Pourquoi pas des salons funéraires pour animaux?

Perdre un animal, qu’on considère comme un membre de sa famille, est un deuil immense et trop souvent incompris ou banalisé par l’entourage des personnes endeuillées.

Peu importe la façon qu’on l’interprète, le passage d’un animal peut avoir une signification particulière. « Il est arrivé au bon moment dans ma vie. Sans lui, je ne sais pas ce que je serais devenu », diront plusieurs en parlant d’un lapin, d’un chien, d’un chat, d’un cheval ou d’un oiseau.

Pour saisir l’ampleur, le comparateur d’assurances AnimauxRelax a mené une enquête consacrée à la gestion du deuil d’un animal, en interrogeant 1573 propriétaires de chats et 1602 propriétaires de chiens. Ils ont constaté que la perte d’un chien est plus douloureuse que la perte d’un chat. Peut-être parce que 38 % ont vécu entre 10 et 15 ans avec leur chien ; 37 %, entre 5 et 10 ans avec leur chat.

Dans cette enquête, 95 % des répondants considéraient leur chien comme un membre de la famille à part entière, contre 46 % pour les chats. Près de 50 % des propriétaires de chiens interviewés disent ne jamais s’être remis de la perte d’un chien, contre 29 % des propriétaires de chats, qui s’en sont remis au bout d’environ six mois.

Comme ces chiffres parlent depuis longtemps, les cliniques vétérinaires sont de plus en plus nombreuses à s’adapter pour soutenir leur clientèle éprouvée. « Certains établissements ont une salle de deuil, ce qui diminue le stress relié à cette expérience. Les gens peuvent vivre dans le calme, la discrétion et le respect les derniers moments de leur petit compagnon », explique Dre Hélène Hamilton, de l’Hôpital vétérinaire Carcajou d’Alma. On utilise aussi une logistique différente pour les accueillir. En effet, dans certaines cliniques, les clients peuvent entrer et quitter les lieux sans devoir passer par la salle d’attente. Quelques jours après cette intervention, la plupart des cliniques envoient une carte de condoléances signée par l’équipe.

Congé
Pas surprenant que certaines entreprises songent à offrir une journée de congé à ses employés endeuillés par la perte d’un animal. Il est vrai qu’une personne qui perd un animal, considéré comme un membre de sa famille, risque d’être inefficace au moins 24 heures. Est-ce qu’on offrirait cette journée seulement aux propriétaires de chiens et de chats ? Et qu’arrivera-t-il avec celui qui perd un lapin tout aussi aimé ? Beaucoup de questions se posent, sachant aussi qu’il y aura toujours des individus malintentionnés pour en abuser.

Remords
L’euthanasie est une intervention utilisée pour abréger définitivement les souffrances d’un animal. Elle laisse des cicatrices imprégnées de remords à l’humain qui en prend la décision. Comme les chiens et les chats sont très résistants à la souffrance, la mort naturelle est plutôt rare. On se demande alors quel est le bon moment. Il faut aussi jongler avec les commentaires de son entourage qui considérera qu’un animal maintenu en vie, amaigri, affaibli ou diminué par ses capacités, est une forme de cruauté animale. La limite est fixée là où se termine la tolérance de l’humain responsable de son animal. La meilleure personne, pour vous éclairer dans cette troublante décision, c’est votre vétérinaire.

Incinération
« Environ une personne sur quatre souhaite faire incinérer son animal », remarque Dre Hamilton. Au Saguenay–Lac-Saint-Jean, l’euthanasie d’un chien de grosseur moyenne coûte environ 165 $. Quant à l’incinération individuelle, il faut penser à débourser 300 $, incluant l’urne de base.

Mémoire de toutou, située à Chicoutimi, a développé une gamme de produits funéraires pour animaux.

Deuil 02 Passage offre aussi du soutien pour les gens qui ont besoin d’aide à la suite de la perte d’un animal.

C’est à se demander si un jour on ne verra pas des salons funéraires pour animaux. Imaginez si vous aviez la possibilité d’exposer votre animal et d’inviter vos proches à venir vous offrir leurs sympathies ? C’est perturbant de penser au nombre de personnes qu’on impliquerait dans cette souffrance.

+

UNE BÉNÉDICTION POUR VOTRE ANIMAL

Le samedi 8 septembre, les propriétaires d’animaux ont rendez-vous dans le stationnement de l’église Saint-Mathias, située sur la rue Tremblay, à Arvida, pour une rencontre amicale. Vers 10h, on procédera à la bénédiction des animaux de compagnie. Les chats, les chiens, les rongeurs, les oiseaux et les reptiles sont les bienvenus. N’oubliez pas que ce geste de paix doit être fait dans le respect et la sécurité de tous. Les chiens devront être en laisse et gardés à une distance convenable pour ne pas déranger les autres animaux. Pour les chats et les petits animaux de compagnie plus nerveux, l’utilisation d’une cage de transport est fortement recommandée pour assurer leur bien-être.