Une vingtaine de personnes et presque autant de chiens, pour la plupart de race berger shetland, s'étaient réunis le 31 janvier dernier afin de marcher ensemble.

Un beau prétexte pour tisser des liens

CHRONIQUE / Louise Gagnon est éleveuse de berger shetland à Chicoutimi (Élevage Shetland Louna). Sachant que la période de socialisation est un moment critique chez le chiot, elle cherchait un moyen de faire vivre des expériences positives à ses chiots.
C'est pourquoi elle a eu l'idée, il y a un an, de créer un groupe Facebook «Berger shetland Saguenay» afin de réunir tous les propriétaires de cette race. Ce groupe compte maintenant 98 membres. Toutes les semaines, des sorties plein air, des initiations à des sports canins et des activités de toutes sortes sont proposées. «Ensemble, les chiens de race berger shetland ont la même énergie et il n'y a jamais de conflit», constate madame Gagnon.
Cette initiative permet de faire de belles rencontres, mais aussi d'aider des chiens qui sont plus timides avec les autres chiens ou les humains. C'est le cas de Sabrina Desrosiers qui avait adopté un chien craintif envers les inconnus. Après une dizaine de rencontres, à force de faire des associations positives avec les humains, son chien a pris confiance en lui.
<p>Sheila Gagnon et Stéphanie Routhier, toutes deux passionnées par la photo et les animaux, ont décidé de s'unir pour créer le Club des 100 poils.</p>
<p>Quand elle est fatiguée, la doyenne du groupe « Berger shetland Saguenay » a droit à un privilège. En effet, Linda Gagné installe Maya dans son petit traîneau. </p>
Photographes
Sheila Gagnon et Stéphanie Routhier, toutes deux passionnées par la photo et les animaux, ont décidé de s'unir pour créer le Club des 100 poils. Les deux amies et collègues de travail passent leurs temps libres à courir les événements afin de capter des bêtes sous tous leurs angles.
Le 31 janvier dernier, les deux talentueuses photographes s'étaient jointes au groupe «Berger shetland Saguenay» afin de marcher avec eux et immortaliser ce moment. «Pour l'instant, on s'amuse et on prend de l'expérience... On ne charge rien», précise Sheila.