Du haut de ses quatre livres, Gucci s’adapte bien à sa nouvelle réalité qui implique qu’il doit marcher sur trois pattes.

De la fracture à l’amputation

CHRONIQUE / Gucci n’a pas encore deux ans et pourtant, il s’est déjà cassé les pattes à deux reprises. La dernière fracture s’est compliquée, à un point tel qu’il a dû être amputé.

Tout commence à l’été 2018 alors que le chihuahua n’a que quelques mois. « Je l’avais dans mes bras et, en voulant le déposer par terre, il a sauté. Il s’est aussitôt mis à hurler de douleur, alors que sa patte gauche venait de casser », se remémore Isabelle Richard. Une visite chez le vétérinaire, en urgence, s’impose.

Lors de l’opération, les vétérinaires procèdent à l’installation d’une plaque. « Je n’ai pas compté le nombre de voyages que j’ai pu faire à l’Hôpital vétérinaire du Boisé de Chicoutimi pour assurer le suivi », poursuit la femme de Jonquière. « Quant à la facture qui dépassait les 2000$, c’est le père de ma fille qui a accepté de faire un prêt offert en clinique. »

Après un processus de guérison très long, c’est en janvier 2019 que le vétérinaire confirme que la patte de Gucci est complètement guérie. « Le soir de cette super annonce, ma fille Brithany reçoit des amis à la maison. Elle tient Gucci dans ses bras et comme il est énervé, elle le dépose par terre. Il saute et se casse à nouveau la patte, mais cette fois c’est la droite », raconte la maman. Avec le cri de douleur de leur animal, la famille comprend très bien ce qui vient de se produire.

Brithany Tremblay et sa mère, Isabelle Richard, n’arrivaient pas à imaginer faire euthanasier leur chien Gucci pour des complications reliées à une fracture à la patte.

Cette fois, comme la fracture est près d’une articulation, le manque de vascularisation risque d’empêcher la guérison. Le vétérinaire propose l’amputation ou le plâtre. La famille opte pour le plâtre. Tout l’hiver, toutes les deux semaines, Isabelle se rend à l’hôpital pour les changements de bandage et une fois par mois ,une radiographie témoigne que l’os n’arrive pas à guérir. Après huit mois, Isabelle se retrouve à la case départ. Elle doit choisir entre l’amputation de la patte ou l’euthanasie de son chien.

« C’est à ce moment qu’on nous a parlé de la Fondation Les Animaux du Boisé qui pouvait assumer une partie des frais. À la fin août, Gucci se fait donc amputer la patte. « Je trouvais qu’il faisait pitié, mais la vétérinaire m’a dit que les chiens se remettaient très bien de ce genre d’intervention, car ils ne pensent pas comme nous », se rassure Isabelle.

Quand Isabelle a adopté son chihuahua en 2018, dans un petit élevage de Saguenay, c’était pour mieux répondre à son mode de vie et avoir un compagnon pour elle et sa fille Brithany. « J’ai toujours eu des chiens berger allemand, husky, mais comme je suis rendue en appartement, ce n’est pas idéal pour un gros chien », souligne-t-elle.

Après avoir investi plusieurs milliers de dollars pour garder son petit Gucci auprès d’elle, Isabelle avoue que c’est un peu stressant…

« J’espère qu’il n’arrivera pas autre chose. Comme je n’avais pas vraiment les moyens financiers, j’ai aussi l’impression de m’être fait juger », conclut-elle.