Payer avec l’écorce de bouleau

CHRONIQUE / Petit Mari dirait que dans mon cas, ce n’est jamais assez. Pour éviter toute ambiguïté, je parle de recevoir les amis et la famille à la maison. Je n’ai aucun problème avec les repas à la bonne franquette, chez les autres. Dans mon cas, c’est non négociable ! Recevoir est, pour moi, un honneur.

Je le déclare haut et fort : j’aime recevoir ! Voilà, c’est dit ! J’aime planifier, décorer, recevoir et célébrer. À quelques jours de Pâques, vous me voyez énervée. Un peu comme si j’avais englouti une partie de la basse-cour en version chocolatée.

Je me qualifie de festive, non pas parce que je me couche tellement tard que ça devient tôt le matin, mais plutôt parce que je suis d’avis que toutes les fêtes inscrites au calendrier méritent d’être soulignées.

D’ailleurs, je crois bien que le congé pascal est mon préféré, et pas seulement pour me sucrer le bec. Pour la petite histoire, je n’ai jamais réellement aimé les chocolats de Pâques. J’ai plutôt souvenir d’avoir reçu des 20 $ à la place... Cela explique, sans doute, mon amour de la Fête.

Franchement, j’ai quand même les valeurs à la bonne place ! Pâques me rappelle les réunions familiales chez mes grands-parents Brisson, le succulent jambon effiloché qui trouvait toujours sa place sur la table et les films de Pâques. Je crois bien que j’arrivais à citer les répliques de Ben-Hur les yeux fermés. Il y avait aussi la fameuse tradition de ma grand-mère Fleurette. Pendant des années, elle a cueilli l’Eau de Pâques et l’écorce de bouleau.

J’ai souvenir de la famille qui plaçait des petits bouts d’écorce dans les portes-feuilles. Et nous attendions impatiemment la richesse. Ce à quoi ma grand-mère précisait que c’était plutôt dans le but de ne manquer de rien.

Je confirme : nous n’avons manqué de rien !

Je me rappelle des gros pots d’Eau de Pâques qui s’accumulaient dans le réfrigérateur. Dix ans d’eau aux propriétés quasi magiques derrière la moutarde et les cornichons.

J’ai moi-même déjà donné dans la cueillette de cette supposée eau miraculeuse. Je vous rassure ; encore aujourd’hui, je n’ai été témoin d’aucun miracle.

En Europe, cette précieuse eau aurait des propriétés dermatologiques contre l’eczéma. Avoir su, j’y aurais trempé mes pauvres mains.

À quelques jours de revoir ma comptable afin de finaliser ma déclaration de revenus, je commence à regretter de ne pas avoir garni mon portefeuille d’écorce, cette année.

Si jamais la facture est trop élevée, je tenterai de me calmer avec quelques gorgées d’Eau de Pâques...