Pour les futures cohortes, Mia Baron souhaite voir les enfants de l’école Sainte-Bernadette de Jonquière profiter des buttes de neige.

Laissons les enfants s’amuser!

« J’ai appris récemment le nouveau règlement concernant l’interdiction de l’utilisation de nos montagnes de neige pour jouer. Par cette lettre, je voudrais vous partager mon désaccord envers ce règlement.

D’abord, je trouve ça injuste, car nous n’avons plus de liberté. Avant l’application de cette règle, nous avions du plaisir à glisser et à escalader nos montagnes de neige. Cela nous permettait d’aimer l’hiver qui est souvent long et froid. Ça nous permettait de retrouver des espaces et des jeux que nous n’avions pas l’été. On pouvait dépenser notre fou.

Selon moi, vous appliquez trop de règles concernant nos jeux. Je sais que vous avez beaucoup de plaintes de parents qui sont contrariés, mais si on nous prive de nos jeux (montagnes de neige et glissades), on ne deviendra jamais bon et on ne développera jamais nos capacités motrices.

Ce que je trouve décevant, c’est que si vous nous empêchez de jouer, de peur qu’on se blesse, on ne développera jamais nos capacités à vaincre les difficultés. Par exemple, on ne peut pas empêcher les gens de conduire une voiture parce que des accidents se produisent. Au contraire, on encourage les conducteurs à suivre des cours de dérapage afin de développer leurs capacités et de réduire les accidents.

En conclusion, je vous demande de nous laisser accès aux montagnes de neige. Cela permettra aux enfants de développer leurs capacités motrices et leur courage, et cela nous permettra de dépenser notre énergie. Jouer comme des enfants normaux et se défouler pendant la récréation est essentiel à la réussite scolaire d’un enfant.

En attente d’une réponse positive de votre part. » - Mia Baron, 12 ans

Réponse de Mélissa
« Bonjour Mia ! Ton texte me rappelle qu’à dix ans je partais seule en randonnée avec mon cheval, je conduisais le VTT de mon père, je conduisais sa motoneige et je faisais du vélo sur une route de campagne très achalandée. J’ai eu quelques accidents qui m’ont permis de devenir meilleure ! J’ai aussi de beaux souvenirs de ces buttes de neige dans la cour de mon école primaire. Quand on arrivait en sixième année, on avait des privilèges qui nous permettaient d’user de notre pouvoir de grand. Les enseignants n’étaient pas trop au courant de ce qui se tramait sur les buttes de neige. En plus de tout ce que tu as décrit, on développait aussi nos habiletés en situation de pouvoir... Les buttes ont fini par être réservées aux petits lors de la récréation du matin et aux grands en après-midi. » - Mélissa