole de Dieu

CHRONIQUE / Voici une belle occasion, en ce début d’année 2020, d’adresser mes vœux à l’ensemble des diocésains et diocésaines et à toute la population du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Mes premiers vœux pour vous sont la joie, la santé et le bonheur tout au long de cette Nouvelle Année.

À ces vœux s’ajoutent : « Que votre foi et notre foi comme Église demeurent joyeuses malgré les difficultés de toutes sortes et parfois les doutes qui peuvent nous assaillir ! Que votre santé physique et spirituelle soit une saine préoccupation de tous les jours, que le bien-être vous accompagne et que la paix soit dans vos cœurs. Que votre bonheur, vous le rencontriez dans l’amour que vous avez déjà les uns pour les autres et qui s’expriment dans les nombreux services rendus ou reçus !»

J’en profite aussi pour vous remercier pour votre implication, tout au long de l’année, dans les différentes communautés chrétiennes et mouvements. Votre engagement est très exigeant, tout comme le ministère qui m’est confié. Les problèmes sont nombreux et les défis sont grands. Cependant, je suis confiant et rempli d’espérance pour notre Église en profonde transformation.

Si nous relisons l’histoire de l’Église, nous nous rendons bien compte que les crises profondes n’ont pas manqué selon les époques. L’Église a eu constamment à s’adapter à de nouvelles cultures, à des situations inédites. Aujourd’hui, nous avons à découvrir cette nouvelle culture dans laquelle nous baignons.

On pourrait croire que l’Église est en danger. Soyons rassurés, ce n’est pas la fin de l’Église… C’est probablement la fin d’un modèle d’Église qui a donné de bons fruits en son temps. L’Esprit Saint est en train de nous indiquer des voies nouvelles pour que l’Évangile soit annoncé aux femmes et aux hommes de notre temps. Pour que le Christ soit connu, reçu et aimé.

Comme Église, nous vivons une sorte d’exil. Nous devons renoncer à une certaine manière de vivre en Église afin de poursuivre notre route où quelque chose de nouveau nous attend. Plus que cela, c’est Jésus qui nous attend.

Se réunir autour de la Parole de Dieu

Le 30 septembre dernier, le pape François a institué le Dimanche de la Parole de Dieu qui sera célébré annuellement, cette année le 26 janvier. Pour le pape, cette journée nous est donnée pour nourrir notre relation à la Parole de Dieu. Une Parole toujours vivante et actuelle quand elle est lue en lien avec la vie, avec notre vie.

Comme vous le savez, la Bible n’est pas d’abord le livre des spécialistes qui y apportent de précieuses connaissances, mais bien surtout celui des femmes et des hommes à qui le Seigneur s’adresse pour nourrir leur foi et les soutenir dans leur marche. C’est le Livre de la communauté.

Pour ma part, c’est une conviction profonde. Il faut redonner une place centrale à la lecture de la Bible afin de lui permettre d’être Parole de Dieu aujourd’hui dans nos vies. C’est aussi là le présent et l’avenir de l’Église. Nous cherchons souvent des manières nouvelles d’être Église aujourd’hui pour notre monde. Nous avons là un chemin privilégié. Par une lecture croyante de la Bible, nous faisons la rencontre de Jésus ressuscité qui nous invite à être des disciples désireux de faire route avec lui.

La Parole de Dieu suscite aussi l’engagement pour soulager toute souffrance, toute misère. C’est une Parole qui invite à dénoncer les injustices et les abus de toutes sortes, à réparer les torts, à reconnaître la dignité de toute personne, à travailler pour la paix si fragile en nos temps, à relever celui ou celle qui est tombé et qui peine à se remettre sur pied, à prendre les moyens pour sauver notre Terre, notre Maison commune, comme l’appelle le pape François, qui est en réel danger. Une lecture croyante de la Bible ne nous éloigne pas de la vie et de la réalité pour nous faire entrer dans une spiritualité désincarnée, au contraire, elle favorise une véritable rencontre avec le Christ, aussi avec les autres et nous engage à la transformation de notre monde.

Depuis plusieurs années, notre diocèse fait un bel effort pour redonner une place centrale à la Parole de Dieu dans toutes nos activités pastorales. De plus, notre Institut de formation théologique et pastorale a donné naissance aux Assemblées Théophile. Cette heureuse initiative a pour objectif de réunir des personnes autour de la Bible, selon différentes pédagogies et favoriser ainsi la rencontre avec la Parole de Dieu. Ce projet me rend vraiment très heureux.

Pour 2020, si vous aviez un cadeau à vous faire ou encore à faire à votre Église, ce serait celui de favoriser que dans toutes les paroisses et dans les différentes communautés, l’on puisse offrir cette possibilité de se réunir autour de la Parole de Dieu et de faire naître de petits groupes de lecture de la Bible. Ce serait là un excellent moyen pour donner à notre Église un visage renouvelé, transformé par la Parole.

Il est à souhaiter que cela puisse trouver écho dans la vie et dans l’agir de notre Église aujourd’hui et demain. Il y va de notre avenir. Voilà, je nous souhaite d’être une Église vivante qui ne craint pas de s’engager sur des chemins nouveaux, parfois inédits, mais d’être là où nous conduit l’Esprit Saint. Bonne Année 2020 ! Allons de l’avant, c’est le Christ qui nous invite. L’avenir est devant nous…

René Guay

Évêque du diocèse de Chicoutimi

On retrouve le texte intégral au www.evechedechicoutimi.qc.ca