Le concombre est assez facile à cultiver.
Le concombre est assez facile à cultiver.

10 trucs pour avoir de beaux concombres

Le concombre est l’un des légumes les plus populaires de nos jardins et sa culture est relativement facile. Malgré tout, parfois il nous déçoit par une production faible ou des fruits difformes ou amers. Que faire pour avoir de beaux concombres? Voici quelques trucs.

1 Bien choisir la variété. L’erreur principale des jardiniers est d’acheter n’importe quel concombre sans égard aux résultats désirés. Il existe, entre autres, des concombres à mariner, avec de petits fruits parfaits pour les cornichons, mais qui ne font pas de bons concombres de table; des concombres de table qui ne font pas de bons cornichons et les concombres anglais qui ne donnent de bons résultats qu’en serre. Vous pouvez même choisir des variétés résistantes aux maladies et résistantes aux insectes, comme le ‘Marketmore 76’, et alors éviter des problèmes majeurs plus tard dans la saison. 

2 Attendez la chaleur avant de les planter. Le concombre est une plante tropicale. Il ne sert à rien de le planter tôt dans la saison. Attendez qu’à la fois le sol et l’air soient réchauffés, avec une température minimum de 13 °C la nuit. Pourtant, je vois les gens acheter des plants à la fin de mai, quand les nuits descendent encore à moins de 5 °C! Habituellement, il faut attendre la 2e semaine de juin avant de les planter dans la région de Québec, plus tard encore dans le Bas du fleuve et le nord.

3 Démarrez-les dans la maison. Cela n’est pas obligatoire dans le sud du Québec, surtout si votre potager est protégé du vent, mais si vous semez vos concombres à l’intérieur vers le 15 mai à Québec (1er mai près de Montréal, 1er juin dans le nord), vous aurez de beaux plants à repiquer — et, en plus, pas chers! — 3 à 4 semaines plus tard, soit au bon moment pour le repiquage. Et ils vous donneront une petite avance sur la saison. Semez-les dans des pots de tourbe pour ne pas endommager les racines lors du repiquage. Ne les semez pas trop tôt (une erreur de débutant très courante!), toutefois, sinon les plants deviennent étiolés et reprennent difficilement. Vous voudriez de petits semis portant encore leurs cotylédons et 2 ou 3 feuilles adultes, pas plus. 

On peut facilement reconnaître les fleurs femelles, car elles portent un ovaire en forme du fruit à venir à la base.

4 Cultivez-les au soleil. Rappelez-vous que le concombre est une plante tropicale. Ainsi, plus qu’il reçoit de soleil, mieux il produit. D’ailleurs, idéalement, l’emplacement serait ensoleillé le matin, quand les fleurs ouvrent, car les abeilles aussi aiment le soleil et fréquenteront plus assidûment les plantes dans un secteur réchauffé par le soleil matinal. 

5 Donnez-lui un sol riche. Le concombre est une plante gourmande, donc un sol riche en compost ou en fumier et adéquatement, mais pas excessivement fertilisé donnera de meilleurs résultats. Si votre sol est mal drainé (un sol glaiseux, par exemple), il peut être utile de les semer ou les planter sur une petite butte.

6 Faites-le grimper sur un treillis, un tuteur ou des cordages plutôt que s’étaler sur le sol. Ainsi vous pourriez cultiver plus de plantes en moins d’espace et les feuilles seront mieux exposées au soleil, mais aussi, les fruits ne toucheront pas au sol où ils peuvent être endommagés par des limaces, des insectes ou des maladies.

7 Arrosez régulièrement, mais pas excessivement. Les concombres stressés régulièrement par un manque d’eau deviennent amers ou indigestes. S’ils sont arrosés trop souvent, par contre, les plantes pourrissent. Visez des arrosages fréquents (peut-être tous les 4 ou 5 jours en période de canicule, plus souvent encore si les plantes sont cultivées en pot) et profonds, arrosant dès que le sol commence à s’assécher. À cette fin, l’utilisation d’un paillis léger (7 cm de feuilles déchiquetées, de paille, de compost, etc.) aidera à maintenir un sol plus frais et plus également humide, évitant l’effet de «arrosage en dents de scie» si nuisible.

8 Pollinisez les fleurs vous-même si les abeilles sont absentes. Elles ne sortent pas beaucoup par temps de canicule, de grande fraîcheur ou de pluie. Pourtant, la fleur femelle, celle qui doit être pollinisée pour donner un fruit, ne dure qu’une journée. Si vous pensez que les abeilles ne viendront pas, récoltez une fleur mâle (sans fruit à la base), enlevez ses pétales et utilisez-la comme pinceau, enfonçant son extrémité dans la fleur femelle (avec un fruit à la base), badigeonnant son pistil de pollen. Les fleurs insuffisamment pollinisées donneront des fruits qui tombent avant maturité ou qui sont difformes.

9 Récoltez à point. On mange toujours les concombres quand ils sont immatures. (À maturité, ils deviennent orangés et amers.) C’est à vous de décider quand le fruit est de taille appropriée, selon le type de concombre (à mariner ou de table). 

10 Récoltez souvent. Quand vous laissez les fruits trop longtemps sur la plante, elle arrête de produire, mais si vous récoltez régulièrement, cela pousse la plante à produire encore et encore.

Et voilà! Bonne dégustation de vos délicieux et abondants concombres!

+

ENTRETIEN DE LA SEMAINE

  • Si vous voyez des coléoptères (chrysomèles) striés ou tachetés sur vos concombres ou courges, faites-les tomber dans de l’eau savonneuse ou récoltez-les avec un aspirateur manuel.
  • Les limaces peuvent se cacher sous les pots de vos plantes. Vérifiez quotidiennement.
  • Repoussez les tiges des tomates à l’intérieur de leur cage quand elles commencent à en déborder.
  • Fertilisez régulièrement les plantes cultivées en bac et en balconnière. Elles ont besoin de plus de minéraux que les plantes en pleine terre.

+

QUESTIONS

Feuilles de barbe de bouc trouées

Q J’aimerais avoir vos conseils pour sauver mes barbes de bouc. C’est une plante que j’aime beaucoup, mais il semble que je ne sois pas la seule! Depuis 2 ans, elle se fait bouffer jusqu’à l’os par un insecte que je n’arrive pas à voir. J’ai appliqué de l’insecticide qu’on m’a conseillé en jardinerie mais rien n’y fait, le carnage se poursuit...
C. Vachon

Barbe de bouc

R Depuis quelques années maintenant, la barbe de bouc (Aruncus dioicus) est dévastée par un insecte nouvellement arrivé de l’Europe, la tenthrède de la barbe de bouc (Nematus spiraeae), aussi appelée mouche à scie de la barbe de bouc. (La tenthrède est la larve, la mouche à scie est l’adulte.) On voit rarement la mouche, la larve est plus visible, ressemblant à une petite chenille vert pâle translucide jusqu’à 20 mm de longueur, d’ailleurs on les appelle parfois les tenthrèdes fausses chenilles.

Dès l’apparition des tenthrèdes (larves), faites-les tomber dans de l’eau savonneuse. Il faut agir rapidement, car non seulement bouffent-elles vite, mais elles ne sont présentes que pendant une courte période. Comme elles sont grégaires, au moins vous les trouverez sans doute toutes ensemble dans la même partie de la plante.

Ou vaporisez avec un insecticide à base de pyrèthre. C’est un insecticide biologique, mais à large spectre. Évitez donc de l’appliquer au moment où la barbe-de-bouc est en fleurs, toutefois, pour protéger les insectes pollinisateurs. Notez que si le traitement au pyrèthre fonctionne bien sur les jeunes tenthrèdes, les plus matures semblent résistantes aux insecticides. Encore une autre raison pour agir rapidement.

Regardez régulièrement sous les feuilles aussi et enlevez les œufs blancs que vous y trouverez.

Il y a 2 générations de cet insecte chaque année, donc au moment où vous pensez avoir réglé le problème, il refait surface!

*****

Navets sans bulbe

Mes plants de rabioles ont produit un feuillage abondant mais pas de rabioles. J’ai eu plutôt des racines très fibreuses en forme de petites carottes poilues, bien loin du résultat attendu. Que faire?
– Lucie Savard

R La rabiole est l’un des noms du navet, habituellement un navet blanc. On cultive ce légume pour sa racine enflée apparentée à un bulbe, ainsi quand il ne produit que des racines fibreuses, c’est évidemment une grosse déception. Plusieurs facteurs peuvent expliquer pourquoi vos plantes n’ont pas formé une belle racine épaisse. Si le sol est trop riche en azote, par exemple suite à une application abondante de fumier frais ou de compost riche à la plantation, cela peut arriver. Si vous appliquez un tel produit, attendez la deuxième année avant d’y semer des légumes-racines. Ou encore, faites l’application à l’automne, ainsi il y aura moins d’azote dans le sol au printemps au moment du semis. Aussi faut-il semer le navet sur place : les plants repiqués produisent rarement une racine digne de mention. Également, trop de chaleur en début de saison peut avoir cet effet… et vue la canicule exceptionnellement hâtive que vos avons subi en juin cette année, j’ai tendance à penser que le problème est là. 

À l’avenir, semez tout légume qui ne tolère pas la chaleur, comme la laitue, l’épinard, le radis, la betterave, le pois et bien sûr le navet et son gros cousin le rutabaga, tôt au printemps quand le sol est encore assez frais, puis paillez-les abondamment quand les semis dépassent 5 cm de hauteur. Le paillis gardera le sol frais et humide, ce que ces légumes aiment grandement.

Rabioles ou navets blancs… quand tout va bien!

+

Des questions svp!

Vous pouvez nous joindre :
Par courriel à courrierjardinierparesseux@yahoo.com
Par courrier à
Le jardinier paresseux
Le Soleil
C.P. 1547, succ. Terminus
Québec (Québec) G1K 7J6

+

CALENDRIER HORTICOLE

Potager biologique
Les Jardins du Grand Portage, réputés pour leur potager biologique, ouvrent leur porte le samedi 11 juillet pour la 41e année. Les visites auront lieu tous les jours de 10h à 17h jusqu’au 30 août. Visite libre seulement. Les jardins sont situés au 800, chemin du Portage, Saint-Didace. Site Web : jardinsdugrandportage.com

Formations en ligne
L’agronome Lili Michaud offre des formations en ligne que vous pouvez suivre à votre rythme dans le confort de votre foyer. Au programme : Le compostage domestique, Les fines herbes de la terre à la table, Le potager : planification, aménagement et entretien et Les trucs de culture de 25 légumes, de l’ail à la tomate.
Coût : 25 $ et 30 $ + taxes.
Pour information et inscription : lilimichaud.com

Conversations horticoles
Durant la période de confinement dû au coronavirus, Larry Hodgson offre gratuitement des «conversations horticoles» en direct les mercredis à 10h à facebook.com/JardinierParesseux 

Pour toute activité horticole, écrivez-nous à courrierjardinierparesseux@yahoo.com