Pour alimenter sa chaîne YouTube « Mély L’Exploratice » , Mélyna Vaillancourt s’installe souvent dans sa chambre et elle utilise son cellulaire.

Mély L’Exploratrice démarre sa chaîne YouTube

CHRONIQUE / Quand les vacances d’été 2019 ont commencé, il était important pour Mélyna Vaillancourt de se trouver une occupation.

Après avoir appris que Boram, l’une des plus populaires « YouTubeuses » de la Corée du Sud, âgée de seulement six ans, avait pu s’acheter une maison de cinq étages d’une valeur de 10,6 M $, Mélyna a eu une idée.

« Je me suis créé une chaîne YouTube et je me suis mise à faire des vidéos », raconte la jeune fille de huit ans. Même si Mély L’Exploratrice compte seulement une dizaine d’abonnés, et qu’elle est loin des 31 millions d’abonnés qui suivent la petite Coréenne critiqueuse de jouets, la « YouTubeuse » de Jonquière garde espoir. En effet, elle prévoit en parler à l’école. « Comme j’ai commencé ce projet pendant l’été, peu d’élèves de mon école Le Tandem de Jonquière sont au courant de ce que je fais », précise-t-elle.

Inspirée par les « YouTubeurs » français dont Amélina Kids, Néo & Swan, Madame Récré et l’Atelier de Roxane, dès que Mélyna plonge dans son personnage de Mély L’Exploratrice, elle adopte naturellement l’accent français.

À l’aise dans le public, Mélyna Vaillancourt aime bien travailler au magasin Ericatout, situé à Jonquière, qui appartient à son père.

Mély L’Exploratrice présente des poupées L.O.L, fabrique du slime, concocte des potions inventées, et se maquille avec son amie Gabrielle. De plus en plus de ses amies acceptent de participer à ses vidéos. Elle compte une vingtaine de publications jusqu’à maintenant. « Pour filmer, je m’installe habituellement dans ma chambre et j’utilise mon cellulaire », souligne-t-elle. Lors de sa rencontre avec le journal, elle prévoyait faire une capsule concernant son voyage en famille au Parc Safari.

« C’est drôle, parce que ma fille est plus gênée que son frère de 11 ans et c’est pourtant elle qui fait une chaine YouTube et qui démontre un intérêt pour travailler dans le public », remarque sa mère, Cynthia Bolduc. La fillette de troisième année, tout comme quelques-uns de ses amis, a même son compte Facebook qui est théoriquement réservé aux personnes de 13 ans et plus. Par contre, son compte est surveillé de près par ses parents.

L’information véhiculée par ses parents, à l’école et dans certaines vidéos qu’elle regarde, lui a appris les dangers qui la guettent face aux inconnus malintentionnés qui pourraient tenter de l’aborder via sa page Facebook. « J’ai seulement 25 amis que mes parents connaissent tous », rassure-t-elle. Même si elle fait beaucoup de vidéos, elle ne les publie pas toutes. Ses parents supervisent son travail pour être certains que tout soit sécuritaire.

Si un jour sa chaîne YouTube lui rapportait de l’argent, Mélyna s’achèterait la dispendieuse maison pour ses poupées L.O.L « Et je m’achèterais un chaton ! » Si elle avait les moyens de s’acheter une maison de luxe, elle investirait dans la cuisine. « Je voudrais un gros frigo, qui donne de l’eau, un beau comptoir et pas de locataires. J’aurais aussi une grosse télé, pour regarder mes chaînes préférées, une salle de jeu dans ma chambre et un lit double. »

De père en fille

Le père de Mélyna, Éric Vaillancourt, a un commerce depuis deux ans sur la rue Saint-Dominique, à Jonquière. Ericatout est un magasin général qui, comme son nom l’indique, offre à peu près de tout. « On a des accessoires pour les chiens, des vêtements, des outils, des lunettes, des chaussures et des bijoux », énumère sa fille. Souvent, Mélyna accompagne son père au travail pour opérer la caisse. Tout comme son papa, elle semble avoir la bosse de l’entrepreneuriat. « J’aimerais un jour avoir ma garderie. Je vais souvent chez mon amie Rosalie et sa mère a une garderie. On l’aide beaucoup pour amuser les enfants », ajoute-t-elle. Stratégique, dans ses vidéos, Mélyna fait aussi de la publicité pour le magasin de son père. « Je fais semblant qu’il nous a envoyé un colis et on l’ouvre. » Quand elle pense à son avenir, elle aimerait aussi devenir prof pour prendre la parole devant un groupe attentif à elle et à qui elle pourrait apprendre des choses.