Le 10 juin prochain, Pierre-Alexandre Larouche, Mathieu Gagnon, Olivier Morissette et Florence Hébert invitent la population à venir courir au profit de l’Association internationale des droits de l’enfant en difficulté et de la souffrance.

La Bénéficourse vient en aide aux enfants asiatiques

Tout au long de leur cheminement au Programme d’éducation internationale (PEI), les élèves de l’école secondaire Charles-Gravel doivent faire de l’engagement communautaire selon leur niveau, par exemple organiser une course au profit d’un organisme à but non lucratif.

On leur demande d’accomplir une vingtaine d’heures par personne dans ce bénévolat.

« En première secondaire, nous devions faire du bénévolat pour aider notre entourage. En quatrième secondaire, nous devons venir en aide à un organisme international », relate Olivier. 

Pierre-Alexandre, Mathieu, Olivier et Florence se sont unis pour organiser une course payante dont l’intégralité des profits sera versée à l’Association internationale des droits de l’enfant en difficulté et dans la souffrance (AIDEDS). Leur objectif est de remettre au minimum 1000$ à cet organisme humanitaire, qui vient en aide aux enfants de l’Asie du Sud-Est.

« Nous vous invitons à venir participer au fruit d’une longue année de travail afin de bouger tout en apportant votre aide à des enfants dans le besoin », écrivent les organisateurs de 15-16 ans sur la page Facebook de leur événement. 

Différents intervenants de l’école remarquent que c’est un projet très audacieux. « On a eu beaucoup d’aide notamment de la directrice, de deux enseignants, de l’animatrice de vie étudiante et de l’animateur de vie spirituelle », poursuit Mathieu. Plus d’une quinzaine d’élèves du PEI de la première à la cinquième secondaire, n’ayant pas terminé leurs heures de bénévolat, ont accepté de se joindre à la Bénéficourse du 10 juin comme bénévole. La Fondation Charles-Gravel a aussi débloqué un budget pour offrir des fruits et des bouteilles d’eau aux participants. 

Chaque membre du groupe s’est occupé d’une portion de l’organisation. « J’ai tenu le journal de bord, les documents et la paperasse à remplir pour l’école », mentionne Florence. Pierre-Alexandre et Olivier étaient davantage dans l’administration. « On s’est occupé de la logistique, des rencontres et des différents appels, entre autres pour réserver le parc », précisent les deux acolytes. Pendant ce temps, Mathieu s’est occupé du côté informatique. « J’ai fait les billets, créé la page Facebook de l’événement et fait le visuel pour la course », ajoute-t-il. 

Le 10 juin prochain, ces jeunes organisateurs ont réservé un circuit du parc de la Rivière-du-Moulin de Chicoutimi. Pour 10$, les participants pourront défier la piste de trois kilomètres ou celle de six kilomètres. L’événement se déroulera en avant-midi, à partir de 10h. Déjà une cinquantaine de coureurs sont  inscrits et l’objectif est d’en avoir au moins 200. « Notre événement s’adresse aux familles. Par contre, par mesure de sécurité, nous interdisons la présence de chiens », précise Pierre-Alexandre.

Pour en savoir plus : www.facebook.com/Beneficourse

MES COUPS DE TÉLÉPHONE

Voici une page de mon journal intime alors que j’avais 12 ans. L’école tirait à sa fin, les vacances d’été approchaient, et nous avions des examens seulement dans l’avant-midi. Le reste de la journée servait à s’amuser !

« Levée à 6 h 30 pour partir à l’école. J’ai eu un examen de maths. Je suis revenue chez nous, j’ai dîné et Véro est venue faire un tour. On a fait une de nos inventions que l’on a appelée gâteau Vémé. (C’était un œuf, de l’eau et de la farine qu’on mettait au micro-ondes. Ça faisait comme une colle qui devenait une crêpe pas vraiment bonne. On faisait ça juste quand nos parents n’étaient pas là.) Ensuite, nous avons fait des coups de téléphone avec mon enregistreuse. (J’étais tannante, mais c’était mon jeu préféré !) Vers 14 h 30, je suis allée chez Véro. On n’a pas fait grand-chose. Je suis revenue chez moi et j’ai soupé avec ma sœur et mon père pendant que ma mère mangeait au restaurant avec son amie Noëlla. Yvon et Nicole sont venus faire un tour. J’ai pris mon bain, j’ai étudié et je me suis couchée. » - Mélissa