Laisser un enfant grimper sur le dos d’un chien est un geste dangereux qui peut mener à une morsure, en plus de briser le lien entre l’animal et l’enfant. L’éducation devrait reposer sur des notions de respect.

Des situations pas si mignonnes

Croyant y tirer des leçons de courage, d’amour ou de persévérance, des millions de personnes partagent et aiment sur les réseaux sociaux des situations mettant en vedette des animaux, qui n’ont pourtant rien de beau.

Les manigances que les internautes, avares de mentions « j’aime », sont capables de faire dépassent l’imaginaire. Ils jouent ensuite sur l’ignorance pour pardonner leurs bêtises après avoir, par exemple, pourchassé jusqu’à la mort un orignal ou fait entrer un bébé raton laveur dans leur maison.

Voici donc quelques exemples de situations qui n’ont rien d’attendrissant :

1. Un enfant qui mange dans le même bol qu’un chien

Pourquoi veut-on que notre chien accepte qu’un enfant joue dans son bol ? Si votre chien accepte ce comportement (qui à coup sûr doit le rendre mal à l’aise), ce n’est pas le cas de tous les chiens. La morsure au visage est hautement risquée. On devrait plutôt apprendre aux enfants, dès leur plus jeune âge, à respecter les animaux.

2. L’enfant qui grimpe sur un chien

On croit à tort que le summum de la complicité enfant/chien arrive quand le bébé grimpe sur le dos de son pitou ou que le chien se couche sur le bébé. Sur la plupart de ces photos et vidéos, on voit clairement le chien qui bâille, qui tourne le regard, fige ou halète.

Ces signaux d’apaisement démontrent un inconfort qui peut mener à la morsure. Par peur, à la suite d’une blessure occasionnée par le maladroit petit humain, l’animal risque de devenir intolérant envers tous les enfants et se faire abandonner.

3. Les animaux dans le Sud

Les habitants de certains villages ont compris qu’ils pouvaient faire de l’argent en répondant aux caprices des touristes. Ils sont plantés là, pendant des heures, sur le bord des rues et sur les plages, accompagnés de perroquets, de singes et de différents bébés animaux exotiques.

Ils demandent quelques pesos en échange d’une photo avec ces animaux qui se font « taponner » à longueur de journée. Souvent, on les drogue pour qu’ils soient calmes et on leur retire leurs dents pour éviter les morsures.

4. Nager avec les dauphins

Derrière ces attractions touristiques paradisiaques se cachent des histoires d’horreur. Les dauphins, qui ne se reproduisent pas en captivité, sont capturés violemment à l’état sauvage, entraînés et gardés dans des conditions pénibles. Les plus beaux se vendent 100 000 $ et les autres sont envoyés à l’abattoir pour leur chair, prisée en Asie. Chaque année, 23 000 dauphins sont tués pour exaucer les rêves des touristes.

5. Interaction avec les bébés animaux sauvages

Ces animaux sont volontairement retirés de leurs mères, dès leur plus jeune âge, pour combler l’imaginaire des humains. On ne se soucie pas des conséquences pour les reproductrices transformées en machines à bébés. Des centaines de visiteurs passent quotidiennement dans ces établissements pour flatter des bébés en échange d’une photo. On ne ferait même pas subir ce stress à un chien ou un chat domestique.

N’ayant pas reçu l’éducation nécessaire de leur mère ni le langage de leurs semblables, on ne se questionne pas sur l’avenir de ces petits en plus de créer chez l’humain un désir d’adopter un animal sauvage.

6. Nourrir des animaux sauvages

Ce geste plein d’amour voue pourtant les bêtes à plusieurs dangers. Un animal sauvage qui n’a plus peur de l’homme est un animal mort. Désensibilisé des activités humaines, il risque de causer des accidents en se faisant frapper par des voitures ou devenir une cible facile pour un chasseur. De plus, quand cette ration de nourriture ne sera plus disponible, il en souffrira.

7. Apprivoiser un animal sauvage

Apprivoiser un bébé animal sauvage est aussi un geste empreint d’amour et de compassion. Cette vague de sympathie animale dénature pourtant les bêtes en plus d’arracher de leur milieu des bébés qui n’étaient pas réellement en danger.

À l’âge adulte, les hormones de l’animal seront intolérables pour la vie en captivité. Ne pouvant survivre dans son milieu naturel, on devra alors le confier à un refuge qui le maintiendra en captivité pour le reste de sa vie.

8. Flatter un petit lièvre

Si vous arrivez à flatter un petit animal sauvage, tel qu’un lièvre, ce n’est pas que vous avez soudainement un don. Ce comportement anormal est dû à la souffrance. L’animal, souvent porteur de maladies, telles que la tularémie, pourra transmettre à l’humain cette zoonose qui peut être mortelle.

Tant que des gens continueront à poser ces gestes, ces réalités existeront.

Picotte

Ce n’est pas la faute de mon chien

CHRONIQUE / Tout le monde rêve d’un chien parfait. Tellement que certains ne remarquent même plus les défauts de leur animal. Ce n’est jamais la faute de leur chien et ils ont une bonne explication pour tout. La manière d’interpréter les mauvais comportements de son animal est souvent erronée de la part des humains. C’est une façon pour eux de pardonner leur animal tout en le valorisant. Pour rassurer tout le monde, et se rassurer soi-même, l’humain tentera de trouver une explication facile, n’impliquant aucun changement, et banalisera même le comportement.Voici quelques explications concernant les réflexions erronées les plus populaires.

1 Réflexion populaire : « Mon chien grogne après les gens qui m’approchent, quand je l’ai dans mes bras, mais c’est parce qu’il me protège. »

Picotte

Faut-il museler les chiens?

CHRONIQUE / Pour éviter les accidents, certains évènements festifs exigent le port de la muselière pour les chiens de plus de neuf kilos, alors que d’autres interdisent carrément la présence de chiens.

Voilà que la Ville de Saint-Honoré pousse encore plus loin en songeant à museler tous les chiens sur son territoire de plus de dix kilos qui mettraient la patte hors de leur enclos.

Picotte

De refuge en refuge

CHRONIQUE / Dans le monde de l’automobile, quand on veut vendre un « bazou » à un client, on lui dit qu’il appartenait à une p’tite dame qui s’en servait une fois par semaine pour faire l’épicerie. Ça pardonne tout, même la rouille.

Dans le monde des chiens, quand on veut refiler un chien ayant des comportements dangereux à une p’tite dame, on lui dit que son ancienne famille le maltraitait. C’est comme la phrase magique qui pardonne tout, même les morsures.

Picotte

Des chats de refuge en adoption à l’animalerie

CHRONIQUE / Le Refuge des animaux de Chicoutimi et l’animalerie Terre Animale viennent de conclure un partenariat afin de favoriser l’adoption de chats de refuge.

Désormais, les chats présentés chez Terre Animale, au 1562 boulevard Talbot à Chicoutimi, proviendront du refuge. « Il y a une demande pour ça. Les gens veulent sauver des animaux abandonnés », remarque Marc Villeneuve, le propriétaire du Refuge des animaux de Chicoutimi.

Chroniques

Un pigeon domestique attachant

CHRONIQUE / En juin 2018, Pascal Turcotte et Isabelle Tremblay accueillent Kiwi, un minuscule bébé pigeon trouvé sur le lieu de travail de Pascal. Malgré les préjugés et les conseils de tout le monde, le couple convient d’accueillir l’oiseau dans leur résidence de Jonquière.

« Si tu entres cet oiseau dans ta maison, tu ne seras plus jamais capable de t’en débarrasser. Il va rester chez vous pour toujours, m’avait dit mon père », se souvient Isabelle. Papa avait raison, puisqu’un an plus tard, Kiwi est toujours fidèle à sa famille. « On l’amène partout, même au chalet. Il aime m’accompagner en auto pour aller chercher mon fils à l’école », mentionne Pascal.

Picotte

Nadine Tremblay vit à travers ses animaux

CHRONIQUE / Quand Carolyne Tremblay regarde son chien Woody, elle a l’impression que sa petite soeur est toute proche. « Elle me l’a offert il y a un an. Je vais tout faire pour garder ce chien, même si j’ai un peu de misère à gérer certains de ses comportements », mentionne-t-elle.

Le 6 avril dernier, Nadine Tremblay décédait des suites du cancer à l’âge de 51 ans, entourée de ses proches, et de quelques-uns de ses animaux, dans la résidence familiale de Saint-Bruno.

Picotte

Chiens en vacances [PHOTOS]

Cet été, plusieurs personnes choisiront leur destination vacances en fonction de leur chien. Évidemment, ce ne sont pas tous les animaux qui apprécient les voyages, les nouveaux environnements et la rencontre de nouvelles personnes.

Par contre, plus on habituera notre animal à ce genre de vie, plus il s’adaptera. Pour Carolyn Dunn, qui possède trois chiens, il est primordial que le camping où elle séjourne accepte les chiens. 

L’an passé, la femme de Chicoutimi a visité le camping Melville à Shawinigan. Après avoir fait de la route et exploré un nouvel environnement, ses chiens ne pouvaient pas faire autrement qu’être fatigué. Et on dit qu’un chien fatigué est un chien heureux !

Picotte

Quand chat devient rat

Dans cette histoire, vous verrez que les chats errants peuvent devenir tout aussi nuisibles que la vermine.

Au début du mois de juin, nous avons remarqué qu’un félin venait dormir sur nos chaises extérieures. Il était discret et squattait principalement la nuit. Le matin, on pouvait identifier ses poils noirs laissés sur le tissu gris des coussins.

Picotte

GÉRER SON CHIEN POUR LA SÉCURITÉ DES FACTEURS

Julie Girard est factrice depuis 14 ans. Quotidiennement, elle parcourt entre 14 et 21 kilomètres sur le territoire d’Alma. Comme la plupart de ses collègues, elle s’est déjà fait mordre par un chien.

Pour se défendre, Mme Girard utilise parfois son trousseau de clés pour faire fuir l’animal ou encore son paquet de courrier pour faire mordre le chien dans les lettres plutôt que sur son corps. « À la suite d’une morsure, il y a des blessures physiques, mais aussi psychologiques », souligne-t-elle. C’est pourquoi la femme du Lac-Saint-Jean est très proactive pour protéger ses collègues en prévenant et en réduisant les accidents reliés à son métier.

Picotte

Une formation pour sauver des animaux

CHRONIQUE / Avec son entreprise « Formation Multi-Secours », Frank Poisson envisage de parcourir le Saguenay–Lac-Saint-Jean pour former des travailleurs et des propriétaires d’animaux qui seront capables de sauver des vies.

« J’offre des formations en secourisme autant pour sauver des humains que des animaux de compagnie », précise-t-il. Délivrée par Ambulance Saint-Jean, la formation qu’offre M. Poisson est la seule formation accréditée par l’Association canadienne des médecins vétérinaires.

Les étoiles de Picotte

18 années de bonheur

CHRONIQUE / Néo est décédé de vieillesse à l’âge vénérable de 18 ans, le 4 mai, à Alma, dans le confort de son foyer, entouré des personnes qu’ils adoraient.

En racontant leur histoire dans le journal, Jinny Tremblay et Bob Turcotte souhaitent rendre hommage à leur irremplaçable chien qui les a accompagnés dans leur jeunesse, dans leur vie adulte et dans leur vie de parents.

Picotte

Un coup de patte pour la SPCA Saguenay

CHRONIQUE / Cinq étudiants en représentation du Centre de formation professionnelle L’Oasis de Chicoutimi organisent une campagne de sensibilisation et de financement au profit de la SPCA Saguenay.

Beau temps, mauvais temps, leur évènement a lieu aujourd’hui, le 8 juin, de 13 h à 16 h au parc Rosaire-Gauthier, tout près de leur école.

Picotte

De la punition à l'attaque

CHRONIQUE / Le 16 mai dernier, une femme de Saint-Ambroise est violemment attaquée par son chiot de neuf mois après l’avoir réprimandé. On ne connaît pas l’ampleur de la punition, mais la réaction de l’animal est impardonnable.

D’ailleurs, si toutes les personnes qui chicanaient leur chien se faisaient sauvagement attaquer, les chiens domineraient le monde depuis longtemps.

Picotte

Un duo qui s’épanouit

CHRONIQUE / Il y a cinq ans, Isabelle Magnan et son chien Boo se lançaient dans une réelle quête, dont la mission première était de renforcer leur lien.

« Je venais de perdre mon petit scottish-terrier et Boo était le premier chiot à qui je souhaitais apprendre des choses. Sauf que j’avais de la misère à connecter avec lui », se remémore Isabelle.

Picotte

Poules à louer

CHRONIQUE / Depuis 2017, Jeremy Dagenais vend des œufs. Installé tout près de Mirabel, sur le site de l’écurie familiale, il prend soin des 75 poules rousses en liberté de son entreprise 12 Oeufs .

Remarquant un engouement pour les poules urbaines, et une importante vague d’abandons, au printemps 2019 il ajoute un nouveau service.

Picotte

15 bons voisins canins de plus au Saguenay

CHRONIQUE / Le 4 mai, 100% des chiens réunis au Groupe Canin Saguenay réussissaient leur certification de Bon voisin canin (BVC) dispensé par le Club Canin canadien.

Cette certification, offerte depuis plus de 20 ans, consiste à tester la confiance et le contrôle du manieur et de son chien en plusieurs étapes. Ces épreuves permettent ainsi de déterminer si le duo a de bonnes manières pour assurer sa sécurité et celle des autres à la maison, en public et en compagnie d’autres chiens.

Picotte

Charly et Hortense conservent leur titre

CHRONIQUE / Dans le cadre de son 30e congrès annuel, qui a eu lieu en avril dernier, l’Association des médecins vétérinaires du Québec (AMVQ) a désigné Charly, dont les propriétaires demeurent à Hébertville-Station, comme étant le plus vieux chien, à 26 ans, et Hortense, âgée de 23 ans, comme étant le plus vieux chat de la province.

Aucun animal n’a détrôné les vedettes canine et féline depuis deux ans. Les deux bêtes proviennent d’animaleries et vivent dans la même famille depuis leur adoption qui remonte aux années 90.

Picotte

La garde de poules 101... en ligne !

CHRONIQUE / Depuis 2016, Martin Boisvert a informé plus de 400 personnes concernant la garde de poules, une pratique que trop de gens banalisent.

Pour accommoder les futurs propriétaires de poules ayant un horaire de temps chargé, le conférencier et formateur offre depuis quelques semaines une formation en ligne sur la garde de poules.

Picotte

Une camionneuse parcourt les États-Unis avec son chat

CHRONIQUE / Nouvellement diplômée comme camionneuse, Sonya Gagnon espérait de tout coeur trouver une compagnie de transport qui allait accepter qu’elle voyage avec son chat à bord de son camion.

Pas de conjoint, pas d’enfant, plus de parents et pas d’attaches, le moment était idéal pour réaliser le rêve de sa vie.

Picotte

Un véritable travail d'enquête

CRHONIQUE / Isabelle Beaulieu n’avait jamais chassé quand elle est devenue membre de l’Association des conducteurs de chiens de sang du Québec (ACCSQ) en 2014.

« Ce qui m’attirait, c’était de pouvoir travailler avec mes chiens et renforcer mon lien avec eux », mentionne-t-elle.

Picotte

Une marionnette pour comprendre les chiens

CHRONIQUE / Le 12 mars dernier, Râto débarquait dans la classe de maternelle de Mme Mélanie Simard.

En plus de raconter son histoire d’abandon, reliée à ses mauvais comportements et à ses différences, Râto a aussi présenté la marionnette qui a été fabriquée à son effigie par une talentueuse artiste du Saguenay.

Picotte

Traiter son chien comme une arme à feu

CHRONIQUE / Peut-être trouverez-vous le parallèle un peu extrême, mais l’encadrement d’un chien ressemble étrangement à l’encadrement d’une arme à feu.

Le propriétaire d’une arme à feu doit toujours manipuler son arme comme si elle était chargée. Tous les chiens devraient être traités comme s’ils pouvaient mordre.

Picotte

Une campagne de financement pour un chien électrisé

CHRONIQUE / Le 15 mars, Ghost, un husky croisé de 2 ans, a reçu une décharge électrique en mordant une rallonge banchée sur une prise de 110 volts. L’électrisation a brûlé l’intérieure de sa gueule, endommageant gravement sa langue.

Pour payer la facture de ses soins vétérinaires, Jaimie-Lee Côté et Frank Gagnon ont eu recours à la plateforme GoFundMe.

Picotte

Pénurie de chiens dans les refuges

CHRONIQUE / Les installations du Refuge des animaux de Chicoutimi sont vides. La Fourrière d’Alma a sept pensionnaires canins, dont un seul qui est adoptable. Au Refuge animal de Roberval et à la SPCA Saguenay, trois chiens attendent des familles.

Cette rareté implique un ajustement des prix. Il y a dix ans, un chien de refuge se vendait une cinquantaine de dollars. Aujourd’hui, il faut débourser en moyenne 300 $.

Picotte

La petite perruche abandonnée

La perruche, qui se reproduit bien en captivité, est un petit perroquet facile à trouver. Quotidiennement, on en voit à donner sur les sites de petites annonces.

Si certains la négligent en pensant que c’est juste une perruche, d’autres la surestiment en l’imaginant devenir un bavard compagnon pour toute la famille, incluant pour le chat et le chien.

Picotte

Le calvaire des chiennes reproductrices

CHRONIQUE / En octobre 2018, Sam (nom fictif) se rendait dans un réputé élevage du Québec pour adopter une chienne reproductrice de 6 ans retirée de l’élevage.

« Normalement, je donne mes reproductrices quand elles deviennent stériles, mais pour elle, je demande un montant, car j’ai dû débourser pour la faire stériliser après une complication lors de la mise bas », confie l’éleveur, qui demandait 300 $ pour la bête.

Picotte

Un chat de la Russie débarque au Saguenay

CHRONIQUE / Le 21 août 2018, un couple de Chicoutimi s’est rendu à l’aéroport de Montréal pour accueillir un chaton scottish fold de 4 mois arrivé tout droit de la Russie.

Ça faisait trois mois que Guylen Girard correspondait en anglais avec l’éleveur, via Messenger.

Picotte

Les animaux des prisonniers

En 2016, Martin (nom fictif) est arrêté par la police pour bris de conditions. Celui qui avait déjà purgé des peines pour vente de drogue se retrouvait à nouveau devant la justice.

C’est seulement en décembre 2018 que son incarcération s’est entamée, pour une période de 13 mois. Évidemment, il ne pouvait pas amener ses animaux avec lui.

Picotte

Mini-Fée n’est plus

CHRONIQUE / Le 21 janvier, la populaire jument miniature Mini-Fée est décédée à l’âge de 7 ans et demi des suites d’une possible hémorragie.

Connue un peu partout dans la région, Mini-Fée avait passé son été 2018 au Site de la Nouvelle-France, à Saint-Félix-d’Otis, pour accueillir les visiteurs. « Nouvellement déménagés dans ce secteur, nous avions installé notre miniferme à cet endroit », explique la propriétaire de Mini-Fée, Nancy Gaudreault.

Picotte

Chat et chien comme collègues

CHRONIQUE / Depuis deux ans, Lorie Boudreault a choisi de travailler à la maison en démarrant sa propre entreprise d’infographie. Avec ce changement de carrière, elle a aussi troqué ses collègues humains pour des animaux!

Installée à Jonquière, elle a comme compagnons un chat et un chien. Quand elle est à son bureau, au sous-sol, sa fidèle Callie, une petite shih tzu croisée teckel âgée de 8 ans, l’accompagne toujours. Quant à Sushi, le chat rex cronish, il lui rend visite quelques fois par jour, en se positionnant carrément devant l’écran d’ordinateur de l’infographe. « Il me fait comprendre qu’il a besoin de se faire flatter », souligne Lorie. Sushi a été adopté il y a deux ans, au moment où l’entrepreneure a pris la décision d’être travailleuse autonome.