La Page à Picotte de 2002 à aujourd’hui

CHRONIQUE / Les journaux vivent une crise et notre réalité ne sera plus jamais la même. Pourtant, toutes les semaines, nous croisons des gens qui nous confient avoir longtemps acheté le journal papier pour cette fameuse page à Picotte…

Tout commence vers la fin de l’an 2002, dans un espace de la toute nouvelle chronique « Journaliste en classe », du journal Le Progrès-Dimanche. Dans un petit encadré de cette page, la journaliste canine de race jack russell terrier répond principalement à du courrier reçu par la poste, alors que des animaux lui écrivent.

En septembre 2003, le courrier de Picotte devient la Page à Picotte pour prendre l’emplacement d’une page complète. On donne la parole aux passionnés d’animaux et on présente des bêtes en adoption à la SPCA Saguenay. Ils se vendent alors entre 75$ et 100$ pour les chiens ainsi qu’entre 30$ et 80$ pour les chats. Le succès de Picotte est tel qu’on doit parfois faire passer des entrevues aux adoptants potentiels, tellement la demande est grande face aux animaux à adopter. Sans le vouloir, on fait malheureusement aussi la promotion d’une race de chien. Dans les animaleries, les gens cherchent des « Picotte ».

Picotte entre dans les écoles sans problème, se fait prendre par tout le monde et participe à de gros évènements, tels que le Salon Jeunesse Saguenay. En novembre 2003, Mélissa et Picotte organisent un voyage de quelques jours à Montréal pour visiter un hôtel qui accepte les chiens. Le duo en profite pour rencontrer des vedettes de téléroman populaires, dont Hippolyte, le chien de Jack Carter, et Caboose, le caniche royal de l’Auberge du chien noir.

À la fin de l’an 2003, la Page à Picotte reçoit tellement de courrier, notamment grâce à son concours de bande dessinée, qu’elle se prolonge dans une deuxième page qu’on baptise le Courrier Méli-Mélo. Passionnée par son travail, Mélissa investit dans des formations afin de mieux comprendre le comportement des bêtes.

Les animaux que Mélissa adopte font inévitablement partie de l’équipe de Picotte, et sont présentés aux lecteurs, dont le colley Criko et le lévrier italien Grignotte, adoptés respectivement en 2004 et 2005. L’indissociable trio de chiens vit en parfaite harmonie, accueillant régulièrement des animaux abandonnés de passage chez eux. C’est la stratégie que Mélissa a trouvée pour devenir meilleure avec les bêtes. Loin d’être un refuge, c’est plutôt un passe-temps bien contrôlé qui n’excède jamais plus d’un chien ou un chat à la fois.

En janvier 2005, la voiture de Picotte se fait lettrer pour promouvoir les chroniques du journal que signe Mélissa. Parfois, dans les lieux publics, des gens attendent près de l’auto, ou regardent par les vitres teintées, pour savoir si Picotte est dans le véhicule. Certains font sentir leur déception de ne pas voir le populaire chien !

La Page à Picotte se montre disponible pour aider les sauveurs d’animaux à se faire connaître et offrir de la visibilité aux entrepreneurs qui se lancent dans le toilettage, la zoothérapie, l’équithérapie, l’élevage et l’éducation canine.

En 2011, la chronique journal se taille une place dans le fabuleux monde de la radio. Malgré tout, avec l’arrivée de Facebook, les gens délaissent le papier et la Page à Picotte se transforme tranquillement pour s’adapter au Web. Faute de courrier, elle devient moins interactive avec les lecteurs.

En 2012, pour fêter ses dix ans de chroniques, le livre, Les Animaux, le Bonheur et Moi, voit le jour relatant de mémorables entrevues publiées dans le journal.

Vers 2015, les réseaux sociaux connaissent une popularité si forte que plusieurs sujets issus du monde animal soulèvent les passions, dont le dégriffage, la reproduction d’animaux domestiques, l’élevage d’animaux de ferme, les méthodes d’éducation canine, la chasse, l’euthanasie des chiens problématiques, l’accessibilité des animaux dans les zoos, les refuges malsains, etc.

En novembre 2015, l’équipe de Picotte vit son premier deuil alors que Criko meurt à l’âge de 11 ans. Trois mois plus tard, soit en février 2016, le Refuge animal de Roberval nous confie un chien à entraîner, dans l’optique de le remettre en adoption par la suite. Ayant le tempérament parfait pour notre mode de vie, Râto se joint à Picotte et Grignotte pour reformer un trio de chiens merveilleux.

Le 27 octobre 2017, c’est au tour de Picotte de partir à l’âge de 15 ans, puis de Grignotte en janvier 2019, à l’âge de 14 ans. Tous les trois sont décédés de vieillesse. La Page à Picotte change alors pour « Les Étoiles de Picotte » et Râto devient l’unique collaborateur de cette page.