Le Quotidien
Jean-François Quessy et sa conjointe ont choisi de quitter la région pour se rapprocher des spécialistes du CHU Sainte-Justine qui suivent leur garçon Éli-Noam.
Jean-François Quessy et sa conjointe ont choisi de quitter la région pour se rapprocher des spécialistes du CHU Sainte-Justine qui suivent leur garçon Éli-Noam.

[MATIÈRE À RÉFLEXION] Différent et heureux

Anne-Marie Gravel, rédactrice en chef
Anne-Marie Gravel, rédactrice en chef
Le Quotidien
La déficience intellectuelle ne faisait pas partie du plan de match de Jean-François Quessy et de sa conjointe quand ils ont choisi d’avoir des enfants. Leur deuxième garçon, Éli-Noam, huit ans, compose avec une mutation extrêmement rare qui entraîne des problèmes de santé, une épilepsie et une déficience intellectuelle sévère. Le papa a toujours été actif sur le Web, témoignant du quotidien de sa famille, de ses défis et de ses réussites, afin de contribuer à démystifier leur réalité. Il poursuit aujourd’hui son oeuvre en partageant ses réflexions avec Le Progrès dans le cadre de la Semaine québécoise de la déficience intellectuelle.