[MATIÈRE À RÉFLEXION] Voir le positif dans le négatif 

Guylaine Tanguay est une chanteuse country originaire de Girardville, au Lac-Saint-Jean. Son nouvel album a été lancé cette semaine, mais depuis le début de la pandémie, elle a dû mettre un frein à plusieurs projets. Cette situation ne l’a cependant pas empêchée d’offrir des prestations sur les réseaux sociaux et à l’extérieur de résidences pour aînés. Elle nous parle aujourd’hui de sa réalité en temps de crise.

Q: Guylaine Tanguay, comment vit-on cette pandémie quand on a atteint de nouveaux sommets dans notre carrière ? On vous voit partout et vous animez une émission country et tout d’un coup, tout s’arrête.

R: Comme à l’habitude, j’essaie de voir le positif à travers tout ce négatif. Je pense beaucoup à mes musiciens et à mon sonorisateur, pour qui tout s’est arrêté si rapidement. J’essaie avec mon mari, mon gérant, de trouver des façons de faire travailler mon équipe. C’est mon principal défi. Je ne pense pas trop à moi. Je pense à ma gang !

Q: Vous faites des prestations musicales avec une de vos filles sur les réseaux sociaux. Qu’est-ce qui vous motive ? Maintenir un lien avec votre public et faire du bien ?

R: Je voulais garder un lien avec le public. Pour moi, c’est primordial. Ces capsules sont rapidement devenues un rendez-vous qui fait du bien à pas mal de monde ! Ma fille est comme moi. Elle aime faire une différence dans la vie des gens et ensemble, on essaie d’apporter un peu de couleurs à travers ces moments plus sombres.

Q: Vous être originaire du Lac-Saint-Jean (Girardville) et vous habitez Laval. Est-ce que c’est difficile de ne pas voir vos proches ?

R: Ma famille habite maintenant à Dolbeau-Mistassini. Je suis habituée de passer de longs moments sans voir ma famille, mais ces temps-ci, j’aurais vraiment besoin de passer du temps avec eux. 

Q: Quel rôle joue la visioconférence dans cette situation ?

R: On est plus Messenger. Des photos, de courtes vidéos… On s’écrit beaucoup ! Rien de long, mais régulièrement.

Q: Les déplacements sont maintenant autorisés. Projetez-vous de venir faire une visite ?

R: On ne peut pas vraiment débarquer au Lac-Saint-Jean, je crois. Si je me fie aux dernières nouvelles, nous ne sommes pas autorisés à entrer dans les maisons. Alors, on va attendre !

Q: Que peut bien faire une artiste comme vous en temps de pandémie ?

R: Je cuisine beaucoup, je suis très active pour mes fans (messages privés, etc.), on marche, on fait un peu de vélo, de la piscine et on essaie de garder notre esprit créatif ! 

Q: Est-ce que la notion du temps a changé pour vous ?

R: Pas vraiment. J’ai toujours été capable de profiter du temps que j’ai. En ce moment, mes journées passent vraiment vite, même si tout est plus compliqué dans mon travail. Ça fait des horaires chargés.

Q: Plusieurs affirment que le monde va changer. Êtes-vous d’accord ?

R: Il va changer pour un moment, mais je crois que beaucoup de choses reviendront comme avant. L’humain est ainsi fait. Par contre, la vie de bien des gens sera remplie de souvenirs et de cicatrices émotionnelles de cette pandémie. On va plus apprécier notre liberté en tout cas.