Les 22 élèves de Guylaine Lapierre, de l’école Sainte-Bernadette de Jonquière, ont décidé de faire leur part pour changer le monde au travers de lettres d’opinion.

Apprendre à changer le monde... à 12 ans!

Depuis plus de dix ans, dans la classe de l’enseignante Guylaine Lapierre, les élèves doivent écrire une lettre d’opinion pour faire changer les choses.

Dans la semaine du 14 mai, les textes argumentatifs de l’école Sainte-Bernadette de Jonquière ont été envoyés à différents médias, à la direction de l’école et à des élus. L’an passé, un élève avait réussi à faire apporter des améliorations dans les vestiaires de son école.

« Comme ils sont en sixième année, ils le font souvent pour les autres et pour les générations futures », mentionne Mme Guylaine.

C’est le cas de Léanne, qui suggère de rafraîchir la murale extérieure de son école.

Quant à Félix, il aimerait que les élèves de Sainte-Bernadette développent une passion aussi grande que lui pour le basketball, grâce à des paniers qu’il voudrait faire installer dans la cour de l’école.

Noémie et Gabryelle ont tenté, au travers de ce travail, de convaincre un de leurs parents à arrêter de fumer. Évidemment, dans leurs arguments, elles soulignaient les méfaits sur la santé et le souci de garder leur parent longtemps.

Au cours des prochaines semaines, les lecteurs du Progrès auront la chance de lire sept textes d’opinion, qui seront publiés dans cette page. Vous pouvez interagir avec les jeunes auteurs en écrivant directement à leur enseignante par courriel (guylaine.lapierre@csjonquiere.qc.ca).

Charlotte Coté-Lapointe aimerait qu’il y ait moins de cruauté animale dans la fabrication des produits cosmétiques.

+

TESTÉ SUR DES ANIMAUX

Comme première lettre d’opinion, Charlotte a décidé de sensibiliser les gens sur l’importance de choisir des produits non testés sur les animaux.

« Bonjour chers lecteurs du journal Le Progrès, 

Je m’appelle Charlotte et je suis en sixième année dans la classe de Mme Guylaine à l’école Sainte-Bernadette. Comme vous pouvez le constater, les produits cosmétiques font partie du quotidien de plusieurs personnes. 

Depuis quelques années, de plus en plus de produits ne sont plus testés sur les animaux, mais il y a encore des industries qui ont recours à cette méthode. Cela me rend sans mot de savoir que même avec la technologie que nous avons, ils se servent encore de ces petites bêtes. Voici toutes les informations dont vous n’êtes sûrement pas au courant et que je m’empresse de vous dire.

D’abord, tous ces tests de produits pour notre bien-être peuvent aussi être nocifs pour les animaux. Presque chaque année, plus de 27 000 animaux sont utilisés comme cobayes. Des produits chimiques sont versés dans les yeux des lapins ou encore même sur leur peau rasée.

Pour continuer, les produits non testés sur les animaux vont avoir un petit logo de lapin ou vont même être sur une base de données en ligne. L’absence d’un logo ne veut pas dire que le produit en tant que tel a été testé sur les animaux. S’il ne possède pas de logo, vous pourriez vérifier sur trois sites Internet : Leaping Bunny, Beauty Without Bunnies – le site le plus pratique, car il inclut les marques qui ont recours à de la cruauté envers des bêtes – et Choose Cruelty Free. 

Mais il ne faut pas vous fier à un quelconque logo de lapin. Seul un logo officiel peut être valide. Par ailleurs, saviez-vous que la plupart des industries ont le choix de faire ou non des tests sur les animaux ? Je vous explique ! Depuis quelques années, de nouvelles méthodes existent. Par exemple, il y a la reproduction de peau artificielle. Donc, on peut utiliser cela au lieu des animaux.

Même s’il y a de moins en moins de cruauté envers les animaux, ce fait existe encore ! Alors, pourquoi encourager des industries qui ont recours aux animaux, même si cela n’est pas nécessaire ? Cela apporte tellement d’effets nocifs. La prochaine fois que vous achèterez un produit cosmétique, vous serez au courant de tout ce qu’il faut savoir à ce sujet !

Je vous remercie énormément d’avoir pris le temps de lire ma lettre. Ces petites bêtes ne méritent pas cette cruauté. Mes salutations les plus sincères ! »

– Charlotte Coté-Lapointe, sixième année 

Un petit mot en réponse

« Bonjour Charlotte ! Comme j’adore les animaux, je vais suivre tes conseils et consulter les sites suggérés pour être plus responsable dans mes achats. Moi non plus, je ne veux pas contribuer à faire souffrir les animaux. Merci, Charlotte, de nous rendre plus conscientisés ! Tu t’exprimes très bien. »

– Mélissa Viau