L’application Schoolwork offrira aux enseignants une gestion complète de la classe numérique.

Les enseignants dans la mire d’Apple

Le marché des tablettes électroniques est depuis quelques années en perte de vitesse, car ce sont généralement des produits plus durables que les téléphones intelligents, et ils nécessitent un cycle de renouvellement plus espacé. Afin de faire mousser les ventes, les manufacturiers ont opté, il y a quelques années, pour des tablettes réservées aux professionnels.

On a qu’à penser à la Surface Pro de Microsoft et à l’iPad Pro d’Apple. Par contre, ce sont des produits haut de gamme qui cannibalisent littéralement le marché des ordinateurs portables. Apple présentait cette semaine un nouveau iPad avec la propension d’être l’outil idéal pour le secteur éducationnel.  

Le secteur de l’éducation est d’ailleurs un naturel pour Apple depuis déjà 40 ans, époque où l’Apple II dominait outrageusement le marché de l’ordinateur personnel. 

Avec le temps, les parts de marché du géant de Cupertino se sont grandement érodées, frôlant même l’extinction dans les années 90, dominées par Microsoft. 

Depuis le début des années 2010, nous assistons à une explosion technologique accélérée par la multiplication des plateformes et des contenus. Cette révolution matérielle, qui a pour combustible le volume sans cesse grandissant d’applications, prend désormais d’assaut le secteur fort lucratif de l’éducation. 

La domination de Microsoft et d’Apple est maintenant chose du passé avec l’arrivée de Google et de ses solutions simples et abordables pour les écoles. 

Le secteur de l’éducation fait face constamment à des restrictions budgétaires, et ce, malgré le fait qu’il doit suivre l’évolution technologique. L’escalade des coûts en infrastructures informatiques peut rapidement saper un budget, et c’est pour cela que les décideurs se tournent vers des solutions moins onéreuses, qui carburent aux logiciels libres. 

Lors du choix technologique, les décideurs doivent aussi tenir compte du coût d’acquisition pour l’élève, car trop souvent, la facture est salée et refilée aux parents. 

Les solutions de Google sont très attrayantes pour les écoles en raison du faible coût d’acquisition des appareils, qui sont souvent à moins de 250 $ l’unité, ce qui est pratiquement deux fois moins cher que la concurrence. 

Avec l’arrivée du iPad en 2010, Apple voulait reprendre des parts de marché dans le secteur de l’éducation en offrant des solutions de gestion pour les écoles. Mais à près de 500 $ l’unité, le iPad n’a pas obtenu, dans les écoles, le succès anticipé, mais a tout de même créé un besoin auprès des professeurs désireux de moderniser les techniques d’apprentissage. 

Ce besoin a été comblé en partie par le iPad, mais bon nombre d’écoles optent pour les solutions plus abordables de Google. 

Le nouvel iPad

Bien que l’annonce d’un nouvel iPad est à des années-lumière de l’euphorie collective que représente celle d’un nouvel iPhone, j’étais néanmoins curieux de voir ce que le géant à la pomme avait à nous mettre sous la dent.

 Encore une fois, Tim Cook, le taciturne PDG d’Apple, était sur scène pour nous présenter un nouveau produit. Bien qu’il soit probablement un excellent gestionnaire, il n’a pas le charisme que Steve Jobs avait pour décrire un nouveau produit. 

D’ailleurs, Jobs doit se retourner dans sa tombe, car le nouvel iPad pourra utiliser un stylet comme le iPad Pro. Le stylet a d’ailleurs été l’une des raisons pour laquelle Jobs a tué l’assistant personnel Newton dans les années 90. « Dieu nous a donné 10 stylets, n’en inventons pas un autre », racontait-il dans sa biographie. 

Le nouvel iPad, d’un format de 9,7 pouces, sera plus puissant que son prédécesseur, ce qui permettra d’intégrer la réalité augmentée. 

Avec un prix de 399 $ pour les étudiants et de 429 $ pour le commun des mortels, Apple veut offrir un produit « abordable » de qualité. 

Schoolwork

L’application Schoolwork offrira aux enseignants une gestion complète de la classe numérique. La distribution des devoirs et des projets numériques sera simplifiée, de même que la définition des échéanciers, qui facilitera grandement le travail des enseignants. 

Pour compétitionner avec Google, Apple revoit à la hausse son offre iCloud pour les étudiants, en proposant désormais 200 Go de stockage. 

Cet iPad offre une puissance se rapprochant du iPad Pro pour une fraction du prix. 

L’utilisation du stylet, vendu séparément pour 129 $,  permet d’utiliser le iPad comme un véritable bloc-notes où les notes manuscrites côtoient dessins et gribouillages. Un stylet moins onéreux sera disponible via Logitech pour une soixantaine de dollars. 

Les démonstrations de réalité augmentée semblent très prometteuses, et c’est selon moi un attrait majeur dans le domaine de l’éducation, pourvu que les développeurs suivent la parade.