Laisser un enfant grimper sur le dos d’un chien est un geste dangereux qui peut mener à une morsure, en plus de briser le lien entre l’animal et l’enfant. L’éducation devrait reposer sur des notions de respect.

Des situations pas si mignonnes

Croyant y tirer des leçons de courage, d’amour ou de persévérance, des millions de personnes partagent et aiment sur les réseaux sociaux des situations mettant en vedette des animaux, qui n’ont pourtant rien de beau.

Les manigances que les internautes, avares de mentions « j’aime », sont capables de faire dépassent l’imaginaire. Ils jouent ensuite sur l’ignorance pour pardonner leurs bêtises après avoir, par exemple, pourchassé jusqu’à la mort un orignal ou fait entrer un bébé raton laveur dans leur maison.

Voici donc quelques exemples de situations qui n’ont rien d’attendrissant :

1. Un enfant qui mange dans le même bol qu’un chien

Pourquoi veut-on que notre chien accepte qu’un enfant joue dans son bol ? Si votre chien accepte ce comportement (qui à coup sûr doit le rendre mal à l’aise), ce n’est pas le cas de tous les chiens. La morsure au visage est hautement risquée. On devrait plutôt apprendre aux enfants, dès leur plus jeune âge, à respecter les animaux.

2. L’enfant qui grimpe sur un chien

On croit à tort que le summum de la complicité enfant/chien arrive quand le bébé grimpe sur le dos de son pitou ou que le chien se couche sur le bébé. Sur la plupart de ces photos et vidéos, on voit clairement le chien qui bâille, qui tourne le regard, fige ou halète.

Ces signaux d’apaisement démontrent un inconfort qui peut mener à la morsure. Par peur, à la suite d’une blessure occasionnée par le maladroit petit humain, l’animal risque de devenir intolérant envers tous les enfants et se faire abandonner.

3. Les animaux dans le Sud

Les habitants de certains villages ont compris qu’ils pouvaient faire de l’argent en répondant aux caprices des touristes. Ils sont plantés là, pendant des heures, sur le bord des rues et sur les plages, accompagnés de perroquets, de singes et de différents bébés animaux exotiques.

Ils demandent quelques pesos en échange d’une photo avec ces animaux qui se font « taponner » à longueur de journée. Souvent, on les drogue pour qu’ils soient calmes et on leur retire leurs dents pour éviter les morsures.

4. Nager avec les dauphins

Derrière ces attractions touristiques paradisiaques se cachent des histoires d’horreur. Les dauphins, qui ne se reproduisent pas en captivité, sont capturés violemment à l’état sauvage, entraînés et gardés dans des conditions pénibles. Les plus beaux se vendent 100 000 $ et les autres sont envoyés à l’abattoir pour leur chair, prisée en Asie. Chaque année, 23 000 dauphins sont tués pour exaucer les rêves des touristes.

5. Interaction avec les bébés animaux sauvages

Ces animaux sont volontairement retirés de leurs mères, dès leur plus jeune âge, pour combler l’imaginaire des humains. On ne se soucie pas des conséquences pour les reproductrices transformées en machines à bébés. Des centaines de visiteurs passent quotidiennement dans ces établissements pour flatter des bébés en échange d’une photo. On ne ferait même pas subir ce stress à un chien ou un chat domestique.

N’ayant pas reçu l’éducation nécessaire de leur mère ni le langage de leurs semblables, on ne se questionne pas sur l’avenir de ces petits en plus de créer chez l’humain un désir d’adopter un animal sauvage.

6. Nourrir des animaux sauvages

Ce geste plein d’amour voue pourtant les bêtes à plusieurs dangers. Un animal sauvage qui n’a plus peur de l’homme est un animal mort. Désensibilisé des activités humaines, il risque de causer des accidents en se faisant frapper par des voitures ou devenir une cible facile pour un chasseur. De plus, quand cette ration de nourriture ne sera plus disponible, il en souffrira.

7. Apprivoiser un animal sauvage

Apprivoiser un bébé animal sauvage est aussi un geste empreint d’amour et de compassion. Cette vague de sympathie animale dénature pourtant les bêtes en plus d’arracher de leur milieu des bébés qui n’étaient pas réellement en danger.

À l’âge adulte, les hormones de l’animal seront intolérables pour la vie en captivité. Ne pouvant survivre dans son milieu naturel, on devra alors le confier à un refuge qui le maintiendra en captivité pour le reste de sa vie.

8. Flatter un petit lièvre

Si vous arrivez à flatter un petit animal sauvage, tel qu’un lièvre, ce n’est pas que vous avez soudainement un don. Ce comportement anormal est dû à la souffrance. L’animal, souvent porteur de maladies, telles que la tularémie, pourra transmettre à l’humain cette zoonose qui peut être mortelle.

Tant que des gens continueront à poser ces gestes, ces réalités existeront.