Marie-Claude a la chance d’avoir gardé le même groupe d’amies du secondaire. Tous les ans, les six amies font leur photo annuelle avec de plus en plus d’enfants.

Mariée et mère de trois enfants

CHRONIQUE / Il y a presque 15 ans, Marie-Claude Bédard participait à La Mini Bio-d’Ado du journal Le Progrès. L’élève de 17 ans était en cinquième secondaire, à l’école Charles-Gravel, et faisait partie du journal étudiant Le Gravillon.

Elle était attirée par le théâtre et les arts. « J’étais timide, mais quand je me retrouvais avec mes amis, j’aimais prendre la parole et m’exprimer. J’ai souvent passé dans les pages ado du journal Le Progrès pour parler de différents sujets, dont l’environnement », se remémore Marie-Claude.

La jeune maman de trois enfants, âgés d’un an, quatre ans et six ans, habite maintenant à Arvida. Elle est en couple depuis 11 ans et s’est mariée il y a dix ans.

Quand on lui demande ce qui a le plus changé dans sa vie depuis 15 ans, elle répond sans hésiter que ce sont les responsabilités qui se sont ajoutées. « Avec trois enfants et une maison, disons que ça change bien des choses », mentionne-t-elle.

Celle qui est enfant unique ne compte pas agrandir sa famille davantage. « Avec les horaires de mon chum qui est infirmier, je suis souvent seule avec les enfants. Il fait des 12 heures, de jour, de nuit, une fin de semaine sur deux… ce n’est pas évident », poursuit Marie-Claude. Elle doit aussi gérer les cours de karaté, le ballet, l’école et la garderie !

Carrière

Enfant, Marie-Claude rêvait de devenir vétérinaire. À l’adolescence, c’est plutôt la gestion et la comptabilité qui l’attiraient. « J’ai étudié en comptabilité et je travaille en finances depuis 2008 pour le ministère des Transports », souligne-t-elle.

Pièce préférée

À 17 ans, sa pièce préférée dans la maison était sa chambre, parce qu’elle y retrouvait tout ce dont elle avait besoin. « Aujourd’hui, c’est la cuisine que je préfère. C’est le lieu rassembleur où on se retrouve toute la famille le matin, pour faire les lunchs et cuisiner », remarque-t-elle.

Marie-Claude Bédard est en couple depuis 11 ans et mariée depuis 10 ans avec Étienne Laroche, le père de ses trois enfants.

Objet préféré

L’objet qu’elle appréciait le plus, au secondaire, était sa montre qu’elle avait reçue à 11 ans et qu’elle n’arrivait pas à enlever de son poignet même si ses amies lui disaient qu’elle était laide. « Je ne m’en souviens même plus ! Je ne sais pas ce qu’elle est devenue, je l’ai peut-être perdue, lance-t-elle.

Maintenant, mon objet le plus précieux est mon alliance de mariage. Elle date de 1957. C’était la bague de mariage de ma grand-mère maternelle. Nous l’avons fait bénir et remise à neuf. Je la porte depuis ce temps. »

Musique et film

En 2005, l’album qu’elle écoutait en boucle était celui de Dany Bédard parce que ça lui rappelait son père.

Elle écoute encore ce chanteur en pensant à son père, maintenant décédé. C’est lui qui lui avait fait découvrir ce chanteur qui continue d’être un de ses artistes préférés.

À l’époque, son film préféré était La Guerre des mondes. « L’Étrange Noël de Monsieur Jack est devenu un de mes classiques que j’ai fait découvrir à mes enfants et qui est devenu notre film fétiche qu’on écoute en famille. »

Triste

Ce qui la rendait triste, à l’adolescence, c’était les comportements de tromperies et de mensonges reliés aux histoires d’amour.

« C’est encore quelque chose qui vient me chercher. J’ai une bonne amie qui est passée par là avec un ex-chum contrôlant. Ça va toujours me marquer. »

En 2005, Marie-Claude Bédard participait à La Mini Bio-d’Ado du journal Le Progrès.

Phobie

Depuis qu’elle est petite, elle a une phobie incontrôlable de tous les insectes et ça n’a pas changé avec le temps. « J’essaie de ne pas le faire voir à mes enfants, et de garder mes réactions à l’intérieur, mais je pense que ma fille est pognée elle aussi avec ça. » Ayant grandi entourée d’animaux, elle a transmis cet amour à ses enfants qui ont la chance d’être entourés d’un chien et deux lapines.

Amies

En 2005, les amies de Marie-Claude la décrivaient comme une fille directe, drôle, et qui aimait prendre la parole. Aujourd’hui, ses amies diraient la même chose d’elle. Même dans sa vie occupée, elle a la chance d’avoir gardé le même groupe d’amies du secondaire. « On est six filles et on ne s’est jamais lâchées depuis notre première secondaire. Tous les ans, on fait notre photo annuelle avec de plus en plus d’enfants », conclut Marie-Claude.