Un potager productif nécessite toujours un certain entretien.
Un potager productif nécessite toujours un certain entretien.

Bien entretenir votre jardin de la victoire 2.0

En cet été de déconfinement progressif, les jardins de la victoire 2.0 sont devenus une planche de salut pour bien des gens, leur permettant de renouer avec la tradition millénaire du potager familial. Si c’est votre première expérience de potager ou votre 55e, voici quelques conseils pour bien en assurer l’entretien.

Arrosage

Toutes les plantes ont besoin d’eau, mais mère Nature n’est pas toujours fiable. Ainsi faut-il compléter ses efforts avec des arrosages supplémentaires. L’idéal n’est pas de garder le sol détrempé par des arrosages quotidiens, ce qui peut mener à la pourriture, mais d’arroser en profondeur seulement quand la terre commence à se dessécher. La fréquence variera selon l’ensoleillement, la chaleur, la taille des plantes et beaucoup d’autres facteurs, mais on peut facilement savoir quand arroser : enfoncez l’index dans le sol jusqu’à la deuxième jointure. Si la terre est sèche au toucher, arrosez abondamment. Sinon, n’arrosez pas. 

Le tuyau suintant permet d’arroser sans mouiller le feuillage.

Les légumes cultivés en pot sèchent plus vite que les légumes cultivés en pleine terre et les légumes cultivés dans de petits pots plus vite que les légumes cultivés en gros bac. Pour arroser, vous pouvez utiliser de l’eau de robinet ou l’eau de pluie, indifféremment. Une couche de 7 à 10 cm de paillis (feuilles déchiquetées, bois raméal fragmenté, paille, etc.) aidera à garder le sol plus frais et à réduire l’évaporation, réduisant ainsi la fréquence d’arrosage.

Fertilisation

Vous avez probablement ajouté du compost et un engrais à dégagement lent à la terre de culture au début de la saison. Si oui, cela suffit pour les légumes-racines et les légumes-feuilles ainsi que les pois et les haricots. Par contre, plusieurs légumes-fruits, comme les tomates, les courges et les concombres, sont très gourmands. Pour une production maximale, arrosez-les alors avec un engrais soluble ajouté à l’eau d’arrosage une fois toutes les deux semaines. Tout engrais soluble biologique conviendra.

Contrôle des mauvaises herbes

Les plantes adventices volent l’eau et les minéraux de vos légumes et coupent leur soleil. Alors, il ne faut pas tolérer leur présence. Déjà, l’utilisation de paillis peut réduire leur invasion de 90 % et plus. Pour celles qui s’installent dans votre potager malgré tout, arrachez-les manuellement ou coupez-les au sol. Sarcler peut être nécessaire dans le cas d’infestations majeures, mais il faut se rappeler que sarcler endommage aussi les racines des légumes et peut ainsi réduire considérablement la récolte.

Tuteurage

Il est utile de palisser les légumes aux tiges faibles. Ainsi, ils occuperont moins d’espace. D’ailleurs, plusieurs (concombres, courges, haricots à rame, etc.) ont des tiges volubiles ou des vrilles et monteront sur un support tout seuls. On peut fixer trois tuteurs ensemble pour faire un tipi, utiliser un treillis, installer une cage à tomates ou enfoncer dans le sol des piquets et les relier avec de la corde, mais il y a beaucoup d’autres techniques de tuteurage. Les tomates ne s’agripperont pas à leur support sans aide. On peut les fixer sur un tuteur robuste avec des lanières d’étoffe ou utiliser une grande cage à tomates pour les contenir, ce qui nécessite moins d’efforts. Si possible, n’enlevez pas les soi-disant gourmands qui sont en fait des branches fructifères. Le faire réduit considérablement la récolte et augmente aussi les risques de maladie. 

Récolte

On peut récolter les légumes-feuilles (laitues, épinards, bettes à carde, etc.) à maturité, quand une belle rosette est formée, mais il est souvent plus pratique de les récolter feuille par feuille, dès leur jeunesse, prélevant les feuilles de l’extérieur de la rosette, ce qui prolonge la récolte. Les légumes-racines mûrissent à différentes vitesses. Vous avez probablement déjà récolté les radis que vous avez semés au printemps. Si oui, semez-en d’autres! Peut-être vos carottes, navets et betteraves sont assez gros pour servir de bébés légumes, mais leur pleine maturation prend une bonne partie de l’été. On peut deviner leur maturité quand on voit apparaître leur couronne, avec sa coloration caractéristique, à la surface du sol. 

Quand la couronne des légumes-racines paraît à la surface du sol, ils sont habituellement prêts à récolter.

• L’oignon, l’ail et la pom­me de terre, par contre, indiquent leur maturité quand leur feuillage brunit et s’affaisse.

• Quant aux haricots, concombres et courges d’été, on fait toujours la récolte avant leur pleine maturité. Fiez-vous à leur apparence : quand ils ont la taille des légumes du supermarché, il est temps de les prélever. Plus souvent vous les récoltez, plus ils produisent. 

• Les poivrons se récoltent immature (verts) ou matures (rouges), à votre choix. 

• Quant aux tomates, cueillez-les à pleine maturité, quand le fruit a pris sa coloration finale et commence à ramollir. Il sera alors à son plus juteux et sucré.

Bon succès avec votre jardin de la victoire 2.0!

+

ENTRETIEN DE LA SEMAINE

  • Quand vos laitues et vos radis commencent à monter en graine et devenir amers, semez-en de nouveau.
  • Pour éloigner les oiseaux des petits fruits, installez un filet protecteur quand ils s’approchent de la maturité.
  • Pour prévenir les maladies foliaires, essayez d’arroser sans mouiller le feuillage de vos plantes. 
  • Pour prévenir la contamination, changez le nectar des mangeoires de colibris hebdomadairement; aux trois jours quand il fait très chaud.

+

QUESTIONS

Eau de piscine dans une haie de thuyas

Mon voisin me demande s’il peut vider sa piscine dans ma haie de thuyas.
— Hains Bélanger

R Tant que ce n’est pas une piscine à l’eau salée, l’eau ne nuira pas à votre haie. D’ailleurs, comme cet été a été jusqu’ici très sec, vos thuyas vont probablement beaucoup aimer l’expérience!

*****

Pivoines d’automne

Q Je cherche des pivoines qui fleurissent le plus tard possible l’automne. Avez-vous des suggestions?
— Maurice Breton

R Il n’existe pas de pivoines à floraison automnale. Toutes fleurissent soit au printemps ou au début de l’été.

*****

Trous dans le sol

J’ai fait cette année un jardin potager dans des boîtes de bois. J’ai remarqué que la terre avait été creusée, ce qui n’est pas très bon pour mes semailles. Surprise, un matin j’ai découvert dans le parterre, un trou pas très large (3 à 4 cm) et d’une profondeur de 15 cm environ. Quel est cet animal et est-ce le même dans le potager et au parterre? Comment puis-je m’en débarrasser?
— Catherine Gagnon 

Ce trou est peut-être celui d’un suisse qui se fait un nid.

R C’est probablement le même animal, mais sans l’avoir vu, je ne peux être certain. Je soupçonne que ce soit un suisse (tamia). Dans votre potager, il creuse non pas pour déranger vos semis, mais pour enterrer des réserves. Quant au trou dans le parterre, c’est qu’il essaie de se construire un nid. Il est très difficile d’éloigner un animal de cette taille du jardin. Il existe plusieurs produits effaroucheurs qu’on peut acheter ou fabriquer (répulsifs, faux hiboux, produits malodorants, objets qui bougent, etc.), mais habituellement, ils fonctionnent seulement deux ou trois semaines, parce que l’animal finit par s’y accoutumer. Comme pour vous le principal dérangement semble être le fait que la créature creuse dans le potager et empêche vos semis de bien lever, la solution la plus facile serait est sans doute de couvrir le sol du secteur de broche à poule. Les semis de légumes peuvent facilement germer et pousser à travers les mailles, mais l’animal ne pourrait plus creuser et devrait trouver un autre endroit pour installer son garde-manger.

+

DES QUESTIONS SVP!

Vous pouvez nous joindre :
Par courriel à courrierjardinierparesseux@yahoo.com
Par courrier à
Le jardinier paresseux
Le Soleil
C.P. 1547, succ. Terminus
Québec (Québec)  G1K 7J6

+

CALENDRIER HORTICOLE

Les Jardins de Métis
Il y a une nouvelle émission Dans mon jardin avec Larry Hodgson cette semaine. Le sujet : les Jardins de Métis. L’émission paraît sur le réseau Télémag le vendredi 10 juillet à 19h30, puis est rediffusée à d’autres heures au cours de la semaine.

Cours d’aménagement paysager 
La Société d’horticulture de Québec offre une série de six cours sur l’aménagement paysager animé par Alain Lorange, architecte paysager. Advenant l’autorisation de la Santé publique, ces cours auront lieu les mardis 29 septembre, 6, 13, 20 et 27 octobre et 3 novembre de 19h30 à 22h au Centre Marchand, 2740, 2e Avenue Est, Québec.
Prix membre : 125 $, prix non-membre 150 $.
Informations : 418-524-4300 ou j.bour4@videotron.ca.
Date limite d’inscription : 31 août

Formation en ligne
L’agronome Lili Michaud offre des formations en ligne que vous pouvez suivre à votre rythme dans le confort de votre foyer. Au programme : Le compostage domestique, Les fines herbes de la terre à la table, Le potager : planification, aménagement et entretien et Les trucs de culture de 25 légumes, de l’ail à la tomate.
Coût : 25 $ et 30 $ + taxes.
Pour information et inscription : lilimichaud.com

Conversations horticoles
Durant la période de confinement dû au coronavirus, Larry Hodgson offre gratuitement des «conversations horticoles» en direct les mercredis à 10h sur Facebook.

Pour toute activité horticole, écrivez-nous à courrierjardinierparesseux@yahoo.com.