Dans le cadre de leur cours d’éthique, un comité d’élèves, composé de Charles Simard, Louis Bossé, Brandon Hassan, Jean-Martin Dussault, Pierre-Olivier Gilbert, Félix Lemieux, Jeanne Saillant-Lancry et Pierre-Alexandre Gagné, a profité de la semaine de la Saint-Valentin pour sensibiliser leurs pairs contre l’homophobie.

Des élèves contre l’homophobie

CHRONIQUE / Même si on pense que notre société est de plus en plus ouverte, des élèves du Séminaire de Chicoutimi ont remarqué que l’homophobie est toujours présente.

C’est pour cette raison que des élèves de cinquième secondaire ont décidé d’ouvrir leur coeur, et celui de leur école entière, à toutes formes d’amour, dans le cadre de leur cours d’éthique. « N’oublions pas que l’amitié est une preuve d’amour sincère et que l’amour vient indissociablement avec l’amitié », souligne Virginie Houle, dans un communiqué envoyé au Progrès.

Grâce à ce comité, tous les élèves de l’école ont eu droit à une conférence au sujet de l’homophobie et du phénomène LGBT+, par la diffusion d’une vidéo intitulée Alliés, alliées ! Ensemble contre l’homophobie. « Pour donner suite à cette présentation, le jour de la Saint-Valentin, l’uniforme a laissé sa place aux vêtements multicolores. Les couleurs rouge, orange, jaune, vert, bleu et violet étaient portées par les élèves et le personnel, venant rappeler, partout dans l’établissement, les bandes présentées sur le drapeau LGBT+ », poursuit Virginie, qui est ministre des Communications au Séminaire de Chicoutimi.

Selon elle, cet arc-en-ciel montre l’image d’une école qui encourage une communauté à la fois diversifiée et harmonieuse. « De plus, le port de ces couleurs significatives était l’occasion pour les groupes de remporter des points de classe pour leur participation », mentionne l’élève de cinquième secondaire.

D’autres points de classe ont pu être gagnés cette même journée, grâce au jeu Connais-tu ton ami ? . « Pour participer à cette compétition interclasse, qui s’est déroulée sur l’heure du midi, chaque groupe désignait d’abord un duo d’amis. Séparément, chacun devait répondre à des questions, sans se consulter, en ayant pour but d’obtenir la même réponse », ajoute Virginie.

Ce genre d’activités est souvent réservé aux couples, alors que la complicité amicale est tout aussi fascinante.

« J’aimerais conclure par la citation du dramaturge Michel Déon : « Il y a un désir d’amitié dans l’amour comme il y a une forme d’amour dans l’amitié », écrit Virginie.

Charlotte Gagnon, Philippe Tardif, Chantale Bourbonnais, et Rachelle Tremblay ont organisé le jeu Connais-tu ton ami?.

+

AIMER TROP VITE

Quand je rencontre des élèves dans les écoles primaires, dans le cadre de mon travail, je me rends compte que les enfants aiment rapidement. Après une rencontre de quelques minutes, certains viennent m’enlacer en me disant qu’ils m’aiment. Je trouve ça intense. Est-ce parce qu’ils sont habitués aux étrangers depuis leur tout jeune âge en garderie ? 

«Au début de l’année, quand un élève me serre dans ses bras, en me disant qu’il m’aime, je lui dis qu’il ne peut pas m’aimer tout de suite, qu’il va m’aimer en décembre », me raconte mon amie, enseignante à la maternelle. 

Ce qui m’inquiète le plus de ces comportements, contrairement à mon amie qui me parle d’hyperattachement et de troubles affectifs, c’est plutôt d’attraper des poux et la gastro. Je dis souvent ça à la blague, même si ces sujets sont assez courants et repoussants dans les écoles!

Mais quand j’y pense, aimer trop vite n’appartient pas seulement aux enfants. Beaucoup de personnes aiment rapidement, et je ne parle pas seulement en amour, mais aussi en amitié.

On connaît tous des gars et des filles qui aiment intensément. Vous savez ce genre d’amis qui se voient le lundi matin, après deux jours de congé, et qui crient de joie en s’enlaçant, comme s’ils ne s’étaient pas vus depuis des siècles. Au secondaire, quand des amis tentaient de me faire le coup, je devenais raide comme une barre, et mon expression faciale voulait tout dire. Je pense que tout le monde comprenait vite que je n’étais pas l’amie la plus affectueuse. 

Souvent ces personnes intenses et près de leurs sentiments ont un grand cercle d’amis et se font facilement de nouveaux amis. Quand elles débarquent quelque part, elles parlent à tout le monde en disant « mon beau » ou « ma belle ». Les gens sont portés à se confier à ce genre de personnes, empathiques et chaleureuses.