Ghislain Lavoie, vendeur de vêtements pour homme, prend sa retraite après une carrière de 50 ans.
Ghislain Lavoie, vendeur de vêtements pour homme, prend sa retraite après une carrière de 50 ans.

Les bas de Justin sont populaires

Roger Blackburn
Roger Blackburn
Le Quotidien
CHRONIQUE / Les bas colorés de notre premier ministre Justin Trudeau ont un impact direct sur les ventes de ces accessoires dans les boutiques et magasins de vêtements prêt-à-porter. Ce n’est pas moi qui le dit, c’est Ghislain Lavoie, un homme qui garde le secret de son âge, mais qui vient de prendre sa retraite après une carrière de 50 ans à vendre des vêtements.

« On voit souvent dans les médias un gros plan de caméra ou une photo des bas colorés de Justin Trudeau. Les commentaires se font entendre les jours suivants dans le magasin et les clients achètent aussi leurs bas colorés, il en a fait une mode », exprime Ghislain Lavoie que j’ai rencontré dans un café voisin du magasin Aux Quatre Vents dans le Carrefour Racine, à Chicoutimi.

Pantalons à pattes d’éléphant

L’homme originaire de Kénogami a travaillé 20 ans chez Sears, 15 ans chez Moores, six ans pour Le Syndicat et les 10 dernières années pour la boutique Aux Quatre Vents.

« Les modes changent, mais reviennent immanquablement. Quand je me suis marié en 1969, les cravates étaient larges de même », montre-t-il en espaçant ses doigts d’environ trois centimètres. « La même largeur de cravate est de retour cette année », fait valoir le vendeur qui a vu toutes sortes de cravates défiler devant lui au cours de sa carrière.

Vous n’allez pas me dire que la mode des pantalons à pattes d’éléphant des années 1970 vont revenir à la mode, que je lui demande ? Il hésite un instant, regarde en l’air, brandit son index et se tourne vers moi en disant : « Ça pourrait revenir, faites attention. Le cuir est de retour cette année ; qui aurait cru ça ? » commente l’homme de petite taille qui n’a jamais été malade de sa vie et qui est toujours souriant.

Une courte recherche et un double-clic sur Internet m’a en effet permis de constater que « le pantalon pattes d’éléphant ou « pattes d’eph », populaire dans les années 70, revient à la mode. On vous dit comment le porter en cette saison ! », peut-on lire dans le magazine de mode français Avantages d’avril 2019. « On le croyait perdu pour toujours dans les motifs psychédéliques des années 70, et pourtant… Plus que jamais, porter le pantalon pattes d’éléphant est dans l’air du temps », peut-on lire sur le site des Caprices d’Iris.

J’en ai appris une bonne d’ailleurs sur les pantalons pattes d’éléphant que j’ai portés dans mon adolescence. Ce serait un tailleur et ancien marin qui aurait inventé ces pantalons très évasés vers le bas en 1812. Les pantalons pouvaient facilement être roulés pour ne pas entraver les mouvements des soldats lors des marées et pouvaient être retirés sans avoir à se déchausser. « En cas de naufrage, les larges échancrures aux pieds des pantalons favorisaient le passage de la colonne d’air au moment du plongeon debout à partir du navire en perdition, de façon à les gonfler et à constituer une aide à la flottaison », raconte-t-on de différentes sources.

Le vendeur décide pour vous

« En 50 ans de carrière, j’ai vu défiler plusieurs tendances. Mais ce qui est demeuré et qui prévaut encore de nos jours, c’est souvent le vendeur qui décide ce que va porter le client, sans jamais forcer la vente », raconte Ghislain Lavoie. « Souvent des hommes entraient dans la boutique pour faire l’achat de choses classiques et ne voulaient rien savoir de ce qui était à la mode. Par instinct je savais que ça pouvait plaire et je leur faisais essayer des choses qu’ils finissaient par aimer », dit-il.

« Vous savez, un vendeur doit faire distraction avec la clientèle pour établir un lien de confiance. Il ne faut pas démontrer qu’on veut vendre. Il faut s’intéresser aux gens, apprendre à les connaître. Souvent je fais des blagues, ça met en confiance. Je n’ai pas besoin de prendre des mesures, je vois à l’oeil les grandeurs que portent les gens et j’ai assez de flair pour leur proposer les nouveautés qui peuvent leur convenir », fait valoir le vendeur de carrière.

Évidemment la mode change et continue de changer, mais le veston demeure toujours un vêtement de choix en mode masculine. « Le veston s’est démocratisé, on le porte maintenant avec des jeans. Les vêtements sport occupent beaucoup de place chez les jeunes, alors que les imprimés ont permis de donner plus de vie aux vêtements », explique le vendeur.

Ghislain Lavoie reconnaît qu’il faut dépenser beaucoup pour se vêtir, « mais la qualité et le beau ont un prix. La clientèle peut profiter d’une différente gamme de prix et trouver ce qu’elle veut », exprime celui qui veut se consacrer à la fabrication d’objet de pêche lors de sa retraite. « Je voudrais me retirer, mais je donne encore un coup de main les samedis et dimanches à la boutique, ils n’ont trouvé personne pour me remplacer », conclut-il.