Picotte

Une campagne de financement pour un chien électrisé

CHRONIQUE / Le 15 mars, Ghost, un husky croisé de 2 ans, a reçu une décharge électrique en mordant une rallonge banchée sur une prise de 110 volts. L’électrisation a brûlé l’intérieure de sa gueule, endommageant gravement sa langue.

Pour payer la facture de ses soins vétérinaires, Jaimie-Lee Côté et Frank Gagnon ont eu recours à la plateforme GoFundMe.

Picotte

Pénurie de chiens dans les refuges

CHRONIQUE / Les installations du Refuge des animaux de Chicoutimi sont vides. La Fourrière d’Alma a sept pensionnaires canins, dont un seul qui est adoptable. Au Refuge animal de Roberval et à la SPCA Saguenay, trois chiens attendent des familles.

Cette rareté implique un ajustement des prix. Il y a dix ans, un chien de refuge se vendait une cinquantaine de dollars. Aujourd’hui, il faut débourser en moyenne 300 $.

Picotte

La petite perruche abandonnée

La perruche, qui se reproduit bien en captivité, est un petit perroquet facile à trouver. Quotidiennement, on en voit à donner sur les sites de petites annonces.

Si certains la négligent en pensant que c’est juste une perruche, d’autres la surestiment en l’imaginant devenir un bavard compagnon pour toute la famille, incluant pour le chat et le chien.

Picotte

Le calvaire des chiennes reproductrices

CHRONIQUE / En octobre 2018, Sam (nom fictif) se rendait dans un réputé élevage du Québec pour adopter une chienne reproductrice de 6 ans retirée de l’élevage.

« Normalement, je donne mes reproductrices quand elles deviennent stériles, mais pour elle, je demande un montant, car j’ai dû débourser pour la faire stériliser après une complication lors de la mise bas », confie l’éleveur, qui demandait 300 $ pour la bête.

Picotte

Un chat de la Russie débarque au Saguenay

CHRONIQUE / Le 21 août 2018, un couple de Chicoutimi s’est rendu à l’aéroport de Montréal pour accueillir un chaton scottish fold de 4 mois arrivé tout droit de la Russie.

Ça faisait trois mois que Guylen Girard correspondait en anglais avec l’éleveur, via Messenger.

Picotte

Les animaux des prisonniers

En 2016, Martin (nom fictif) est arrêté par la police pour bris de conditions. Celui qui avait déjà purgé des peines pour vente de drogue se retrouvait à nouveau devant la justice.

C’est seulement en décembre 2018 que son incarcération s’est entamée, pour une période de 13 mois. Évidemment, il ne pouvait pas amener ses animaux avec lui.

Picotte

Mini-Fée n’est plus

CHRONIQUE / Le 21 janvier, la populaire jument miniature Mini-Fée est décédée à l’âge de 7 ans et demi des suites d’une possible hémorragie.

Connue un peu partout dans la région, Mini-Fée avait passé son été 2018 au Site de la Nouvelle-France, à Saint-Félix-d’Otis, pour accueillir les visiteurs. « Nouvellement déménagés dans ce secteur, nous avions installé notre miniferme à cet endroit », explique la propriétaire de Mini-Fée, Nancy Gaudreault.

Picotte

Chat et chien comme collègues

CHRONIQUE / Depuis deux ans, Lorie Boudreault a choisi de travailler à la maison en démarrant sa propre entreprise d’infographie. Avec ce changement de carrière, elle a aussi troqué ses collègues humains pour des animaux!

Installée à Jonquière, elle a comme compagnons un chat et un chien. Quand elle est à son bureau, au sous-sol, sa fidèle Callie, une petite shih tzu croisée teckel âgée de 8 ans, l’accompagne toujours. Quant à Sushi, le chat rex cronish, il lui rend visite quelques fois par jour, en se positionnant carrément devant l’écran d’ordinateur de l’infographe. « Il me fait comprendre qu’il a besoin de se faire flatter », souligne Lorie. Sushi a été adopté il y a deux ans, au moment où l’entrepreneure a pris la décision d’être travailleuse autonome.

Picotte

Comme dans E.T.

CHRONIQUE / Le 16 janvier, Mélissa Viau a emmitouflé Grignotte dans une grosse couverture, a fait réchauffer son auto au moins 15 minutes et a embarqué sa précieuse petite chienne de race lévrier italien du côté passager.

Habituellement installée dans sa cage, Grignotte a eu le droit de prendre place sur le banc chauffant.

Picotte

Souper dans le noir

CHRONIQUE / Le 6 décembre, la troisième édition du Souper dans le noir a eu lieu à la salle Le Calypso de Jonquière. Plus de 150 personnes avaient répondu à l’invitation.

Le billet par personne, vendu au coût de 100 $, comprenait un souper quatre services et un spectacle d’humour de Mario Jean. L’humoriste avait accepté de participer à cette cause bénévolement. Le fondateur de Mira, Éric St-Pierre, ne manque jamais cette soirée, laquelle a permis d’amasser 10 490 $ cette année.