As-tu ta médaille ?

Amendes pour les mauvais payeurs de licences

CHRONIQUE / Pour maintenir ses services de fourrière, Saguenay oblige tout propriétaire de chien à enregistrer son animal au refuge des animaux de Chicoutimi ou à la SPCA Saguenay, selon son secteur, au coût de 25 $.

Les citoyens qui n’ont pas encore renouvelé la médaille de leur chien avaient jusqu’au 15 novembre pour acquitter leur facture de 2019.

En contrevenant à ce règlement, les mauvais payeurs s’exposent à un constat d’infraction de 150 $. Avant de recevoir cette amende, les fautifs recevront d’abord un avis d’infraction puis une mise en demeure.

« Ce règlement municipal a toujours existé, mais il n’était pas appliqué. Au lieu d’ajouter des règlements, on doit d’abord faire respecter ceux déjà en place », souligne le propriétaire du Refuge des animaux, Marc Villeneuve.

Dans les secteurs de La Baie, Chicoutimi et Laterrière, desservis par le Refuge des animaux, près de 300 des 8500 propriétaires de chiens recensés n’ont toujours pas payé leur dû. « Il faut que les gens aient le réflexe d’enregistrer leur chien si on veut continuer de donner un bon service , poursuit M Villeneuve. C’est notre principale source de revenus, qui nous permet de payer nos employés et soigner les animaux. »

À la SPCA Saguenay, qui dessert le secteur de Jonquière, 250 des 5000 familles ayant un chien n’ont toujours pas payé leur facture. « Comme nos heures d’ouverture ne conviennent pas à tout le monde, les gens peuvent aussi payer leur licence à partir de notre site Internet, explique Claudia Côté, directrice de la SPCA Saguenay. On invite aussi la population à nous aviser s’ils n’ont plus leur chien. Ça va leur éviter de devoir contester une amende. »

Notez que le terme licence désigne un enregistrement et non un permis pour posséder un chien. « Des fois, pour rire, les gens viennent nous voir en disant qu’ils viennent payer leur plaque », relate Mme Côté.

Dès janvier, quatre des cinq employés du Refuge des animaux seront sur le terrain pour passer de porte en porte afin de faire le recensement de 2020. Ceux qui veulent prendre une longueur d’avance peuvent se rendre directement au refuge ou téléphoner pour acquitter leur facture. Quant à la SPCA, elle est présentement à la recherche d’une neuvième personne pour compléter son équipe afin d’assurer le recensement des chiens pour l’année 2020.

Pourquoi ?

« Mon chien ne se sauve pas ! Pourquoi je payerais une médaille ? », s’objectent parfois les propriétaires de chien. Au-delà de la médaille, ce montant annuel permet aux deux organismes en place de maintenir leurs services. Outre la contribution à assurer une bonne gestion des animaux domestiques et sauvages, cette identification permet d’accélérer les retrouvailles en cas de fugue ou d’un accident. Ceci évite aussi de payer des frais lors d’une mise en fourrière si l’animal doit être maintenu dans le chenil par mesure de sécurité.

Vent de changements

Le rôle des organismes mandatés par les villes, pour gérer les animaux, s’est transformé au cours des dernières années.

Les chiens et chats sont beaucoup moins nombreux à entrer dans les refuges, mais la qualité des services qu’ils reçoivent a augmenté. « On remarque aussi que le temps de séjour est beaucoup plus court , mentionne Mme Côté. Même les animaux qui ont des besoins particuliers, qui souffrent d’embonpoint ou qui sont plus âgés se font adopter. Je pense que les mentalités changent et les gens viennent ici avant d’adopter ailleurs. »

Depuis quelques mois, tous les chats confiés au Refuge des animaux sont d’abord examinés, soignés et stérilisés par un vétérinaire pour ensuite être installés dans l’environnement plus adéquat de l’animalerie Terre Animal de Chicoutimi en attendant leur famille.

Chaque ville fait preuve d’adaptation pour répondre aux nouvelles réalités et aux exigences des citoyens. La population étant préoccupée par la gestion des chiens dangereux, Saguenay a procédé à l’ajustement de son règlement pendant l’été 2019, en misant sur la responsabilisation des propriétaires d’animaux.

Dorénavant, lorsqu’un chien tente de mordre ou mord une personne ou un autre animal, causant ou non des blessures, l’autorité compétente peut capturer ou saisir ce chien afin de le faire évaluer, et ce, aux frais de son propriétaire.

Être responsable de son animal, c’est aussi prendre le temps de l’enregistrer annuellement auprès de l’autorité mandatée par sa ville.