Photo de famille réunissant une partie des personnes ayant participé aux recherches de Kinou.

Un chien miracle à Saint-Henri-de-Taillon

CHRONIQUE / Le 21 décembre, après quatre heures de route, Isabelle Fortin et David Lachance débarquent à Saint-Henri-de-Taillon, au Lac-Saint-Jean, avec leur chien Kinou, pour un party réunissant les membres de la famille d’Isabelle.

Vers la fin de la soirée, malgré la supervision de l’animal, le petit berger shetland se retrouve dehors pour faire ses besoins et n’ayant pas de repères, il s’égare sur un territoire inconnu.

Aussitôt, les recherches commencent pour tenter de retrouver le chien de deux ans. « On a cherché jusqu’à 5 h du matin, mais il y avait tellement de pistes d’animaux qu’il était difficile de savoir si les traces qu’on suivait étaient celles de Kinou », se remémore Isabelle.

Le 22 décembre, soit près de 24 heures après la disparition de son chien, Isabelle commence à perdre espoir. Cumulant deux maigres heures de sommeil, elle pleure à chaudes larmes en racontant ce malheureux incident au dépanneur du village de Saint-Henri-de-Taillon. Un client s’approche doucement d’elle et la rassure en lui disant d’une voix apaisante qu’elle allait retrouver son chien pour Noël. « C’est incroyable comme cet homme m’a redonné espoir », souligne la femme de 38 ans.

Sur Facebook, des milliers d’internautes partagent, commentent et conseillent la famille pour favoriser les recherches du précieux compagnon canin.

Le 23 au matin, Kinou est aperçu à environ sept kilomètres du point de fuite. Une cousine d’Isabelle se rend sur place, reconnaît Kinou au loin et l’appelle, mais ce dernier fuit. Il est dans un état de panique. « J’ai appelé l’éleveur de Kinou pour avoir des conseils. Elle nous a dit que si on le voyait, on devait s’asseoir par terre et lui parler doucement », mentionne Isabelle.

Réunis à nouveau, après quatre nuits d’angoisse, David et Isabelle étaient heureux de serrer leur chien adoré dans leurs bras.

Plus d’une cinquantaine de personnes participent aux recherches, dont la majorité sont des inconnus. « Comme on était supposé rentrer chez nous le lendemain du party, on avait juste nos vêtements de soirée. Les amis et la famille nous ont habillés de la tête aux pieds », poursuit le couple de Notre-Dame-des-Prairies. Dans le village de Saint-Henri-de-Taillon, Isabelle arrête les voitures, cogne aux portes des commerces et informe la population concernant la disparition de Kinou.

Tout le monde collabore, attendri par la persévérance du couple et de leurs proches. Des gens à motoneige, en voiture et à pied ratissent le secteur dans l’espoir de croiser le chien en cavale.

Pendant le réveillon du 24 décembre, sur son cellulaire, Isabelle reçoit plusieurs signalements de gens qui aperçoivent son chien autour du gîte Au Bonheur du Voyageur. Un automobiliste leur signale avoir frappé une boule de poil roux à une vingtaine de kilomètres de leur recherche, mais rien ne prouve que ce soit l’animal recherché.

Le 25 décembre au matin, Isabelle et David repartent vers ce gîte pour mettre des vêtements imprégnés de leur odeur afin d’attirer le chien. Pendant que David marche dans le sentier bordant le domaine, Isabelle parle avec la propriétaire pour lui demander les autorisations nécessaires.

Il est 9 h 15, David est épuisé, le sommeil manque, mais il continue d’appeler son chien avec une voix enjouée. Soudain, il voit apparaître devant lui son compagnon poilu, tout givré. Aussitôt, il se rappelle des conseils de l’éleveur et se jette à genou au sol en prenant une voix très calme. Le chien avance, s’arrête et hésite. « Viens, au pied mon chien », lui dit doucement David. Le chien s’approche, l’homme tend sa main et il enlace délicatement son irremplaçable Kinou.

Père Noël

Après avoir annoncé la bonne nouvelle sur les réseaux sociaux, Isabelle reçoit de nombreux messages de soulagement. Soudain, son cellulaire sonne et un homme se présente. « On s’est croisé au dépanneur. Je vous avais dit que vous alliez retrouver votre chien pour Noël. Je dois vous dire que j’arrivais de faire le père Noël et je me sentais encore dans mon personnage. Toute la journée, j’avais répété aux enfants que j’allais leur apporter les cadeaux désirés. J’ai voulu te dire, à toi aussi, que tu allais avoir ton cadeau », lui confie l’homme.

En pleine réception familiale chez sa cousine d’Alma, Isabelle Fortin et son chien Kinou ont été reçus comme des héros quelques minutes après les retrouvailles.

Miracle

« Ce n’est pas juste d’avoir retrouvé notre chien qui est un miracle. La solidarité des gens sur Facebook et dans le village de Saint-Henri-de-Taillon nous a touchés. L’amour de ma famille et de mes amis qui m’appuyaient et m’envoyaient des messages de courage m’émeut. Les miracles existent, souligne Isabelle Fortin. Mon chien m’a redonné foi en l’humanité. Nous avons mobilisé tout un village, nous avons tissé des amitiés et renforcé des liens familiaux. Je veux redonner autant que j’ai reçu pour le reste de ma vie. »