L’espionnage des temps modernes

CHRONIQUE / « Ah tiens, mon fils et ma blonde sont ensemble », a dit un collègue en regardant l’écran de son cellulaire, il y a quelques semaines.

C’est de cette façon que j’ai appris que ce cher collègue suivait ses enfants et sa femme avec un petit point sur son cellulaire. Ses enfants sont pourtant adultes, mais il aime savoir que son fils est arrivé à destination après avoir pris la route ou que l’autre est rendu en Islande pour son travail. Et, le plus important dans cette histoire, c’est qu’il assure ne pas surveiller sa blonde grâce à cette application GPS. « C’est pratique », m’a-t-il dit, lorsque je lui ai demandé à quoi ça lui servait de connaître l’endroit exact où elle se trouvait.

Évidemment, ce collègue n’est pas le seul à traquer les membres de sa famille via des applications numériques. Et il ne le fait pas à leur insu, puisqu’ils ont tout de même dû accepter d’activer cette application. En discutant de la chose au bureau, j’ai appris qu’une autre collègue faisait la même chose avec son conjoint.

« Quand il est sur la route, ça adonne bien pour planifier qui va chercher les enfants à la garderie. Ou s’il est encore à l’épicerie et que j’ai une idée d’achat de dernière minute, je peux lui dire », m’a-t-elle expliqué.

Après cette discussion, je me suis tout de même questionnée. Aimerais-je faire de même avec ma tendre moitié ?

Il m’arrivait, lorsque nous avions activé la fonction « Amis à proximité » sur Facebook, de regarder où il était rendu lorsqu’il redescendait de sa run à la Baie-James. Oui, je le traquais afin de m’assurer qu’il ne lui était rien arrivé sur cette route, sur laquelle il roulait 12 heures durant.

Je vous avoue que je le traquais aussi un peu lorsqu’il partait faire de longs trajets de moto. Encore une fois, c’était pour des raisons de sécurité.

De toute façon, la fonction « Amis à proximité » n’est pas assez précise pour savoir s’il est en train de prendre un café avec une demoiselle plutôt que de magasiner mon cadeau de Saint-Valentin.

Espionnage

Je ne peux même plus le surveiller sur la route, puisque nous avons désactivé cette fonction depuis.

On se fait tellement surveiller par la planète entière via nos réseaux sociaux qu’on a décidé de limiter les dégâts.

Mais je vous avouerai que je m’ennuie un peu de savoir où mon chum se trouve lorsqu’il prend la route. Alors, je le texte et il lui arrive de m’envoyer un point GPS pour que je puisse le suivre à la trace durant son trajet.

À bien y penser, je ne crois pas que je serais d’accord pour activer une application de traque en permanence. Pas parce que je ne veux pas qu’il sache où je me trouve, mais plutôt parce que je serais un peu du genre à regarder trop souvent le petit point sur mon cellulaire.

Et je saurais ainsi qu’il passe son temps à magasiner une motoneige dans mon dos et qu’il est beaucoup trop souvent chez Burger King.