Cet hiver, Hélène Gagnon, de Chicoutimi-Nord, a reçu la visite d'une moufette dans sa cabane destinée aux chats errants.

Une moufette squatte un abri pour chat

Le 9 mars dernier, une résidante du secteur nord de Chicoutimi a reçu la visite d'une moufette dans une cabane destinée aux chats errants placée dans son abri d'auto, tout près de sa porte d'entrée.
« Comme c'était après un redoux, j'ai pensé que la moufette, qui semblait très jeune, avait peut-être été dérangée par de l'eau dans son abri », réfléchit Hélène Gagnon. La dame a laissé la nature faire les choses et, après quelques jours, la petite bête puante, qui semblait somnolente, est repartie. La dame n'a pas eu à intervenir. Parfois, le Refuge des animaux de Chicoutimi est appelé pour relocaliser des bêtes sauvages dérangeantes. Bien qu'elle soit souvent inévitable, la relocalisation n'est pas toujours la meilleure solution, car l'animal qui arrive sur le territoire déjà occupé par ses semblables risque de se faire attaquer, voire tuer, par ceux-ci. 
Dans ce cas-ci, la nature a repris son cours sans que madame Gagnon soit obligée d'intervenir. « Mon chat a joué un été de temps avec une moufette. Ils marchaient côte à côte dans la rue et sur mon terrain. Elle ne l'a jamais arrosé, mais elle a arrosé mon chien, par contre », a confié Hélène Gagnon.
La moufette qui a squatté chez madame Gagnon ne dégageait aucune odeur et semblait même en harmonie avec les deux chats qui utilisaient régulièrement la cabane. Jamais la dame n'a eu l'intention d'apprivoiser l'animal. « L'an passé, des ratons laveurs ont hiberné dans ma remise, avec deux bébés. Ils ont passé l'hiver là. Je les observais en les laissant tranquilles. J'ai même déjà vu un renard rôder tout l'hiver », poursuit l'amie des animaux. Il faut éviter d'apprivoiser les animaux sauvages en les nourrissant, car, selon les agents de protection de la faune, en les dénaturant, on modifie leurs comportements, ce qui peut les mettre en danger.
Bien que plusieurs films et histoires médiatisées donnent envie de posséder un animal sauvage comme animal de compagnie, le ministère de la Faune nous rappelle que c'est interdit. Il est également illégal de faire stériliser ou opérer une moufette pour tenter de la rendre moins odorante. Pour ce qui est du problème de chats errants, la femme de Chicoutimi-Nord a pris en charge les deux chats pour les faire stériliser et ainsi freiner la reproduction.
Qu'est-ce que le sida des chats ?
Les chats trouvés errants ou ayant accès à l'extérieur sont plus à risque de contracter le virus de l'immunodéficience félin (VIF) aussi appelé le sida des chats. 
L'animal porteur peut sembler en pleine forme. La seule façon de détecter le VIF est avec une prise de sang faite en clinique vétérinaire. Le virus se transmet aux autres chats lors de l'accouplement, lors de morsures profondes ou dans le placenta de la mère. Comme ça ne se guérit pas, le chat sera porteur toute sa vie. Il peut ne jamais tomber malade, mais il faut savoir que son système immunitaire est plus faible, ce qui le rend vulnérable à certaines maladies ou infections. Il est risqué d'anesthésier ce type l'animal, car il peut y laisser sa vie. 
Le virus ne se transmet pas aux humains et aux animaux autres que les chats. Les autres chats ne peuvent pas attraper le virus dans les bols de nourriture et d'eau, dans la litière, lors d'un éternuement ou par les brosses.