Charlotte est disparue depuis le 22 mars de son lieu de domicile à Hébertville, au Lac-Saint-Jean. Toutes les hypothèses, dont celle du vol, sont envisagées.
Charlotte est disparue depuis le 22 mars de son lieu de domicile à Hébertville, au Lac-Saint-Jean. Toutes les hypothèses, dont celle du vol, sont envisagées.

Charlotte disparue depuis mars

Mélissa Viau
Mélissa Viau
Le Quotidien
CHRONIQUE / Malgré les milliers de partages sur les réseaux sociaux, Doriane Larouche et Jérémy Carrier n’ont toujours pas retrouvé leur précieuse petite Charlotte, disparue depuis le 22 mars.

Le couple a adopté son premier chien il y a près de deux ans. « C’était à une de mes amies qui ne pouvait plus la garder, car elle partait étudier au cégep », raconte la jeune femme de 19 ans.

Installée chez ses parents, à Hébertville, au Lac-Saint-Jean, Doriane a eu la permission d’adopter son tout premier chien. « Dans ma famille, on adore les animaux. On a deux autres chiens qui sont à mes parents et nous avons une écurie de cinq chevaux », raconte celle qui rêve de faire l’acquisition de la maison voisine, afin de demeurer près du site familial, baptisé Écurie La terre promise.

Le jour de sa disparition, Charlotte jouait avec les deux autres chiens, sur le terrain, en liberté, comme ils avaient l’habitude de le faire. « Ils ne s’éloignaient jamais et Charlotte a peur de tout ce qui bouge. Elle est méfiante des autres animaux, poursuit Doriane. Elle est dépendante de moi et me suit toujours partout. »

Pour une raison que tout le monde ignore, vers la fin de l’après-midi, la petite femelle cocker, qui aurait eu 3 ans en novembre, est disparue. Rapidement, les recherches ont commencé. « On a fait une battue de 40 kilomètres carrés et on n’a retrouvé aucun signe, aucune trace de poils ou d’indices laissant supposer qu’elle se serait fait attaquer par un autre animal », rapport Doriane.

Le lendemain de sa disparition, soit le 23 mars, Charlotte aurait été vue dans le quartier. Depuis, aucune nouvelle.

Les recherches ont été très intenses pendant un mois. Encore aujourd’hui, Doriane ne peut cesser de penser à son chien. « Je sais que je devrais abandonner mes recherches, mais l’espoir reste. Je continue de fouiller dans tous les groupes Facebook de cocker, de chiens à donner, et je surveille tous les refuges, mentionne celle qui ne peut écarter la possibilité que Charlotte se soit fait voler. Je n’arrêterai jamais de la chercher, jusqu’à ce qu’on sache ce qui est réellement arrivé. »

Ayant prévu adopter un autre chien, bien avant la disparition de Charlotte, Doriane et Jérémy ont accueilli un chiot golden retriever, il y a un peu plus de deux mois. « Baxter n’apaise pas ma peine d’avoir perdu Charlotte, mais ça m’occupe. Charlotte est irremplaçable. Même ma mère la trouvait exceptionnelle. Tout le monde la voulait. Elle était calme, sociable. Elle écoutait tout et elle était très dépendante de moi. Je l’amenais partout avec moi, même dans mes compétitions équestres », se remémore l’inconsolable maîtresse de Charlotte.

Avis de recherche

Doriane a publié plusieurs annonces sur son compte Facebook afin de demander l’aide de la population. Comme elle a une couleur particulière et plutôt rare chez le cocker, Charlotte pourrait être reconnue facilement. « Si au moins on pouvait savoir si elle est décédée, si elle est encore perdue ou bien si quelqu’un a décidé de la garder. J’espère continuellement revoir sa petite face. Si vous la voyez, elle sera craintive à la première approche, mais si vous vous penchez, elle s’approchera », écrit Doriane, sur ses réseaux sociaux.

Doriane Larouche a bien hâte d’élucider le mystère entourant la disparition de sa petite Charlotte adorée.

Jérémy et Doriane ont ramassé leur argent et promettent un montant de 1000 $ à quiconque rapportera leur chien. « J’aurais de la peine de donner ce montant à quelqu’un qui me l’a volé, mais je veux juste retrouver mon chien », conclut-elle.

Si vous voyez une publication avec un chien qui ressemble à Charlotte ou que vous détenez des informations pertinentes, avisez Doriane Larouche par Facebook (www.facebook.com/doriane.larouche.1/) ou sur son cellulaire (418 720-3222).