Christophe Renaud-Plourde propose aux gens de délaisser les bouteilles d’eau jetables pour utiliser des gourdes de métal.

Des jeunes inquiets pour leur planète

À l’école Sainte-Bernadette de Jonquière, dans la classe de Madame Guylaine, on prône la récupération et la réduction des déchets. D’ailleurs, certains élèves sont si conscientisés, qu’ils ont décidé d’éduquer la population concernant les bouteilles de plastique et la pollution.

Des gourdes pour la Terre

« Je suis un élève de sixième année de l’école Sainte-Bernadette et j’aimerais beaucoup vous parler d’un sujet qui me tient à coeur : les bouteilles de plastique. Je suis contre l’utilisation des bouteilles de plastique et je vais vous expliquer mon avis avec ces trois raisons.

Premièrement, les bouteilles de plastique contiennent des toxines. Par exemple, il y a plusieurs produits chimiques nuisibles à la santé, comme des bactéries cancérigènes, des toxines pouvant occasionner des troubles de reproduction et bien d’autres.

Deuxièmement, on en a tellement consommé, qu’avec le temps, on a même créé un continent de plastique. Je sais que nous avons découvert un enzyme qui dévore le plastique, mais la surconsommation des bouteilles est plus rapide que le développement de l’enzyme.

Par ailleurs, pourriez-vous m’expliquer pourquoi on payerait pour avoir de l’eau tandis que l’eau du robinet est gratuite et même parfois meilleure, car elle contient des minéraux essentiels ? Aussi, elle peut être trop chaude dans les bouteilles de plastique, car les rayons du soleil peuvent passer au travers de celles-ci, tandis que dans les bouteilles de métal, ça se réchauffe moins vite.

Pour conclure, j’espère que vous allez faire plus attention à l’environnement et que vous allez y penser deux fois avant d’acheter des bouteilles de plastique. Acheter une gourde est plus écologique et plus économique. L’avenir de notre planète en dépend. Chaque petit geste compte. Merci d’avoir lu ma lettre. »

– Christophe Renaud-Plourde

Marie-Soleil Hovington croit que notre région devrait se munir de plus de poubelles dans les lieux publics.

Réduire nos déchets
« Je m’appelle Marie-Soleil et je suis une élève de sixième année. Je vous écris pour vous parler de la pollution, mais plus précisément des déchets. Je crois que tout le monde sait que plusieurs personnes polluent la planète en jetant leurs détritus. Ma lettre servira donc à vous sensibiliser sur ce sujet.

Je suis convaincue que si nous continuons à jeter des déchets, la planète sera envahie. Je propose que nous installions plus de poubelles aux alentours. Peut-être que cela nous aiderait. Ici, il y a en moyenne 750 kg de déchets par année, par personne. Cela est énorme.

Deuxièmement, les animaux meurent en avalant des déchets toxiques, que ce soit dans l’océan ou sur le sol. S’il vous plaît, ramassons nos déchets.

Je suis effectivement certaine que notre santé est aussi en jeu. Plus il y aura de déchets, plus ça risque d’être dangereux.

Merci énormément d’avoir pris le temps de lire ma lettre. J’espère qu’ensemble, nous arrêterons de polluer. Notre belle planète le mérite vraiment. Acceptez mes meilleures salutations. »

– Marie-Soleil Hovington

La réponse de Mélissa
« Bonjour Christophe et Marie-Soleil ! D’abord, merci d’avoir pris cette initiative et de conscientiser les gens face à l’importance de protéger la planète.

Je suis certaine que beaucoup de lecteurs sont du même avis que vous et que d’autres feront des efforts pour réduire leur empreinte écologique. Comme vous le dites, chaque petit geste est important. Vous avez une grande influence sur la consommation des adultes. Par exemple, quand vous faites l’épicerie avec vos parents, vous pouvez leur démontrer que les produits suremballés, comme les yogourts individuels, ne sont pas économiques et écologiques. Mieux vaut prendre un gros contenant et utiliser des bols individuels.

J’ai remarqué qu’en camping, alors qu’on est en symbiose avec la nature, on néglige souvent la gestion de nos poubelles. Plusieurs sites ne fournissent pas assez de bacs pour démêler les matières jetables, recyclables et compostables. De plus, c’est souvent en camping que l’on consomme des produits rapides et jetables, tels que des bouteilles, de la vaisselle et des ustensiles en plastique.

J’espère que, même au secondaire, vous continuerez d’être à l’affût des améliorations que nous pouvons apporter pour devenir une meilleure société ! Au plaisir de vous lire à nouveau. »

– Mélissa