Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Picotte

Ouverture d’une nouvelle animalerie en pleine crise

CHRONIQUE / Malgré la crise du coronavirus qui secoue le monde entier, Dominic Gaudreault a décidé d’ouvrir les portes de son animalerie à Saguenay. Après un an de travail acharné, rien n’allait le faire reculer.

« Actuellement, les animaleries sont considérées comme un besoin essentiel. Mon but est d’offrir un service à la population. Et c’est pour ça que j’ai devancé mon ouverture, qui était prévue le 1er avril », explique le propriétaire.

Picotte

Moins de morsures et moins de virus

Pour limiter la propagation de virus, tel que le coronavirus, on recommande aux humains de limiter tout contact avec des animaux, outre que ceux de leur foyer.

Même si l’Association des médecins vétérinaires du Québec rappelle qu’il n’existe aucune preuve à ce jour que les chats et les chiens puissent contracter ou développer la COVID-19, ces animaux, tout comme les objets, peuvent accidentellement transporter des particules virales expulsées par des propriétaires contaminés.

PICOTTE

Des oeufs de poules végétariennes

CHRONIQUE / Après les oeufs oméga-3, les oeufs biologiques et les oeufs de poules en liberté, voici les oeufs de poules nourries avec une diète végétarienne.

Même si le consommateur a parfois des caprices qui frôlent l’impossible, les agriculteurs font des pieds et des mains pour se plier à ses exigences.

Picotte

L’influence d’un chien adulte sur l’éducation du chiot

Le 21 janvier dernier, plus d’un an après le départ de ses vieilles amies Grignotte et Picotte, le clan de Râto accueillait Toro, un chiot de 12 semaines.

Râto étant un chien qui communique bien avec ses semblables, nous avions hâte de voir de quelle façon il allait interagir avec son nouveau compagnon. Notre plus grand souhait étant d’avoir deux chiens équilibrés et harmonieux.

Picotte

Consultation sur le comportement canin

CHRONIQUE / Depuis la mi-janvier, un nouveau poste a vu le jour à l’Hôpital vétérinaire du Boisé de Chicoutimi. Trois jours par semaine, Camille Boilard est mandatée pour aider les clients à mieux gérer les comportements de leurs chiens.

« Ça faisait longtemps que les clients nous demandaient des conseils à ce sujet », remarque Mme Boilard.

Picotte

Un lapin en vie grâce aux soins vétérinaires

CHRONIQUE / Quand Chantal Dallaire a fait la connaissance de son lapin, en 2012, ce dernier avait alors trois ans et vivait dans une cage grillagée avec une poule. Blessé par le volatile, le pauvre animal n’avait que de la moulée de poule en guise de nourriture.

Attendrie par ce petit animal, elle proposa au propriétaire de la fermette de prendre ce lapin pour lui offrir une meilleure vie. « Depuis ce temps, Chance vit en liberté dans ma maison. Il dort avec moi et à droit à son assiette de légumes tous les jours », précise la dame de Chicoutimi Nord.

Picotte

Winnie lui sauve la vie

CHRONIQUE / Le 13 janvier 2017, rien ne va plus dans la vie d’Hélène Girard. Elle vient de prendre la douloureuse décision de faire euthanasier Gus, son compagnon canin des quatre dernières années.

En arrêt de travail depuis deux mois, dû à un épuisement, ce soir-là, en revenant chez elle, personne, ni même son petit chien, n’est là pour l’accueillir.

Picotte

Un chien en piteux état mis en adoption

CHRONIQUE / Le 22 janvier dernier, une chienne, de race boston terrier, est mise en adoption sur le site Kijiji. Sa famille demande 500$ malgré son état de santé lamentable. « La personne devra prendre un rendez-vous chez le vétérinaire, c’est pour ça que le prix n’est pas cher », peut-on lire sur l’annonce.

Touchée par ces photos démontrant un chien visiblement souffrant, avec des plaies sur plusieurs parties de son corps, Chantale Chagnon contacte l’annonceur et lui offre poliment d’aller adopter la chienne.

Picotte

Charly fêtera bientôt ses 27 ans

Le 9 janvier dernier, Râto rendait visite à son ami Charly pour immortaliser quelques photos de lui. Le petit caniche d’une dizaine de livres, qui habite au Lac-Saint-Jean, fêtera ses 27 ans dans quelques jours, soit le 14 février prochain.

Celui qui a bien failli s’appeler Valentin a été adopté dans une animalerie en 1993, à l’âge de deux mois. Élaine Beauregard s’en souvient comme si c’était hier. « Je n’avais pas beaucoup d’argent et le propriétaire de l’animalerie m’avait fait une faveur. Je l’avais acheté en le payant sur plusieurs mois », se remémore-t-elle en riant.

Picotte

Attention aux chiots d’usine

CHRONIQUE / Le 23 janvier dernier, l’émission J.E. diffusait un reportage sur les usines à chiens du Québec, mettant ainsi des images sur la reproduction abusive. Une ancienne employée d’une animalerie qui opère au Québec a reconnu deux usines qui fournissent des animaux à son ancien employeur.

Cette femme, qui souhaite taire son nom, s’est déjà rendue à ces endroits du Centre-du-Québec pour acheter des chiots destinés à être revendus à l’animalerie où elle a travaillé jusqu’en 2019.

LES ÉTOILES DE PICOTTE

Elle tricote le sous-poil de ses chiens

CHRONIQUE / Lors de la dernière mue de ses chiens, Emmanuelle Perron a brossé et gardé le sous-poil de son husky et de son berger belge. En y ajoutant le sous-poil du berger shetland de son oncle, elle a rempli un sac d’épicerie en plastique.

Par la suite, elle a confié son précieux sac à l’entreprise de Saint-Fulgence, Le Chevrier du Nord qui a transformé le sous-poil en écheveau.

LES ÉTOILES DE PICOTTE

Sensibiliser à la nouvelle réglementation

CHRONIQUE / Stéphanie Fortin et Lucie Jean, deux employées du Refuge des animaux de Chicoutimi, accueillaient le 11 janvier dernier les citoyens de Saguenay à leur kiosque, installé à Place du Royaume.

« On fait principalement la promotion de la nouvelle réglementation de Saguenay qui demande maintenant aux propriétaires de chats de munir leur animal d’une médaille, comme on le fait avec les chiens », mentionne Stéphanie Fortin. Les propriétaires de chiens nous disaient souvent qu’ils trouvaient injuste qu’ils soient les seuls à payer pour la gestion des animaux, alors qu’ils constatent que les chats occupent une grosse partie de notre travail au Refuge. »

Les étoiles de Picotte

La malsaine envie de vouloir tout apprivoiser

CHRONIQUE / J’adore les animaux. Malgré cet amour profond, je dois vous avouer que j’en ai tué plusieurs.

Depuis toujours, je me bats avec cette envie malsaine de tout apprivoiser. Petite fille de campagne, j’ai grandi en capturant des insectes de toutes sortes, des têtards, des oisillons, des œufs volés dans les nids… Bref, des choses faciles à cacher dans ma chambre.

Picotte

Un chien miracle à Saint-Henri-de-Taillon

CHRONIQUE / Le 21 décembre, après quatre heures de route, Isabelle Fortin et David Lachance débarquent à Saint-Henri-de-Taillon, au Lac-Saint-Jean, avec leur chien Kinou, pour un party réunissant les membres de la famille d’Isabelle.

Vers la fin de la soirée, malgré la supervision de l’animal, le petit berger shetland se retrouve dehors pour faire ses besoins et n’ayant pas de repères, il s’égare sur un territoire inconnu.

Chroniques

Râto n’oubliera jamais son passé

CHRONIQUE / Râto passera son temps des Fêtes 2019, bien au chaud, dans sa famille qui l’a adopté il y a presque quatre ans.

Évidemment, chaque année, à cette période, nous avons une petite pensée pour sa vie qui a chamboulé en 2015, alors qu’il avait été abandonné en plein village du Lac-Saint-Jean.

Picotte

Ces chevaux mis au chômage

CHRONIQUE / Plusieurs personnes sont dérangées par la présence de chevaux dans les parades, les spectacles et les lieux publics bondés de gens, soi-disant parce que ce sont des endroits trop stressants pour ces bêtes.

Va-t-on finir par oublier ce qu’est un cheval ?

Picotte

La place privilégiée réservée aux animaux

CHRONIQUE / Tous ceux qui ont des animaux se sont déjà fait reprocher de trop investir de temps et d’argent dans le bien-être de leurs chevaux, leurs chiens ou encore leurs chats.

Dérangés par cette place privilégiée qu’occupe un animal, certains iront jusqu’à penser que cette attention se fait au détriment des vies humaines.

Picotte

Des chiots et des chatons offerts gratuitement

CHRONIQUE / Pour éviter les frais d’adoption, certains éleveurs offrent des opportunités alléchantes aux adoptants en leur proposant d’adopter gratuitement leurs futurs reproductrices et reproducteurs canins et même félins.

C’est attirant comme offre, quand on sait que ces chiots et ces chatons de race peuvent valoir plusieurs milliers de dollars, surtout s’ils sont enregistrés.

Picotte

Deux injections quotidiennes nécessaires

CHRONIQUE / Liliane Girouard et Réjean Gauthier sont tous les deux diabétiques depuis un peu plus de 10 ans. L’an passé, ils apprenaient que Cachou, leur chat adoré, souffrait aussi de diabète.

Depuis ce temps, deux fois par jour, ils doivent injecter de l’insuline à leur animal.

Picotte

Raisons et solutions en cas de fugue

CHRONIQUE / L’identification de votre animal, à l’aide d’une médaille comportant vos coordonnées ou celles du refuge qui dessert votre secteur, est une bonne façon d’accélérer les retrouvailles en cas de fugue. La micropuce peut aussi aider, même si l’accès à l’information est plus complexe.

Un chien peut fuguer pour plusieurs raisons :

Picotte

Amendes pour les mauvais payeurs de licences

CHRONIQUE / Pour maintenir ses services de fourrière, Saguenay oblige tout propriétaire de chien à enregistrer son animal au refuge des animaux de Chicoutimi ou à la SPCA Saguenay, selon son secteur, au coût de 25 $.

Les citoyens qui n’ont pas encore renouvelé la médaille de leur chien avaient jusqu’au 15 novembre pour acquitter leur facture de 2019.

Picotte

Capturer une mouffette...au lieu d’un chat!

CHRONIQUE / Si vous installez des cages-trappes pour capturer les chats errants de votre secteur, sachez que les animaux sauvages comme la mouffette peuvent vous jouer des surprises.

Mais rassurez-vous, la mouffette est une bête très passive, pourvu que vous gardiez votre calme !

Picotte

Potentiel de risque dans les parcs à chien

Quand vous amenez votre chien au parc canin, les possibilités qu’il contracte une maladie contagieuse ou qu’il se fasse blesser par un autre chien font partie des risques.

Par contre, il y a des comportements à adopter pour réduire ces risques, en commençant d’abord par la vaccination.

Picotte

Technicienne en santé animale depuis dix ans

Maryève Naud a 18 ans quand elle accorde une première entrevue au journal Le Quotidien, pour la chronique du samedi. On est en 2006 et elle réalise un rêve de petite fille.

Assise sur les bancs d’école, elle se prépare à devenir une dévouée technicienne en santé animale.

Picotte

La Page à Picotte de 2002 à aujourd’hui

CHRONIQUE / Les journaux vivent une crise et notre réalité ne sera plus jamais la même. Pourtant, toutes les semaines, nous croisons des gens qui nous confient avoir longtemps acheté le journal papier pour cette fameuse page à Picotte…

Tout commence vers la fin de l’an 2002, dans un espace de la toute nouvelle chronique « Journaliste en classe », du journal Le Progrès-Dimanche. Dans un petit encadré de cette page, la journaliste canine de race jack russell terrier répond principalement à du courrier reçu par la poste, alors que des animaux lui écrivent.

Picotte

Quatre jours perchée là-haut

Le 30 septembre, dans le quartier des Peintres à Jonquière, Mavee sort de sa demeure par mégarde. La petite chatte toute noire, âgée de 2 ans, met les pattes dehors pour la première fois.

« J’ai sorti mon chien dehors, le soir, et elle s’est sans doute faufilée à ce moment-là », suppose Irène Ducharme.

Picotte

Au travail avec Delima

Depuis le 3 septembre, Delima travaille à la Boutique Rose Bon Bon, nouvellement installée dans les anciens locaux du Sears, près de Place du Saguenay.

Son rôle n’est pas d’accueillir les clients et encore moins de mettre leurs achats dans leur sac.

Picotte

De la fracture à l’amputation

CHRONIQUE / Gucci n’a pas encore deux ans et pourtant, il s’est déjà cassé les pattes à deux reprises. La dernière fracture s’est compliquée, à un point tel qu’il a dû être amputé.

Tout commence à l’été 2018 alors que le chihuahua n’a que quelques mois. « Je l’avais dans mes bras et, en voulant le déposer par terre, il a sauté. Il s’est aussitôt mis à hurler de douleur, alors que sa patte gauche venait de casser », se remémore Isabelle Richard. Une visite chez le vétérinaire, en urgence, s’impose.

Picotte

Ce n’est pas la faute de mon chien

CHRONIQUE / Tout le monde rêve d’un chien parfait. Tellement que certains ne remarquent même plus les défauts de leur animal. Ce n’est jamais la faute de leur chien et ils ont une bonne explication pour tout. La manière d’interpréter les mauvais comportements de son animal est souvent erronée de la part des humains. C’est une façon pour eux de pardonner leur animal tout en le valorisant. Pour rassurer tout le monde, et se rassurer soi-même, l’humain tentera de trouver une explication facile, n’impliquant aucun changement, et banalisera même le comportement.Voici quelques explications concernant les réflexions erronées les plus populaires.

1 Réflexion populaire : « Mon chien grogne après les gens qui m’approchent, quand je l’ai dans mes bras, mais c’est parce qu’il me protège. »

Picotte

Faut-il museler les chiens?

CHRONIQUE / Pour éviter les accidents, certains évènements festifs exigent le port de la muselière pour les chiens de plus de neuf kilos, alors que d’autres interdisent carrément la présence de chiens.

Voilà que la Ville de Saint-Honoré pousse encore plus loin en songeant à museler tous les chiens sur son territoire de plus de dix kilos qui mettraient la patte hors de leur enclos.