Poules: le secret dans les installations

PICOTTE / Quand on décide d’adopter quelques poules pour s’autosuffire en œufs, la longévité du projet reposera sur la logistique des installations.

Martin Boisvert, permaculteur et Fondateur de Néo-Terra, était de passage au Saguenay le 14 avril dernier pour offrir une formation sur le petit élevage de poules en milieu urbain. Une vingtaine de personnes, ayant à cœur le bien-être animal, étaient présentes dans la salle de conférence du Centre Équestre BQH de Chicoutimi.

La plupart des futurs propriétaires de poules se questionnaient sur la race à adopter, l’hivernation, l’utilisation et l’alimentation des poules. Certains souhaitaient réaliser un projet de retraite alors que d’autres s’apprêtaient tout simplement à réaliser un rêve ! 

L’engouement pour les poules suit une tendance qui pousse les gens à faire un retour aux sources et acquérir une autonomie alimentaire. D’un point de vue nutritionnel, les œufs constituent aussi un excellent aliment.

M. Boisvert a étalé, pendant plus de quatre heures, ses connaissances en la matière. « La formation que j’offre est en constante évolution, car je ne cesse d’en apprendre sur le sujet », a souligné le passionné conférencier. Selon lui, bien que le petit élevage de poules ne soit pas très compliqué, ça prend quelques connaissances de base pour éviter les erreurs. 

Poules

D’abord, pour respecter la hiérarchie de la poule, on recommande d’avoir au minimum trois individus. Évidemment, pour éviter les désagréments reliés à son chant matinal, le coq est à proscrire. Pour introduire de nouvelles poules, on conseille d’y aller progressivement, avec un contact indirect. Il existe 45 races de poules assez rustiques pour passer au travers de nos hivers québécois, sans trop avoir à adapter le poulailler. Il suffira d’ajouter un globe de céramique chauffant, car la lumière perturbe leur sommeil, et utiliser un abreuvoir chauffant. Au bout de trois ans, quand elles ne pondront plus, certaines races de poules sont réputées pour avoir une très bonne chair. C’est le cas de la chanteclerc. 

Alimentation

La poule est omnivore. Elle peut manger des fruits, des légumes, des insectes et de la viande, afin de contribuer à désengorger vos poubelles. Elles ont aussi besoin de sable et de gravier. Il existe de la nourriture conçue pour elles, qu’on doit leur offrir à volonté. Comme elles aiment la variété, on peut ajouter les restants de table. Même si la poule a un instinct qui l’empêche de se nourrir de certaines plantes toxiques, il faut tout de même faire attention. À la fin de la journée, on recommande de disposer des restes de table, non mangés par les poules, dans le compost, afin d’éviter d’attirer les prédateurs. Pour prévenir l’apparition de parasites chez la poule et répondre à certains besoins alimentaires, M. Boisvert conseille de mêler de la cendre et de la terre diatomée, à la litière de bois, à chaque nettoyage du poulailler.

Le poulailler

Pour la grosseur du poulailler, on calcule quatre pieds carrés par poule. L’accès extérieur, accessible toute l’année, doit faire huit pieds carrés par poule. Pensez à rendre vos accès faciles pour le nettoyage et le ramassage des oeufs. Pour maintenir un milieu sec, il ne faut pas oublier de faire des trappes pour bien ventiler et éviter que l’humidité s’installe. L’emplacement de votre poulailler est important. Il ne doit pas faire face au vent dominant. Comme les poules adorent se reposer en hauteur, les perchoirs doivent être plus hauts que le pondoir. On calcule un pondoir pour quatre poules. 

Jardin

Avec un poulailler mobile, il est intéressant de déplacer l’environnement des poules sur le terrain afin qu’elles se délectent de végétaux et d’insectes. Si vous souhaitez faire un jardin, vous pouvez laisser les poules assez longtemps au même endroit afin qu’elles désherbent le sol complètement. Au bout du compte, vous aurez simplement à labourer la terre pour faire votre jardin. Si vous avez des arbres fruitiers, dont les fruits tombent précocement, car ils sont attaqués par les vers, vous pouvez laisser les poules manger les pommes tombées. Elles s’occuperont aussi de faire disparaître les indésirables insectes pour la prochaine saison. 

Fumier

Les fientes de poules, mêlées à la litière faite de copeaux de bois, sont un mélange équilibré pour le compostage. Vous pouvez y ajouter vos résidus verts et alimentaires. Après un an, il sera prêt à être utilisé pour enrichir la terre de vos jardins et plates-bandes. Mieux vaut faire votre compostage dans un bac fermé pour éviter d’attirer les prédateurs. 

Évidemment, ceci est un bref résumé de la formation offerte par Martin Boisvert qui prévoit revenir dans la région dans moins d’un mois. Pour en savoir plus, visitez son site Internet ou sa page Facebook : neo-terra.ca ou www.facebook.com/NeoTerraQuebec.