Roger Blackburn
Le Quotidien
Roger Blackburn
Si vous n’avez jamais vu les momies et les Fantômes du Parc national des Monts-Valin, vous avez une tache noire à votre bulletin.
Si vous n’avez jamais vu les momies et les Fantômes du Parc national des Monts-Valin, vous avez une tache noire à votre bulletin.

Les Fantômes plus beaux que jamais

CHRONIQUE / Quand j’étais jeune, mon père me racontait des histoires de camp de bûcheron. Il est né en 1906 et ses parents (mes grands-parents) sont morts dans le même mois de la grippe espagnole en 1918. Orphelin à 12 ans, mon père a commencé à travailler dans le bois très jeune, à une époque où les conditions étaient plutôt difficiles pour les gars de bois.

Il me racontait qu’il couchait sur des lits de branches de sapin et qu’il y avait tellement de poux que les casques de poil se déplaçaient tout seul sur le plancher. Il exagérait un peu, mais du haut de mes cinq ou six ans, l’image était forte.

Je trouvais aussi qu’il exagérait quand il me racontait que sur les monts Valin il y avait deux coupes forestières. Une l’hiver en raquettes et une autre coupe, l’automne, quand les bûcherons retournaient au même endroit pour couper des troncs de 12 pieds (3,6m) qui étaient restés debout sous la neige.

Plus de cinq mètres de neige

Je ne pouvais pas croire qu’il y avait 12 pieds de neige, c’était plus haut que le plafond de la maison. C’est lors de la conférence de presse annonçant la création du Parc national des Monts-Valin, au milieu des années 1990, que j’ai lu dans le document que les précipitations moyennes de neige en hiver dans ce secteur sont de 550 cm (18 pieds). C’est là que j’ai vu un fond de vérité dans ce que me disait mon défunt père.

À cette époque, les expressions «vallée des Fantômes» et «momies» n’existaient pas dans le langage populaire, on disait simplement que les arbres étaient couverts de neige.

Si vous n’avez jamais vu les momies et les Fantômes du Parc national des Monts-Valin, vous avez une tache noire à votre bulletin.

Je vous raconte ça aujourd’hui, parce que le Parc national des Monts-Valin est un endroit unique et que ça devrait être interdit de ne pas le visiter au moins une fois par hiver quand on habite au Saguenay-Lac-Saint-Jean. C’est notre parc national, situé dans notre cour arrière et l’image de cette montagne qui trône au sommet de la région est aussi forte que celle du fjord quand on débarque au Saguenay.

Conditions exceptionnelles

Le directeur du parc, François Guillot, m’a confié cette semaine que ça fait longtemps qu’il n’a pas vu le parc aussi beau. «Il est tombé beaucoup de neige et lors des redoux, dans la montagne, nous n’avons pas reçu de pluie et il est tombé une légère bruine verglaçante qui a comme solidifié les Fantômes pour nous donner un décor extraordinaire».

«Nous avons battu des records d’achalandage dans le temps des Fêtes. Je ne te cacherai pas qu’on a profité du fait qu’il n’avait pas de neige ailleurs au Québec, mais depuis le début de l’hiver, les conditions sont exceptionnelles», ajoute-t-il.

Poudreuse jusqu’au cou

Si vous n’avez jamais vu les momies et les Fantômes du Parc national des Monts-Valin, vous avez une tache noire à votre bulletin. Il faut vivre l’expérience d’enlever ses raquettes et de sauter dans la neige à côté du sentier pour s’enfoncer dans la poudreuse par-dessus la tête. Ne faites pas ça si vous êtes seul, car vous pourriez avoir de la difficulté à sortir de votre trou dans la neige.

Marcher en raquette dans de la poudreuse jusqu’aux genoux, c’est impressionnant, c’est dans notre ADN, ça goûte bon. La semaine prochaine, le samedi 25 janvier, c’est la Journée d’hiver Sépaq et c’est gratuit partout au Québec.

L’équipe du Parc national des Monts-Valin vous attend avec un programme d’activités et un accès gratuit au réseau de ski de fond. La boutique Ultraviolet sera sur place et vous pourrez faire l’essai de vélo à pneus surdimensionnés (fatbike). François Guillot confirme qu’il y a un véritable engouement pour ces deux activités.

Les visiteurs pourront même essayer la glissade avec des tapis-luges turbo qui seront fournis sur place! Café et chocolat chaud seront servis gratuitement aux visiteurs qui pourront profiter du feu camp qui brûlera toute la journée à proximité du Centre de découverte et de services. Pour l’hébergement et le transport en navette, il faut réserver.