Par leurs confidences, Lili Rodrigue, Zoé Grenier et Victoria Deschênes démontrent que leur amitié est précieuse et essentielle à leur bonheur.
Par leurs confidences, Lili Rodrigue, Zoé Grenier et Victoria Deschênes démontrent que leur amitié est précieuse et essentielle à leur bonheur.

Trois amies se confient

CHRONIQUE / Depuis quelques mois, tout le monde, y compris les enfants, s’adapte aux changements engendrés par la crise de la COVID-19. Pour Zoé, Victoria et Lili, le bonheur est revenu quand elles ont pu se retrouver et jouer ensemble.

Les trois fillettes, qui ont respectivement 9, 8 et 7 ans, restent dans la même rue, à Chicoutimi-Nord. Elles vont à l’École primaire Vanier et passent tous leurs temps libres à se baigner, à faire du trampoline, à jouer dans la cabane de Victoria, à faire du vélo ou de la trottinette et à s’organiser des pique-niques.

Quand les écoles primaires ont annoncé leur réouverture, Victoria et Zoé étaient contentes de revoir Madame Marie-Ève, leur enseignante de troisième année.

« Je sautais de joie, se remémore Victoria. J’ai trop aimé ma troisième année. C’est ma meilleure année, parce que j’ai capoté raide sur Madame Marie-Ève. C’est la meilleure prof. »

Évidemment, ce n’est pas tout à fait comme avant. « Il y a beaucoup plus de règlements, comme se tenir à deux mètres de nos amis, et il y a des jeux qu’on ne peut plus faire », soulignent Zoé et Victoria.

« Pour la fin de l’année, on était censés aller à Québec en autobus, mais on n’a pas pu y aller », poursuit Zoé.

« Moi, je suis bien contente, parce que j’ai le mal du transport et j’aurais pu vomir dans l’autobus », intervient Victoria.

De son côté, Lili n’est pas retournée à l’école. « Mes parents avaient peur que j’attrape la COVID. Ils ont fait un bon choix. J’ai terminé tous mes devoirs à la maison », mentionne Lili.

Au début de la pandémie, Zoé écoutait souvent les nouvelles pour se garder informée. « Ma mère regarde souvent sur son téléphone pour voir le nombre de personnes qui ont la COVID et elle m’explique tout ça. Elle m’a dit que dans son temps, elle n’avait jamais vécu une grosse période comme ça », raconte Lili.

Qui est la plus leader de vous trois ?

C’est Lili ! Elle décide plus et fait respecter les règlements.

Qui est la plus drôle ?

C’est Victoria ! Elle fait beaucoup de niaiseries.

Qui est la plus brave ?

C’est Zoé ! Mais Victoria est plus courageuse dans la piscine quand l’eau est très froide.

Qui est la plus tannante ?

(Lili) Moi !

Comment vous voyez-vous dans dix ans ?

(Victoria) Je nous vois jouer jusqu’à minuit et faire des gros partys dans le sous-sol de Zoé.

(Lili) Moi, je pense qu’on ne va plus se connaître. On va s’oublier.

Qu’est-ce que vous avez le plus mangé pendant le confinement ?

(Lili) Ma mère travaillait, donc on se bourrait souvent dans les cochonneries. On mangeait même des biscuits Oreo le matin, en cachette.

(Zoé) Comme maman aime beaucoup la pizza, on en mangeait souvent.

Est-ce que l’école est comme avant ?

(Victoria) Non ! Non ! Non ! Il faut se laver les mains aux deux minutes, même aux deux secondes. C’est presque la seule chose qu’on fait dans notre journée.

Aimeriez-vous que ce genre de virus revienne un jour ?

(Victoria) Non. Si ça revient, je pète une coche.

(Zoé) Non. C’est trop plate de toujours écouter les nouvelles.

Qu’est-ce que vous avez aimé du confinement ?

(Lili) C’était cool quand même parce que mon prof est sévère et des fois, j’avais le goût de prendre congé d’elle. Je l’aimais quand même. Elle chiale, mais des fois, la personne le mérite. Surtout quand un élève parle toujours en même temps qu’elle.

(Zoé) En confinement, j’ai aimé ma fête ! Tous mes amis sont venus me porter des cadeaux.

(Lili) Je pouvais aussi jouer beaucoup avec mes amis, toute la journée. Ma mère nous réveillait tôt. On déjeunait, on se préparait et on faisait de l’école pour se débarrasser de ça le matin.

Est-ce que vous vous ennuyez de magasiner et de manger au resto ?

(Victoria) Oui. Je m’ennuie de magasiner avec ma grand-mère parce qu’elle m’achetait plein de belles choses, comme des sandales chics. Elle m’achète tout ce que ma mère ne veut pas m’acheter !

(Zoé) Je m’ennuie d’aller au St-Hubert avec grand-mère.

(Lili) Je m’ennuie de manger des sushis au restaurant, de donner des bisous ou de faire des câlins à mes grands-parents.