Au secours! Mon chien a mordu

Dans une famille de Saguenay, le petit dernier vient de se faire mordre au visage en agaçant le chien qui mangeait. C’est la panique ! Qu’est-ce qu’on fait ? Il a une petite blessure en haut de l’œil, un bleu sur la joue, rien de grave, on l’a rapidement désinfecté, mais ç’aurait pu être pire.

Tout comme sa sœur et ses parents, le garçon de neuf ans vient de perdre confiance en son chien que tout le monde croyait parfait, jusqu’à ce jour. « On s’est toujours dit que si ça arrivait, ce serait l’euthanasie instantanée du chien », songent les parents. 

Comment va-t-on expliquer ça aux grands-parents des enfants qui n’ont jamais approuvé notre décision d’adopter un chien ? Tout le monde va nous juger… Le sujet est si tabou, qu’on tait l’identité de la famille dans le journal. 

Cette nuit-là, la mère, déçue de son chien et terrorisée par ce qui aurait pu être un drame, jongle avec le possible destin de Tobi. « On pourrait lui trouver une nouvelle famille, le faire euthanasier ou demander conseil à un spécialiste en comportement canin », réfléchit-elle. Les larmes coulent sur ses joues en pensant aux deux premières options. Son chien a à peine deux ans et tout le monde l’adore. En même temps, elle ne veut pas voir son enfant ou celui d’un autre garder des cicatrices permanentes. 

Le plus angoissant c’est qu’elle n’arrive pas à expliquer ce qui s’est passé et elle ne sait pas comment éviter que son beau golden retriever blond pure race reproduise à nouveau ce comportement.

Indices

Pourtant, depuis quelque temps, Tobi avait donné des indices de son inconfort. « Dernièrement, on s’est rendu compte que, lorsque notre chien mange et qu’on passe proche de son bol, il arrête de manger pour nous fixer. On se choque un peu en lui disant non », explique la maman. Quand il était chiot, comme le recommandaient certaines de ses lectures, elle jouait dans son bol pendant qu’il mangeait et ça ne le dérangeait pas. 

« Je me souviens aussi de l’autre jour, quand j’avais de la nourriture dans mes mains, le chien que je gardais s’est approché de moi et Tobi lui a sauté dessus », se remémore la mère. Il ne l’a pas blessé, mais c’était brutal comme avertissement. Jamais elle n’aurait cru qu’il puisse faire ça aux humains…

Lien

Avec l’enfant de neuf ans, le chien a aussi développé un lien particulier. « Mon gars joue dur avec le chien. Parfois, Tobi pousse un petit cri de douleur, mais sans plus », poursuit la mère. En effet, le plus jeune, contrairement à son frère de 14 ans, adore agacer le chien. Personne ne lui a appris comment bien interagir avec son animal et les parents avaient une confiance absolue envers Tobi.

Protection des ressources

D’abord, il faut savoir que le chien qui réagit quand on approche de sa nourriture est un comportement qui s’appelle de la protection des ressources. Il peut aussi le faire avec ses jouets. Ce comportement est génétique et peut être renforcé. Les éleveurs, soucieux de leur génétique, élimineront les reproducteurs faisant de la protection des ressources. Dans le cas de Tobi, il provient de chez une dame qui faisait parfois avoir des chiots à son mâle et à sa femelle, sans toutefois opérer un élevage officiel. 

Éducation

On devrait éduquer un chiot en prévention de voir apparaître cet indésirable comportement qui mène souvent à l’abandon. Le comportement de protection des ressources peut être désensibilisé et géré sans toutefois disparaître à 100%, dépendamment de l’intensité de réaction de l’animal. Il faut aussi garder en tête que la rechute est toujours possible. Par mesure de sécurité, petits et grands ne devraient jamais déranger un chien qui mange. 

Solutions

Si la famille décide de garder Tobi, tout le monde devra collaborer, y compris le garçon de neuf ans. Dorénavant, il faudra le nourrir à un endroit sécuritaire. L’idéal serait dans une pièce ou dans sa cage. On pourrait ajouter des exercices de désensibilisation, par exemple, en ajoutant de la nourriture dans son bol, pendant qu’il mange. Le garçon de neuf ans devra aussi apprendre à développer une relation plus respectueuse avec son chien. Advenant le cas que la famille devienne trop stressée face à la gestion des comportements de leur chien, et que l’enfant ne souhaite pas changer d’attitude, on recommandera alors de lui trouver une famille plus appropriée. 

Attention !

N’oubliez pas que si votre animal change drastiquement de comportement et qu’il démontre des signes d’impatience, il a peut-être de la douleur. Il faut alors, dans un premier temps, écarter les problèmes de santé. C’est pourquoi, avant même de vous attarder à régler ses mauvais comportements, on vous conseillera de visiter un vétérinaire pour un bilan de santé. 

«Même si on peut l'expliquer, une morsure n'est jamais excusable.»

-Rato