Le retour de Ciné-cadeau est chaque année un événement attendu par plusieurs avec impatience.

La magie de Ciné-cadeau

CHRONIQUE / Au cas où vous ne l'auriez pas remarqué, Ciné-cadeau est de retour à Télé-Québec depuis le début de la semaine. Un événement attendu par plusieurs avec impatience. Parce qu'on a beau avoir des enregistreurs numériques et avoir vu chaque émission 22 fois, il n'y a rien qui bat un épisode d'Astérix. Arien.
Ne vous inquiétez pas, vous n'avez pas manqué Astérix et Cléopâtre ni Les 12 travaux d'Astérix. Ils seront diffusés respectivement lundi et le lundi suivant à 18h30 (le 19 et le 26, si ce n'était pas assez clair!).
Je ne sais pas pour vous, mais chaque fois que quelqu'un mentionne Ciné-cadeau autour de moi, jeunes et moins jeunes s'animent. C'est un de ces plaisirs coupables de Noël. On parle quand même de dessins animés produits à la main dans les années 70. Difficile d'expliquer comment l'attrait se transmet de génération en génération, mais c'est bien le cas!
Et ne me parlez pas d'écouter la moitié des émissions ou des films proposés au mois de juillet, ça ne marchera pas. Ça prend une tempête de neige ou un -25 bien senti, un congé et une absence totale de culpabilité. Ç'a meilleur goût dans ce temps-là.
C'est un peu comme les marchés de Noël. Je peux en visiter cinq de suite et être tout aussi impatiente de faire le suivant.
Je dois d'ailleurs féliciter les organisateurs du marché de la Place du citoyen. C'était chaleureux - malgré le froid mordant - et on voit qu'il y a beaucoup de potentiel. Il est simplement dommage que l'événement chevauche les marchés de La Baie et d'Arvida. On comprend qu'il n'y a pas 18 fins de semaine en décembre et qu'il y a d'autres événements avant et après dans les arrondissements concernés, mais ça aurait été intéressant d'avoir une fin de semaine par événement.
La prescription
Sur un autre ordre d'idée, je me suis rendu compte récemment que j'avais une prescription à renouveler. J'appelle chez mon médecin, et on me dit que ma docteure est en congé maternité. Pas de problème, faut bien que quelqu'un participe à repeupler le Québec! La secrétaire me dit alors qu'il me suffit de demander à mon pharmacien de faxer ma demande de prescription et hop! La magie des communications modernes va faire en sorte que le tout va se renouveler. Quand même génial comme système, vous en conviendrez.
Sauf qu'au moment de faire ma demande au comptoir de la pharmacie, on m'informe que les procédures ont changé: on ne peut plus faxer quoi que ce soit. Non, il faut prendre rendez-vous avec le (la) pharmacien (ne) qui lui/elle va renouveler pour un an, moyennant une contribution de quelques dollars. Mais, hé! Le plus gros est remboursé par tes assurances, fille, pas de soucis!
Sauf que je n'ai pas d'assurances, madame.
«Ah! La RAMQ marche aussi, ne vous inquiétez pas.»
Oui, mais je vais payer pour ça un jour ou l'autre non? Qui paie la RAMQ? Nous tous.
«Au pire vous pouvez appeler votre médecin, il va vous dire quoi faire.»
Justement, il m'a dit que vous pouviez faxer le tout.
«Non, mais vous pouvez prendre rendez-vous...»
Et ç'a recommencé. Je pense que si j'avais continué la discussion, on m'aurait dit qu'il faut aussi présenter le laissez-passer A38 pour obtenir un rendez-vous...