Energizer propose le Power Max P19K Pop, un téléphone avec une immense batterie. Le téléphone est par contre d’une épaisseur tout aussi immense !

Pliable ou pas tuable ?

CHRONIQUE / C’est à Barcelone, en Espagne, que se tient annuellement le World Mobile Congress (WMC), qui regroupe les ténors de l’industrie du téléphone cellulaire. Ils en profitent pour dévoiler les produits qui établissent les tendances à venir. L’innovation était au rendez-vous, cette semaine, propulsée par l’effervescence de la technologie 5G, le sujet de l’heure pour de bonnes et de mauvaises raisons.

Les téléphones pliables volent la vedette

Les rabat-joie diront que le téléphone à rabat ne date pas d’hier, ce qui n’est pas totalement faux. Mais aujourd’hui, ce qui fait couler beaucoup d’encre, ce sont les téléphones munis d’un écran pliable, ce qui est aux antipodes du vétuste cellulaire de mon paternel, qui était démuni d’écran tactile.

La semaine dernière, Samsung est venue jeter de l’ombre sur le WMC en dévoilant le premier téléphone pliable au monde, le Galaxy Fold, lors d’une conférence à San Francisco, cinq jours avant le congrès. Cette annonce a eu l’effet d’une bombe sur la planète techno, plaçant la barre très haute à la veille du congrès barcelonais. Quelques jours plus tard, c’est au tour de Huawei de dévoiler le Mate X, sa version du téléphone pliable, qui encore plus impressionnante que celle de son rival sud-coréen.

Le format des deux appareils vient à contre-courant de la course à la minceur amorcée il y a quelques années, car ils sont deux fois plus épais que le téléphone intelligent conventionnel.

Je ne vous ferai pas de comparatif, car nous ne pouvons pas, pour le moment, faire l’essai des appareils respectifs, mais sachez que leurs prix risquent d’en faire sourciller plus d’un avec l’investissement de 2600$ pour le Samsung Galaxy Fold et de 3500$ pour le Huawei Mate X. C’est un pari fort risqué pour le consommateur qui déboursera cette somme faramineuse pour une technologie dont la fiabilité est encore inconnue. Par ailleurs, je ne crois pas que les premières moutures des téléphones pliants connaîtront un succès populaire, mais il n’en demeure pas moins qu’ils sont de véritables porte-étendard technologiques pour les fabricants.

Plus de caméras

La qualité de l’appareil photo d’un téléphone intelligent est, dans bien des cas, l’argument de vente numéro un. Depuis quelques années, la mode est aux téléphones munis de capteurs photo multiples et qui offrent une qualité photographique excellente.

En 2019, la majorité des appareils haut de gamme ont des capteurs multiples permettant de faire de la photo grand-angle, de la macro ainsi que de la photo nocturne.

Le Nokia 9 PureView a retenu grandement mon attention avec ses cinq appareils photo à lentilles Zeiss. Cet appareil doit offrir un rendu photographique exceptionnel.

Les Sud-Coréens LG et Samsung proposent des appareils à trois capteurs qui offrent la possibilité de faire des photos grand-angle. D’ailleurs, LG a surpris tout le monde avec le V50 ThinQ, qui est un téléphone muni d’un écran de 6,4 pouces. Il bénéficie du premier système de reconnaissance veineuse, lequel détecte les veines de la paume de votre main afin de déverrouiller le téléphone. LG propose un étui protecteur qui possède un écran de 6,1 pouces ainsi qu’une batterie permettant au V50 ThinQ de faire du multiple écran.

Quand le lapin s’en mêle!

Avoir une grosse batterie n’est pas synonyme de succès. Parlez-en à Energizer, qui a dévoilé son premier téléphone intelligent, le Power Max P18K Pop. La principale particularité de cet appareil est son immense batterie de 18 000 MAD, qui est six fois plus volumineuse que celle d’un téléphone intelligent conventionnel. Energizer prétend que vous pouvez écouter 48 heures de vidéo sans interruption sur une seule charge et que vous pouvez laisser celui-ci 50 jours en mode veille! Toute cette réserve énergétique a un prix au niveau du format de l’appareil, qui est d’une épaisseur démesurée de 1,8 cm, ce qui représente plus de trois fois celle de iPhone.

Prix astronomique

Les ventes de téléphones intelligents ne sont pas à la hauteur des prévisions, et ce, pour plusieurs raisons, dont la principale est sans nul doute le prix astronomique des nouveaux modèles haut de gamme. Le coût franchit aisément la barre psychologique des 1000$, ce qui a pour incidence un ralentissement des ventes.

Avec un prix si prohibitif, le consommateur a tendance à étirer la durée d’utilisation de son téléphone au-delà du cycle de remplacement prévu par les fabricants, qui souhaitent un remplacement des appareils après deux à trois ans d’utilisation.

Ce ralentissement des ventes a permis aux manufacturiers d’être à l’écoute des consommateurs qui veulent des téléphones avec de meilleurs appareils photo, tout en bénéficiant d’une autonomie plus grande de batterie.

J’ai essayé plusieurs modèles de téléphone intelligent depuis quelques années. En voyant les tendances fortes de 2019, je peux constater à quel point un appareil comme le Huawei Mate 20 Pro est précurseur avec ses multiples appareils photo Leica, le partage d’énergie par induction ainsi que la reconnaissance des empreintes digitales sur l’écran.

Un an plus tard, plusieurs manufacturiers offrent des téléphones intelligents avec des fonctions similaires.

Du côté d’Apple, j’espère qu’il y aura une évolution significative des modèles d’iPhone qui, jadis, étaient les téléphones intelligents les plus avancés technologiquement. Nous sommes forcés d’admettre que l’innovation au compte-gouttes offerte par Apple depuis 10 ans ne semble plus avoir le charme d’antan. D’ailleurs, j’attends depuis quatre mois qu’Apple Canada m’envoie leurs derniers modèles de iPhone, afin que je puisse vous faire part de mes impressions, mais ceux-ci semblent se défiler à chacune de mes demandes, préférant m’envoyer des ordinateurs et des tablettes.