Un deuil incompris

«Au fil des ans, j'ai remarqué que la complicité que développent les humains et les animaux dérange parfois. C'est pourquoi la perte d'un animal est un deuil difficile qui doit souvent se vivre dans l'ombre.»
Perdre un animal, c'est un deuil. Peu importe l'âge, qu'on soit un homme ou une femme, l'épreuve est difficile. On banalise et on censure ce sujet, parce qu'on n'a pas envie de se faire dire «c'était juste un animal».
Pourtant, quand on les aime, on sait que chaque animal est un nouveau chapitre et une nouvelle aventure unique. Cet amour est indescriptible. C'est un état et une perception unique à soi-même. On peut même sentir que ça dérange. Ça dérange de voir qu'on peut s'attacher à des êtres vivants autres qu'à des humains. Malsain ? Je ne pense pas. À chacun son bonheur et à chacun son chemin pour s'y rendre. Qu'on aime flatter son chien, son char ou sa guitare, c'est selon.
En lançant un appel à tous parmi les internautes fans de la page Facebook de Picotte, nous avons eu de très beaux témoignages qui prouvent que la tristesse de perdre un animal est une épreuve difficile. Encore pire, décider de la mort d'un animal, c'est troublant.
Témoignages
«Moi, j'ai dû faire euthanasier une chatte abyssin âgée de 15 ans. Je l'aimais beaucoup et ça ne me gêne pas de dire que j'en ai pleuré un bon coup.» - Francine Thibeault
« Quand Sam, ma femelle rottweiler est décédée à neuf ans d'un cancer du foie, un morceau de moi est parti. Chez le vétérinaire, j'ai eu un service remarquable. J'ai eu le temps de lui dire adieu dans une salle isolée. Elle est chez moi incinérée. Après six ans, quand je parle d'elle, je pleure encore.» - Mado Girard
«Mon chien était mourant et ma grand-mère m'avait dit que ce n'était pas grave et que j'avais juste à la faire tuer et en racheter un autre. Je ne l'ai vraiment pas pris... J'aimais vraiment mon chien même s'il avait juste un an.» - Monika Poirier
«L'euthanasie a été pour moi la chose la plus douloureuse à faire et surtout à me pardonner... De toutes les relations amoureuses que j'ai eu, croyez-le ou non, l'euthanasie a été ma plus grande peine d'amour à vivre... Ce qui est difficile c'est que l'animal ne meurt pas de lui-même, il nous faut prendre la décision de lui enlever la vie et c'est ça qui m'est resté dans la gorge même si, aujourd'hui, je suis désormais en paix avec ma décision.» - Diane Lavoie
«Après 13 ans de vie commune, mon chum a dû faire euthanasier son chat adoré. Il était tombé en bas du troisième étage et il avait la colonne fracturée, donc il était paralysé. Ce fut une très dure épreuve pour mon chum qui a perdu dix livres en deux semaines. Ça fait maintenant un an et on pense à lui tous les jours.» - Valérie Guérin