Voici une partie de l’équipe de bénévoles et quelques donateurs rassemblés autour de Michael Deraps, qui bénéficie d’un chien d’assistance Mira, grâce au comité régional Mira Sag-Lac.

Souper dans le noir

CHRONIQUE / Le 6 décembre, la troisième édition du Souper dans le noir a eu lieu à la salle Le Calypso de Jonquière. Plus de 150 personnes avaient répondu à l’invitation.

Le billet par personne, vendu au coût de 100 $, comprenait un souper quatre services et un spectacle d’humour de Mario Jean. L’humoriste avait accepté de participer à cette cause bénévolement. Le fondateur de Mira, Éric St-Pierre, ne manque jamais cette soirée, laquelle a permis d’amasser 10 490 $ cette année.

« L’argent amassé par le comité régional de Mira Sag-Lac reste dans la région », souligne Marilyn Vigneault, coordonnatrice des événements pour l’Est-du-Québec.

L’organisation du Souper dans le noir demande toujours beaucoup de travail de la part de l’équipe de bénévoles du comité Mira Sag-Lac. Pour les participants, c’est l’occasion unique de vivre une expérience sensorielle hors du commun, en se mettant dans la peau d’une personne non voyante. « Les gens peuvent enlever en tout temps le bandeau qu’ils ont sur les yeux », précise Mme Vigneault.

Dès qu’ils ont les yeux couverts, certains comportements semblent innés. La plupart se mettent à parler plus fort, d’autres ont l’impression de goûter leurs aliments différemment, et plusieurs ressentent l’isolement.

Lors de cette soirée, des chiens Mira étaient présents, dont les ambassadeurs de la dévouée bénévole Patricia Morissette, qui, encore cette année, a pris un chiot Mira en famille d’accueil, en plus de ses deux chiens promotionnels.

Certains donateurs reviennent tous les ans. C’est le cas d’Yvon-Marie Bergeron, fidèle depuis 20 ans, qui a remis un chèque de 3000 $ lors du Souper dans le noir. « Depuis 1998, c’est plus de 110 000 $ que j’ai ramassés avec l’aide de différentes compagnies », mentionne M. Bergeron, qui n’a pas l’intention de cesser sa collaboration pour cette cause.

Ce soir-là, les participants ont aussi pu faire la rencontre de Michael Deraps, un homme de Chicoutimi qui bénéficie d’un chien d’assistance.

Tous les ans, le comité se fixe l’objectif d’amasser 30 000 $, ce qui représente le coût moyen d’un chien Mira, de sa naissance à sa formation.

La prochaine collecte du comité régional Mira Sag-Lac aura lieu en mai, alors que Mira fera appel à la générosité de population lors d’un barrage routier dans l’arrondissement de Chicoutimi. « L’an passé, en six heures, nous avons amassé 16 692 $ », conclut Mme Vigneault.

Le plus complexe dans l’organisation de ce barrage, c’est de trouver un nombre de bénévoles suffisant pour couvrir plusieurs intersections. Ceux qui veulent s’impliquer peuvent communiquer directement avec Mme Vigneault par courriel (mvigneault@mira.ca).

+

QUESTION DU LECTEUR

« Combien ça coûte pour les personnes sur l’aide sociale de faire tondre un chat ? »

Réponse

À moins d’avoir un problème de santé, la tonte d’un animal est un luxe. C’est d’abord et avant tout un petit plaisir pour l’humain, qui aime voir son animal propre, tout en ramassant moins de poils. Comme la fourrure a son utilité sur votre animal, vous pouvez éviter cette intervention en brossant régulièrement votre chat et en le nourrissant avec une nourriture de qualité, qui lui donnera une belle fourrure et diminuera la perte de poil.

De plus, avant de penser à faire raser un chat, il faut l’avoir désensibilisé, dès son plus jeune âge, pour éviter qu’il panique et blesse la personne qui le toilettera. On m’a confié que dans les refuges et les cliniques vétérinaires, les gens parlent parfois de leur situation financière pour faire réduire le prix d’achat ou de soins des animaux.

On dit qu’ à l’occasion, ça fonctionne. Tous ces gens gagnent pourtant dûment leur vie. Certains centres de toilettage offrent aussi des formations pour devenir éventuellement toiletteur ou apprendre simplement à toiletter son animal soi-même.