L’homme du Nord

CHRONIQUE/ « Ton chum n’est pas là ?

– Non, il est dans le Nord. »

Je dois régulièrement expliquer pour quelle raison je ne suis pas accompagnée dans les soirées mondaines ou à un simple souper de famille. Mon prince étant parti plus souvent qu’il n’est à la maison, je n’ai pas eu le choix de m’adapter.

Si je pleurais toutes les larmes de mon corps lorsque mon prince partait pour le Nord les premiers temps et que je l’attendais roulée en boule dans mon lit, aujourd’hui, j’ai su faire une femme de moi. L’humain a la faculté de s’adapter à toutes sortes de situations, dit-on.

Avoir un conjoint ou une conjointe qui quitte le nid familial pour plusieurs jours, voire quelques semaines, comporte tout de même son lot d’avantages.

Premièrement, je peux écouter mes programmes de matante, soir après soir, sans qu’on me supplie de changer de poste pour écouter le hockey. Quoique je suis chanceuse, mon chum apprécie les programmes de matante. Désolée, Charles, je t’ai dévoilé au grand jour.

Je me suis aussi créé une routine de femme seule et indépendante, en m’occupant de la maisonnée, en suivant mon programme d’entraînement à la lettre, en essayant de manger sainement et en planifiant des petits 5 à 7 entre filles. Voyez-vous, lorsque notre tendre moitié est à l’extérieur la majorité du temps, l’avoir à la maison, c’est un peu comme une fête chaque fois. On se paie des restos, on oublie un peu nos bonnes manières, on délaisse le jogging. Il passe avant nos amies de fille ou notre famille. C’est peut-être égoïste, mais ceux qui ne comprennent pas ça n’ont jamais eu à vivre séparés des semaines durant. Ou si j’ai une soirée entre amies, lorsque l’homme du Nord est à la maison, eh bien, elles devront l’endurer, car c’est certain qu’il m’accompagnera. Je ne l’ai pas avec moi en permanence, alors vous comprendrez que j’en profite lorsqu’il est de passage. Tant pis pour ceux qui ne comprennent pas.

Un autre avantage à avoir un amoureux qui n’est pas à la maison 100 % du temps, c’est que lorsqu’il y est, il y est pour un petit bout de temps et il y est à 100 %. Et surtout, il s’est terriblement ennuyé. On en profite pour partir en escapade et on envoie promener la routine. On se couche tard, on se colle, on se crée une petite bulle.

Mais il y a aussi des désavantages, mis à part celui d’être seule la plupart du temps. Si l’humain a la faculté de s’adapter à toutes sortes de situations, il prend aussi de mauvais plis et des habitudes assez rapidement. Je suis le genre de filles qui aiment que tout soit à sa place à la maison. J’apprécie que ce soit joli et je n’endure pas les traîneries trop longtemps. Et lorsque le travailleur du Nord débarque, il prend ses aises et perturbe un peu la routine de la femme seule. Et n’étant pas là tous les jours, l’homme du Nord a de la difficulté à se retrouver à la maison. « Elle est où, la râpe à fromage ? », « Mes t-shirts sont où ? » et « Je ne trouve pas mes outils » sont des phrases auxquelles je dois répondre régulièrement.

Mais bon, j’imagine que c’est le prix à payer pour écouter mes émissions de filles blotties sur l’homme du Nord. Patricia Rainville