Grignotte et Râto ont accueilli un nouveau pensionnaire qui souffre d’anxiété de séparation. Tofu le caniche progresse bien!

Quand pitou souffre d’anxiété

Présentement, dans l’équipe de Râto, nous hébergeons un chien en famille d’accueil. Il a été abandonné en janvier à Jonquière. Après avoir fait deux familles et un séjour en refuge, nous avons décidé de le prendre pour lui donner un peu de stabilité et l’évaluer.

Au bout de 24 heures, le verdict tombait déjà. Tofu, de son nom, est un chien parfait, sauf quand les humains partent. Il fait ce qu’on appelle de l’anxiété de séparation, c’est-à-dire que lorsqu’il est seul, il devient si perturbé qu’il hurle, pleure et jappe sans arrêt. 

Comme dans bien des cas, ce stress extrême est accompagné de comportements de destruction et de malpropreté. Cet état incontrôlable l’empêche de trouver le sommeil, et ce, pendant des heures. 

Ce trouble de santé mentale, souvent génétique, peut aussi être relié au vieillissement du chien ou causé par un élément déclencheur. Laisser un chien dans cet état de stress extrême est une forme de cruauté animale. 

Famille idéale

Il est irréaliste de penser trouver une famille qui n’aura jamais à le laisser seul quelques heures. Il faut donc lui apprendre à se contrôler. 

Avec un chien anxieux, ça ne sert à rien de jongler avec le passé, surtout si on ne le connaît pas. Il faut travailler dans le présent, tout en gardant en tête qu’une maladie mentale se gère, mais ne se guérit pas. Il faut aussi savoir que la rechute est toujours possible et que chaque cas est différent. 

Observation

Après avoir noté tous les moments où Tofu semble bien, une observation s’est avérée inspirante. Il adore quand les humains vont se coucher et qu’il regagne le confort de sa cage.

recréer le confort, étape par étape

Tofu doit être capable de rester calme plusieurs heures, même en l’absence des humains.

Désormais, même en plein jour, quand on aura à partir, au lieu de simuler un départ, on va recréer l’ambiance réconfortante de la chambre, la nuit, quand Tofu dort près des humains. 

On ferme donc les rideaux et on laisse la télévision ouverte, dans le salon ou dans la chambre, pour recréer les bruits qui lui rappellent que les humains sont là. 

La personne à laquelle le chien est le plus attaché se couche dans le lit, les couvertures par-dessus la tête.

La personne dans le lit ne doit ni parler ni bouger. 

On installe le chien dans la cage. 

L’autre personne sort de la chambre.

Le chien ne doit pas réagir et rester calme. Sinon, c’est un échec.

Après quelques minutes, la personne qui n’est pas dans le lit sort le chien de la cage sans rien dire et l’invite à la suivre dans une autre pièce.

La personne dans le lit remplace sa présence par des coussins sous les couvertures et disparaît.

Sans rien dire, la personne qui est sortie avec le chien le ramène dans sa cage sans qu’il rencontre la personne qui était sous les couvertures. 

On laisse le chien quelques minutes, en s’assurant qu’il ne tombe pas en état de panique, puis on revient le sortir de sa cage sans rien dire. 

Chaque fois qu’on fait l’exercice, on ne doit pas sauter une seule étape.

Progressivement, on va ajouter des bruits comme le démarrage de l’auto, la porte de la maison qui ouvre et qui ferme, etc. 

Chaque fois, on étire le moment où on ouvre la cage du chien. Le chien ne doit pas rechuter. 

Le lieu peut différer selon l’endroit où le chien se sent le plus confortable. 

Évidemment, il faut se prévoir quelques journées de pratique. Le but est d’arriver à simplement placer le chien dans sa cage et partir. 

Résultats

Après avoir répété cinq fois cet exercice, en moins de trois jours, Tofu était capable de rester plus d’une heure sans s’énerver, même s’il entendait les moteurs des motoneiges ou des voitures à l’extérieur qui le faisaient jadis réagir. 

La recette est gagnante pour lui, et elle le sera sans doute pour d’autres cas similaires. 

C’est une nette amélioration quand on compare ses débuts, alors qu’en moins de 30 secondes après notre départ, il hurlait et se déplaçait avec sa cage.