Même si ça ne paraît pas, Râto a ses petits défauts, lui aussi.

Ce n’est pas la faute de mon chien

CHRONIQUE / Tout le monde rêve d’un chien parfait. Tellement que certains ne remarquent même plus les défauts de leur animal. Ce n’est jamais la faute de leur chien et ils ont une bonne explication pour tout. La manière d’interpréter les mauvais comportements de son animal est souvent erronée de la part des humains. C’est une façon pour eux de pardonner leur animal tout en le valorisant. Pour rassurer tout le monde, et se rassurer soi-même, l’humain tentera de trouver une explication facile, n’impliquant aucun changement, et banalisera même le comportement.Voici quelques explications concernant les réflexions erronées les plus populaires.

1 Réflexion populaire : « Mon chien grogne après les gens qui m’approchent, quand je l’ai dans mes bras, mais c’est parce qu’il me protège. »

Explication : On pense que le chien ne peut pas changer puisqu’il fait son travail d’instinct et prouve son amour à sa famille en la protégeant. C’est faux. Dans cette situation, le chien ne grogne pas pour protéger quelqu’un. Il grogne plutôt pour se protéger lui-même. La plupart des chiens qui se sentent pris, et qui ne peuvent pas fuir, réagissent de cette façon par peur. Ce comportement peut évidemment mener à la morsure puisque le chien, ne trouvant pas de solution, s’enfoncera dans ce comportement malsain. Surtout, ne punissez jamais un chien qui a peur. La solution rapide serait de cesser simplement de prendre votre animal dans vos bras dans des situations qui le rendent inconfortable. Si vous souhaitez changer le comportement, consultez un entraîneur qui vous suggérera une technique en renforcement positif.

2Réflexion populaire : « Mon chien aime les autres animaux, mais il attaque juste les chiens qui sont mal élevés. Je le comprends. »

Explication : Aucun chien ne mérite d’être blessé. Mal élevés ou bien élevés, il y a des chiens qui ne sont pas compatibles. Les chiens aussi peuvent être baveux et impolis entre eux. Leurs signaux sont subtils et souvent même imperceptibles aux yeux des humains. Le niveau d’agressivité, pour exprimer cette intolérance envers un autre animal, est variable d’un chien à l’autre et parfois fatal. S’il pèse 60 livres, il peut causer bien des dégâts et s’il pèse 10 livres, il peut se mettre en danger. Si votre chien est réactif à certains chiens et que vous n’arrivez pas à déterminer ce qui le fait réagir, les endroits comme les parcs à chiens seront à éviter et le port de la muselière fera partie des options.

3Réflexion populaire : « Mon chien court après les cyclistes, mais c’est normal. C’est à cause de sa race. »

Explication : Les comportements pouvant mener à un accident ne doivent pas être banalisés sous prétexte de la race. S’il est trop difficile de changer un comportement dangereux, vous devez absolument améliorer votre environnement pour sécuriser les lieux, par exemple, en clôturant votre terrain. Si vous ne faites rien, le chien ne changera pas. Au contraire, il escaladera dans son comportement jusqu’à en faire une fixation.

4Réflexion populaire : « Mon chien veut mordre les étrangers, mais c’est parce qu’il a sûrement déjà été maltraité. »

Explication : Ne vous laissez pas berner par le passé incertain de votre animal. La morsure est presque toujours explicable, mais rarement pardonnable. Si votre chien fait une mauvaise association aux étrangers, il est facile de renverser cette association avec un entraînement en renforcement positif. Informez-vous à un entraîneur canin. Sinon, la solution rapide serait de clôturer votre terrain pour éviter un accident.

5Réflexion populaire : « Les gens ont des préjugés parce que j’ai un pitbull, mais je ne veux pas dire qu’il est parfois agressif avec les autres animaux parce que j’ai peur que ça empire les préjugés. »

Explication : Assumer les défauts de son animal est déjà un pas vers l’avant. Vous n’êtes pas nécessairement responsables des comportements de votre animal et votre chien n’est pas le prolongement de vous-même. Annoncer ses défauts est une bonne façon de commencer sa réhabilitation.

Surtout, ne tentez pas de provoquer votre animal en pensant « casser » son mauvais comportement. Tout ce que vous casserez, c’est votre relation avec lui. Votre animal n’est pas obligé d’être une guenille. Le provoquer et le chicaner jusqu’à ce qu’il s’écrase n’a rien de sain. Sachez aussi que si votre animal cause une morsure ou un accident, et que votre assurance habitation n’est pas au courant que vous avez un chien, vous ne serez pas couvert.