Pour sa dernière année au secondaire, Virginie Houle a accepté de camper le rôle de la ministre des Communications au Séminaire de Chicoutimi.

Portrait d’une élève impliquée

CHRONIQUE / Depuis une dizaine d’années, le Séminaire de Chicoutimi a trouvé une bonne stratégie pour tenir Le Progrès informé de ce qui se passe entre les murs de son école.

En effet, tous les ans, un membre du conseil étudiant est mandaté pour occuper le poste de ministre des Communications. Cette année, c’est Virginie Houle qui a accepté de relever le défi. L’animatrice de vie étudiante, Chantale Bourbonnais, assure l’encadrement de cette jeune volontaire qui devra écrire des communiqués de presse, prendre des photos et aller à la rencontre des élèves de son école qui se démarquent.

Comme elle est en cinquième secondaire, c’est une belle façon pour Virginie de terminer ses études secondaires en beauté.

Si elle a accepté de camper ce rôle, c’est qu’elle se sent prête. « Je suis une fille impliquée, généreuse et travaillante. Je n’ai pas peur de m’investir. J’ai fait partie de l’équipe de la radio étudiante tout le long de mon primaire », souligne la jeune femme de 16 ans qui s’exprime avec aisance. Si elle fait preuve d’autant de discipline, pour organiser son temps, c’est peut-être aussi parce qu’elle est ballerine depuis l’âge de trois ans et qu’elle a appris très tôt à gérer son horaire. Le chant et la lecture font également partie de ses passions.

« J’ai fait partie du conseil d’élèves tout au long de mon primaire. J’ai même été première ministre de l’école en sixième année. Il était normal pour moi de faire partie du conseil des ministres rendu au secondaire », poursuit-elle. L’an passé, elle était secrétaire et devait écrire tous les résumés des rencontres. Cette année, comme ministre des Communications, elle devra encore faire preuve d’habiletés en écriture. N’ayant pas peur du travail, elle fait aussi partie du comité pour l’album des finissants.

En 2014, lors de l’épreuve provinciale de français des 77 000 élèves de sixième année du Québec, Virginie a vu son texte sélectionné pour être immortalisé dans la capsule temporelle du Planétarium Rio Tinto Alcan de Montréal.

Son talent en écriture l’a propulsée à cinq reprises au sommet des gagnants du concours « Jeunes auteurs à vos crayons » organisé par le Salon du livre du Saguenay-Lac-Saint-Jean. « J’ai également participé à la finale régionale de l’Expo-Sciences à quatre reprises », mentionne celle qui se passionne pour la physique.

Capsule temporelle

À la fin de son primaire, en 2014, Virginie, et tous les élèves de sixième année du Québec, participaient à un projet d’écriture original pour leur épreuve provinciale de français. Le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport du Québec avait alors approché l’équipe d’Espace pour la vie pour collaborer avec le Planétarium Rio Tinto.

Les élèves devaient réfléchir à la question suivante « comment la vie sera-t-elle en 2050 ? » et écrire une lettre destinée aux enfants du futur en y décrivant les prédictions des scientifiques d’aujourd’hui pour 2050, les technologies qu’ils voudraient voir évoluer et ce qu’ils souhaiteraient conserver de notre époque. Parmi les 77 000 textes écrits, 25 lettres, dont celle de Virginie, ont été choisies pour passer à l’histoire. Elle est la seule représentante du Saguenay-Lac-Saint-Jean à avoir été retenue. L’équipe du Planétarium a par la suite placé les 25 lettres gagnantes, écrites par les enfants de 12 ans, dans une capsule temporelle. L’ouverture est prévue seulement en 2050 !

« Ce que j’aimerais conserver pour l’avenir, ce sont les livres en papier. Rien ne peut remplacer la beauté d’un livre, le calme qu’il procure et l’odeur qu’il dégage. Je serais triste de constater que les livres en papier sont tous remplacés par des livres numériques », écrivait Virginie en 2014 dans sa lettre destinée aux enfants de 2050.

Assurément, avec ce fascinant parcours, Virginie fera une excellente ministre des Communications !

Mélissa Viau a profité de son passage au Salon du livre, jeudi matin, pour rencontrer plusieurs jeunes au kiosque du Quotidien / Progrès.

Médias

Tout comme le Séminaire de Chicoutimi, si ton école, primaire ou secondaire, a envie d’alimenter cette page de journal, c’est très simple ! Il suffit de monter une petite équipe composée de quelques élèves et d’un membre du personnel. Les élèves devront écrire de courts communiqués, prendre des photos et communiquer avec Mélissa Viau pour lui présenter des projets scolaires, des élèves qui se démarquent ou parler d’évènements spéciaux. Lorsque ton équipe sera formée, tu recevras la visite de Mélissa pour une photo officielle afin présenter ton école aux lecteurs du Progrès. Pour plus d’informations : mviau@lequotidien.com.