Le Sentier Nature Tomifobia, une piste multifonctionnelle de 19 km longeant la rivière Tomifobia, a dû être fermé sur plusieurs kilomètres.
Le Sentier Nature Tomifobia, une piste multifonctionnelle de 19 km longeant la rivière Tomifobia, a dû être fermé sur plusieurs kilomètres.

Le Sentier Tomifobia a besoin d’amour et d’argent

AYER’S CLIFF — Le Sentier Nature Tomifobia a besoin d’importantes réparations et de fonds pour y arriver. La piste cyclable reliant Ayer’s Cliff à Stanstead est endommagée.

Sentiers Massawippi, l’organisme gestionnaire, a dû fermer un long tronçon devenu impraticable. « Nous avons dû fermer la piste cyclable, car c’était devenu dangereux, mentionne le président Ray Banham. C’est aussi une question d’assurances. »

DOSSIER: Le vélo : le sport de l'été

« Nous avons installé des pancartes pour informer que c’est fermé, mais les gens passent quand même. »

Le Sentier Nature Tomifobia est une piste multifonctionnelle de 19 km longeant paisiblement la rivière Tomifobia, entre la route 141 à Ayer’s Cliff et la route 247 dans le secteur Beebe de Stanstead.

Elle a été aménagée sur une ancienne voie ferrée en 1993, « au cœur du patrimoine naturel et architectural des Cantons-de-l’Est ». Sentiers Massawippi est un organisme à but non lucratif qui a été fondé en 1990. 

Accessible toute l’année, on peut y pratiquer des activités telles que le cyclisme, la randonnée, la course, la raquette, le ski de fond et l’ornithologie. Les chiens en laisse sont les bienvenus, note-t-on.

Entre le kilomètre 5 et le kilomètre 10, la surface du sentier a été endommagée par la crue des eaux, lors d’importantes précipitations, ajoute M. Banham.

Des pourparlers ont lieu pour procéder aux réparations. On espère procéder dans les prochaines semaines. Ce n’est pas simple, souligne-t-il. L’organisme, qui s’appuie sur le bénévolat pour une bonne partie de ses opérations, estime à 20 000 $ le coût des réparations.

« Il y a eu une inondation et la piste a été lourdement endommagée. Ça arrive souvent. »

« Nous avons besoin d’argent », plaide Ray Banham.

L’organisme reçoit des fonds de différentes sources, notamment de l’adhésion de ses membres. On en compte environ 160.

« Nous avons évalué que nos membres représentent seulement sept pour cent de tous les utilisateurs. Les autres viennent de Sherbrooke et de Magog et ne payent rien pour circuler », dit-il.

« Elle attire beaucoup de cyclistes. C’est la plus belle piste en nature du Québec! »

M. Banham est conscient que les semaines qui viennent seront achalandées, car le vélo gagne en popularité au Québec, dans le contexte de la pandémie de la COVID-19. Il n’est pas question de faire payer les gens avant d’enfourcher leur vélo, dit-il. 

« Nous invitons les gens à devenir membres. Ce n’est pas très dispendieux. Il en coûte seulement 30 $ pour une carte individuelle ou 40 $ pour une famille », précise-t-il.

On peut le faire en se rendant sur le site web de l'organisme.