Grignotte est moins active, elle dort beaucoup et elle semble parfois s’ennuyer.

Le chien vieillissant... un peu oublié

CHRONIQUE / Grignotte, la petite femelle de race lévrier italien, qui cohabite avec Râto, a eu 13 ans en août 2018. Depuis quelque temps, la vieillesse s’est installée dans son corps et dans sa tête. Elle est moins active, elle dort beaucoup et elle semble parfois s’ennuyer.

Grignotte a toujours aimé courir. Encore l’an passé, elle gambadait à côté des autres chiens qui s’époumonaient à tenter de la rattraper. Aucun chien n’arrivait à la dépasser ! Maintenant, elle ne court presque plus.

Ses pattes avant sont fragiles et elle tombe souvent. Elle n’est plus capable de grimper sur les divans et sur les lits. Elle ne se retient plus aussi longtemps pour ses besoins. Comme elle ne voit plus très bien, elle refuse souvent de monter ou descendre les escaliers. Elle n’entend presque plus. Le sens qui lui reste, et qui semble avoir pris de l’ampleur, est l’odorat. Sans doute amplifié par le fait qu’elle a toujours faim.

Grignotte continue d’être stimulée à l’aide de jouets interactifs.

Heureusement, les vétérinaires sont là pour nous aider à ralentir le processus de vieillissement de nos animaux. Par contre, les visites chez le vétérinaire, beaucoup plus fréquentes depuis la dernière année, mettent Grignotte dans un état de stress épouvantable.

On aurait pu la laisser sombrer dans cette baisse d’énergie en l’oubliant dans son coin. Ce comportement qui mène au détachement nous prépare peut-être à la mort… Mais la sédentarité peut aussi accélérer le dépérissement mental et physique de l’animal. Comme elle ne semble plus trouver autre chose à faire que dormir, il fallait trouver des moyens de stimuler Grignotte.

Stimulation

Comme elle aime beaucoup manger, nous avons ressorti tous les jouets qu’elle aimait quand elle était plus jeune. On les a remplis de nourriture (foie séché, poulet séché, biscuits pour chiens).

La frileuse petite Grignotte a droit à des os de cuir à volonté pour l’occuper.

Il existe de plus en plus de choix de jouets dans ce genre. On peut même y mettre de la nourriture pour chien, en canne, et faire congeler le jouet pour étirer le plaisir ! Grignotte a toujours accès à des os de cuir qui traîne un peu partout dans la maison pour qu’elle puisse s’amuser et s’occuper aussi souvent qu’elle le veut. On choisit des os solides, en cuir brut non blanchi, pour éviter d’irriter son estomac plus fragile chez le chien vieillissant.

Évidemment, on y est allés graduellement pour s’assurer que toutes ces attractions ne lui causent pas de problèmes de santé. Après une séance de 20 minutes, parfois très énergique, à mastiquer, elle est fatiguée et se couche.

Ça permet de garder son cerveau éveillé. Elle travaille fort mentalement pour obtenir les gâteries. Étonnamment, elle n’a pas pris de poids parce que l’effort qu’elle dépense, pour obtenir un tout petit morceau de foie, compense pour les calories gobées.

Âgée de 13 ans, Grignotte a perdu l’ouïe, elle ne voit plus très bien et elle a moins d’interaction avec les autres animaux et les humains.

Abandon

L’abandon existe aussi chez les vieux chiens. Certains propriétaires n’apprécient pas cette période de la vie plus exigeante et choisissent de trouver une nouvelle famille à leur vieux chien. Il est avantageux d’adopter un vieux chien, car il a fini ses folies de jeunesse. Par contre, le chien âgé a beaucoup plus de risques d’avoir des complications de santé. Comme leurs sens diminuent, il faut aussi augmenter la sécurité et parfois même adapter la maison notamment au niveau des escaliers et des couvre-planchers trop glissants.

Euthanasie

Le piège, avec les chiens vieillissants, c’est le détachement. Ayant moins d’interaction avec les autres animaux et les humains, l’animal s’isole. Si bien que les gens se lassent parfois même de leur animal devenu « plate ». Certains auront alors recours à l’euthanasie en disant que leur chien n’a plus de joie de vivre. C’est vrai que l’euthanasie est souvent l’intervention utilisée lorsqu’un chien souffre mentalement ou physiquement, car la mort naturelle est plutôt rare, mais disons que le seuil de tolérance est différent d’une personne à l’autre. D’un extrême, on a ceux qui étirent leur chien trop longtemps et frôlent la cruauté, et de l’autre, il y a ceux qui font euthanasier leur animal pour un pipi sur le tapis. Il est difficile pour l’humain de juger le bon moment. Encore une fois, votre vétérinaire est là pour vous guider.