C’est à l’école Sainte-Bernadette de Jonquière, qu’elle a fréquenté de maternelle à la quatrième année, qu’Anna-Eve a été initiée à l’entrepreneuriat.
C’est à l’école Sainte-Bernadette de Jonquière, qu’elle a fréquenté de maternelle à la quatrième année, qu’Anna-Eve a été initiée à l’entrepreneuriat.

Les chouchous d’Anna-Eve

Depuis le début du confinement, Anna-Eve Girard consacre presque tous ses après-midi à la gestion de son entreprise. Du haut de ses 11 ans, elle coud des chouchous, lesquels trouvent preneur un peu partout au Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Le 20 avril, la gestionnaire d’Anna-Chou annonçait aux 200 personnes qui la suivent sur sa page Facebook qu’elle avait confectionné et livré 160 chouchous en sept jours !

Pour respecter la distanciation sociale imposée par le gouvernement, elle livre les commandes sur les balcons de ses clients. « Quand c’est trop loin, on les envoie par la poste », souligne Anna-Eve.

Sensibilisée à l’importance de protéger la planète, la jeune couturière récupère des vêtements trop petits qui ne lui font plus, en plus des tissus qu’elle achète.

C’est sa mère, Marie-Hélène Gagnon, qui l’a initiée à la couture. « Comme on est trois enfants, ma mère coud surtout pour réparer nos vêtements », poursuit-elle.

De plus, sa mère a conçu un tableau Excel afin d’aider sa fille à tenir ses inventaires, noter ses dépenses et comptabiliser ses ventes et ses profits.

Jusqu’en quatrième année, la jeune fille fréquentait l’école Sainte-Bernadette de Jonquière, une école entrepreneuriale. « À cette école, on pratique beaucoup les valeurs entrepreneuriales et, tous les ans, on fait un marché de Noël pour vendre nos produits. Quand j’ai changé d’école pour aller au programme de gymnastique, j’avais le goût de continuer d’avoir une petite entreprise », raconte Anna-Eve.

Comme sa mère enseigne à Sainte-Bernadette, elle fait beaucoup de projets entrepreneuriaux avec ses élèves, ce qui lui permet d’avoir de bonnes connaissances pour épauler Anna-Eve dans son projet.

Comme le démontre Anna-Eve, les chouchous sont des élastiques à cheveux recouverts de tissu pour faire plus joli.

Pour l’instant, les accessoires Anna-Chou se vendent principalement via les réseaux sociaux, que l’administratrice alimente de superbes photos de ses créations. « J’aimerais bien me créer une boutique Etsy. J’ai aussi participé au marché de Noël de L’Anse-Saint-Jean parce que nous avons un chalet là-bas », précise-t-elle.

Entraide

Étant issue d’une famille de trois enfants, Anna-Eve peut compter sur tous les membres de sa famille, dont ses soeurs aînées, Zoé-Laurence et Charlie-Ann, pour lui donner un coup de main dans son entreprise. Quant à son père, Bruno Girard, il s’occupe de la gestion de l’argent pour les paiements. « Ensuite, il me donne l’argent », rassure Anna-Eve. C’est avec son père qu’elle livre les commandes en voiture.

Parmi ses tâches, la gestionnaire d’Anna-Chou doit choisir et acheter ses tissus, les couper et confectionner les chouchous. Elle apprend aussi à gérer son temps pour atteindre les délais prévus entre les commandes et la planification des livraisons. Quelques fois par semaine, elle alimente sa page Facebook afin de faire connaître son produit.

Avec ses profits, Anna-Eve projette s’acheter une nouvelle planche à neige.

Depuis le début du confinement, Anna-Eve Girard consacre presque tous ses après-midi à la confection de ses chouchous.

Ayant à coeur le travail des artisans, l’été, quand elle voyage avec sa famille, elle adore visiter les petites boutiques locales et acheter des choses faites à la main.

Entreprise

L’entreprise d’Anna-Eve, baptisée Anna-Chou, a vu le jour à l’été 2019, une idée inspirée par la gymnastique. « En gymnastique, pour attacher mes cheveux, j’ai toujours besoin de chouchous. Ce sont des élastiques à cheveux recouverts de tissu pour décorer. C’est comme ça que j’ai eu l’idée d’en fabriquer et d’en vendre, se remémore la jeune fille. En plus, à Noël, j’avais reçu une machine à coudre en cadeau. »

D’ailleurs, l’élève de l’école Sainte-Lucie de Jonquière est bien fière de faire partie du programme sport-arts-études gymnastique et elle a hâte de pouvoir recommencer l’entraînement. « Quand l’école et la gymnastique vont reprendre, je vais coudre les soirs et les fins de semaine », conclut la propriétaire de l’entreprise Anna-Chou.

Pour en savoir sur Anna-Chou, visitez sa page Facebook au https://www.facebook.com/Anna-Chou-109101157112736/.